Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 22:48

 

 

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

Bria : Les habitants de huit villages se plaignent des exactions des éléments de la CPJP

logo CPJP gf

 

Bria, 12 juillet 2012 (RJDH) – Les habitants de huit villages de la sous-préfecture de Bria (centre-est) prétendent vivre sous les exactions quotidiennes des rebelles de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP). Ces éléments, selon des habitants interrogés, ont instauré leur administration pour contraindre la population au respect de leur loi.

Ce fait concerne les habitants de huit villages, dont « Baïdou, Yangakola, Damalago, Kpokono, Ngoundja, Yangoudrondja, Aingbando, et des environs qui vivent sous la pression des rebelles de la CPJP », a expliqué un habitant du village  d’Aigbando, dont nous taisons le nom pour des raisons de sécurité.

L’homme précise que «  ces rebelles ont instauré une administration au village d’Aigbando, à savoir la gendarmerie, la brigade minière et le tribunal. Tout passage d’un village à un autre est soumis à des formalités ».

« Toutes les activités sont paralysées à cause des exactions de ce mouvement. La campagne vaccinale n’a pas atteint son objectif et les établissements scolaires n’ont pas fonctionné comme il se doit », a poursuivi la même source.

L’homme conclut que la population attend avec impatience le processus du Désarmement, démobilisation et réinsertion pour être libérée des mauvais traitements infligés par les éléments de ce groupe armé.

Joint par le RJDH à Bangui, le leader de la CPJP, Abdoulaye Hissène, a nié toutes les accusations portées sur ses éléments.

« Je ne suis pas sûr de cette information. Je viens d’avoir des nouvelles de mes éléments il y a 15 minutes. Ce sont des personnes mal intentionnées qui livrent ces fausses informations pour ternir l’image de la CPJP », a-t-il répliqué.

Bambari : Des religieux dénoncent le rançonnage aux barrières routières 

archevêque Dieudonné Nzapalainga

 

Bambari, 12 juillet 2012 (RJDH) – La Commission épiscopale justice et paix de l’Église catholique de la ville de Bambari (centre-est) a interpellé les autorités locales sur le problème du rançonnage aux barrières routières, à l’issue d’une rencontre tenue le mercredi 11 juillet, dans la ville.

Pendant cette réunion, les membres de la commission épiscopale ont remis aux autorités politico-militaires et administratives de la localité des écrits sur le problème du rançonnage et celui des barrières. Les religieux ont décrit la manière dont les forces de l’ordre extorquent de l’argent à la population civile aux barrières routières.

Selon eux, les militaires exigent de l’argent à tous les passants, que ce soit aux conducteurs de motos, de vélos ou  de pousse-pousse, sur tous les axes de la ville. Les membres de la commission épiscopale soutiennent que cette situation empêche la libre circulation des personnes et des biens.

Ils demandent à l’administration locale de prendre ses responsabilités afin d’arrêter ce problème qui perdure dans la localité.

Bambari : Le HCR parle des droits des réfugiés aux autorités politiques

Bambari, 12 juillet 2012 (RJDH) – Une équipe du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les  réfugiés (HCR)   et le comité national des réfugiés soudanais basés dans la commune de  Pladama-Ouaka ont tenu une réunion, ce  jeudi 12 juillet,  avec les autorités politiques  de  la sous-préfecture de Bambari (centre-est) sur la question des réfugiés soudanais.

Selon le responsable des affaires juridiques du HCR, Albert Sangougbia, cette rencontre avec les autorités locales vise à attirer leur attention sur le respect des textes nationaux et internationaux visant la protection des réfugiés.

D’après le même responsable, les  autorités locales de la sous-préfecture de Bambari doivent respecter les procédures d’asile en RCA, les droits et devoirs des refugiés et les structures de leur prise en charge.

Kabo : Accusé de pratique de sorcellerie, il confirme

Kabo, 12 juillet 2012 (RJDH) – À Kabo, un homme âgé de 60 ans, soupçonné de sorcellerie et accusé d’avoir envoûté un jeune détenu âgé de 26 ans, a accepté les faits qui lui étaient reprochés.

La victime, un jeune homme accusé  de  viol sur une fille d’âge mineur et condamné pendant l’audience foraine tenue les 25 et 26 juin au tribunal de grande instance de Kabo, avait été condamné à un an de prison.

Selon les propos rapportés, « le jeune a été choisi parmi les détenus qui doivent aller faire des corvées chez le greffier en chef, près du tribunal de grande instance de Kabo. Il aurait alors perdu connaissance, puis, sans en être conscient, il aurait commencé à brouter les herbes. Il a été transféré à l’hôpital. Mais les soins qui lui ont été administrés n’ont pas réussi à la sortir de son état », a expliqué un membre de sa famille, sous couvert de l’anonymat.

Les parents, poursuit la même source, ont décidé de le ramener à la maison pour le faire soigner avec des remèdes traditionnels. « C’est à cette occasion qu’il  a prononcé le nom de Mamadou Sélébanda, connu comme un redoutable sorcier ».

Interpellé par la gendarmerie, le présumé coupable a avoué avoir ensorcelé le  détenu. Il est actuellement en garde à vue à la gendarmerie de Kabo pour fins d’enquêtes.

Birao : Des enfants souffrent de paludisme

Birao, 12 juillet 2012 (RJDH) – Plusieurs cas de paludisme sont enregistrés chez les enfants en bas âge à l’hôpital préfectoral  de la Vakaga (nord-est).

Le docteur Séverin Ndjapou, médecin chef de l’hôpital préfectoral de la Vakaga, affirme que « ces enfants présentent des formes sévères du paludisme, notamment des formes neurologiques que nous traitons grâce à l’appui de l’ONG International Medical Corps (IMC) ».

Il ajoute que c’est pendant la saison des pluies qu’il y a recrudescence du paludisme chez de nombreux enfants.

Mahamat Kamir Andja, premier adjoint au maire de Birao, explique que « pour faire face au problème de la crise alimentaire qui sévit depuis plus de deux mois, certaines personnes vivent dans les champs avec leurs enfants pour les travaux agricoles. Et ces enfants sont exposés au paludisme ».

Une réunion s’est tenue le mardi 10 juillet avec les représentants de l’IMC afin de venir en aide à ces enfants. La même situation se retrouve dans les centres de formation de la commune de Ouandja, selon l’adjoint au maire.

Zémio : Des vivres pour les réfugiés congolais

Zemio, 12 juillet 2012 (RJDH) – L’organisation Coopi, en collaboration avec le Programme mondial alimentaire a procédé, ce jeudi 12 juillet, à la distribution des vivres aux 4155 réfugiés congolais installés dans la sous-préfecture de Zémio (sud-est).

« Le stock suffit pour 4155 personnes et la réserve est considérable. La crise était intervenue en raison de l’arrivée tardive des véhicules. La distribution de ces produits alimentaires aux réfugiés durera trois jours », a confirmé Augustin Magoyo, animateur au bureau de Coopi à Zémio.

Celui-ci affirme que, pendant les trois mois de retard, « chaque réfugié a bénéficié de 72 kg de soja, de 15 kg de CSB, de 4,5 litres d’huile végétale et de 150 grammes de sel de cuisine en guise de compensation ».

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches