Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 17:37

 

 

ambulance centro

 

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l'Homme en République Centrafricaine Contact: 70 90 92 78/ 75 20 49 36 – internewsrca@gmail.com - http://reseaudesjournalistesrca.wordpress.com

Bangui, 22 Février 2012

Bangui : 200 orphelins vaccinés contre l’hépatite B par l’Institut Pasteur de Bangui

L’Institut Pasteur de Bangui a vacciné ce matin 200 enfants de l’orphelinat Action pour la Compassion en Centrafrique (ACC) situé au PK 13 de Bangui contre le virus de l’hépatite B.

Selon Dr Claudine Békondji, responsable du laboratoire des Virus oncogènes, Unité de rétrovirologie et virus oncogènes à l’Institut Pasteur de Bangui, cette initiative fait suite à une étude pilote faite sur 2 ans sur 535 enfants de 4 mois à 6 ans, au sujet du virus de l’hépatite B.

« Après cette étude pilote, on s’est rendu compte que 62% des enfants n’étaient pas vaccinés. 67 enfants sur les 535 qui ont été vaccinés contre l’hépatite B. On s’est rendu compte qu’il y avait 5% qui avaient une infection de l’hépatite B qui était en cours », a-t-elle expliqué.

Elle a fait savoir qu’au début du projet, des « enfants naïfs », ou encore des enfants qui n’ont jamais été en contact avec le virus de l’hépatite B ont été vaccinés par l’Institut Pasteur de Bangui. « C’est la suite de ce travail qui nous permet de vacciner aujourd’hui en priorité les enfants les plus démunis, des orphelins », a souligné Dr Claudine Békondji.

Le projet s’est intéressé aux enfants parce que le virus de l’hépatite B se transmet très tôt dans la petite enfance dans les pays où la prévalence dépasse 10 et 15%. « C’est le cas de la République Centrafricaine qui a une prévalence de 15,4% chez l’adulte », mais aussi parce que les quelques rares études qui ont été menées ici ont été réalisées chez des adultes. Il n’y a pas assez d’études sur le taux d’infection chez les enfants.

« Il faut protéger les enfants parce que plus tôt on attrape le virus, plus tôt on va développer le cancer qui se manifeste chez les gens qui sont infectés par le virus de l’hépatite B », a expliqué Dr Békondji.

Dr Muriel Vray, épidémiologiste à l’Institut Pasteur de Paris, Unité d’Epidémiologie des maladies émergentes et responsable scientifique de ce projet a expliqué que l’étude a été menée dans trois pays que sont le Cameroun, le Sénégal et la République centrafricaine. L’objectif principal est une estimation de la couverture vaccinale et la prévalence des enfants infectés par le virus de l’hépatite B. L’étude a été financée par l’Institut Pasteur de Paris et environ 1786 enfants dont 535 à Bangui en RCA, 733 au Cameroun et 486 au Sénégal en ont bénéficiés.

« Le vaccin contre l’hépatite B, en accord avec les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), a été intégré au Programme élargi de vaccination (PEV) à partir de 2005 au Cameroun et au Sénégal et en RCA à partir de 2008. C’était intéressant pour nous de regarder si l’application de ce vaccin qui a été intégré beaucoup plus tôt dans les deux autres pays par rapport à la Centrafrique.

« Nous avons montré que ce vaccin est très efficace (Cameroun et Sénégal) puisqu’il donne des résultats qui permettent une protection entre 88 et 94%. Nous avons retrouvé ces chiffres de bonne protection au Cameroun ; au Sénégal, on a des chiffres un peu plus mauvais. En RCA, on constate que le vaccin est en train de pénétrer avec le PEV et c’est un point positif », a fait remarquer Dr Muriel Vray.

Il faut savoir que le microbe de l’hépatite B est dans tous les liquides biologiques du corps, dans la salive, dans la sueur, la sécrétion génitale chez la femme, dans le sperme chez l’homme. Le schéma vaccinal est de trois doses : une dose le premier jour, une deuxième dose un mois plus tard et une dernière dose après six mois.

 

 

Bouar : Des magistrats en formation sur l’anthropologie et la sorcellerie

12 magistrats de la Cour d’appel de Bouar ont démarré hier une formation de 5 jours sur l’anthropologie et la sorcellerie, a rapporté radio Maïgaro.

Organisée par l’Union européenne en partenariat avec le ministère de la justice, cette rencontre devrait permettre aux praticiens aux magistrats de comprendre davantage les différentes facettes de l’anthropologie afin de mieux dire le droit, dans les affaires d’accusations liées à la pratique de la sorcellerie ou du charlatanisme en République Centrafricaine.

« Les pratiques du charlatanisme et de la sorcellerie peuvent être traitées au même titre que les autres infractions selon la procédure pénale centrafricaine », a fait observer le Professeur Bruno Martinélé venu de l’Université d’Aix Marseille en France qui assure la formation.

Il a aussi relevé le fait que la justice appliquée aux crimes et aux délits qualifiés de charlatanisme et de sorcellerie se heurte depuis à plusieurs difficultés et suscitent plusieurs discussions en Centrafrique. D’où nécessité de former les magistrats sur les notions d’anthropologie qui doivent les aider dans les jugements.

Il faut signaler que l’application du nouveau code pénal et du code de procédure pénale fait encore problème en République Centrafricaine. Souvent les juges ne donnent pas satisfaction dans les affaires qui touchent à la sorcellerie ou au charlatanisme.

Dans nombre de région du pays, les personnes de 3ème âge, souvent accusées de sorcellerie sont victime, au quotidien, de vengeance populaire.

 

Berberati : La gestion des ressources de l’APE pose problème

Dans la plupart des établissements scolaires primaires de la préfecture de Mambéré Kadéi, la gestion des ressources de l’Association des parents d’élèves (APE) pose problème, a constaté radio Zoukpana.

Il y a depuis des années un tiraillement existe entre les directeurs d’écoles et les présidents des APE. Les chefs d’établissement refusent de collaborer avec l’APE et préfèrent gérer eux-mêmes les frais d’assurance que versent les parents d’élèves.

Or d’après les textes règlementaires de la Fédération nationale des associations des parents-d’ élèves de Centrafrique (FNAPEC), seule l’équipe de l’APE à le pouvoir d’assurer la gestion des frais d’assurance.

« La gestion des cotisations de l’APE revient aux membres du bureau de l’association élus pendant une assemblée générale et non aux chefs d’établissement », a relevé Nestor Guili président préfectoral de l’association des parents d’élèves de la préfecture de la Mambéré Kadéi, faisant allusion aux textes réglementaires de la (FNAPEC).

« Le non-respect des textes risque de compromettre à la bonne marche des établissements scolaires dans la Mambéré Kadéi », a déploré le président sous-préfectoral de l’association des parents d’élèves de la Mambéré Kadéï, Thierry Nalimou dans un entretien avec radio Zoukpana.

 

Nola : Une vendeuse de café arrêtée pour intoxication

Une vendeuse de café au marché central de Nola a été arrêtée hier par la police municipale pour intoxication, a annoncé ce mercredi radio Kuli-Ndunga.

Les informations révèlent que cette femme faisait un mauvais mélange lors de la préparation de la poudre de café qu’elle vend depuis des années. Elle mélange notamment les grains de café avec des grains de maïs, de l’huile de palme, du piment et des coques d’arachides afin d’avoir une grande quantité de produit.

La municipalité a été alertée par les voisins de cette femme et a mené sa propre enquête. C’est à l’issue de cette enquête que la femme incriminée a été mise aux arrêts sur ordre du service d’assainissement de la Mairie de Nola.

« Tous ces mélanges peuvent avoir des effets négatifs sur la santé de la population, c’est de l’intoxication », a souligné le chef de service d’assainissement de la Mairie. Depuis son interpellation hier, cette femme est maintenue dans les locaux de la Mairie de Nola. Son sort n’est pas encore connu, a rapporté radio Kuli Ndunga.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation