Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 21:50

 

 

 

 

Centrafrique-Bengassou 0

 

 

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l'Homme en République Centrafricaine

Contact: 00 236 70909278 – rjdh.car@gmail.com

 http://reseaudesjournalistesrca.wordpress.com 

 

Bangui, le lundi 30 Mai 2012

Ndélé : MSF annonce une vaccination contre l’épidémie de rougeole

Les enfants âgés de 6 mois à 15 ans de la sous-préfecture de Ndélé, seront vaccinés contre la rougeole, du 31 mai au 8 juin 2012, a annoncé ce matin l’ONG Médecins sans frontières (MSF).

Cette campagne de vaccination menée par la MSF Espagne, en réponde à l’épidémie de rougeole signalée dans cette région ces derniers jours.

Les informations rapportées par le correspondant du RJDH sur-place, révèlent que d’une trentaine de personnes atteintes de rougeole ont été transférées au centre de santé de Ndélé. Ces malades viennent des villages Ndagbali, Tirie et Niamolo, à 120 km de Ndélé, et sont se trouvent actuellement à l’hôpital de Ndélé pour recevoir des soins.

« Cette épidémie a duré un mois, le nombre de personnes décédées varie de cinq à sept personnes par semaine dans les villages périphériques », a témoigné l’auxiliaire du centre de santé du village Ndagbali, Salé Abderkarim, qui a aidé à transporter certains malades à l’hôpital préfectoral de Ndélé.

 

Bangui : Le Sous-préfet de Bakouma confirme l’existence de l’or et du diamant dans la zone

Le sous-préfet de la ville de Bakouma soutient que l’or et le diamant existaient dans la sous-préfecture avant l’arrivée de la société Safari Sawa, dont le propriétaire est accusé d’assassinat de 13 personnes.

D’après lui, la population de la ville de Bakouma ne vit que des activités minières depuis des années. Le sous-préfet de Bakouma, joint au téléphone par le RJDH ce mercredi, réagissait ainsi à l’argument de la société Cawa selon qui l’exploitation de l’or et du diamant n’existait pas dans le camp avant l’installation de cette société.

Selon le porte-parole de cette société, Jacques Aïmoussa, l’or a été découvert en 2006 après l’installation de l’entreprise. « Donc, avant notre installation, soutient cette source, il n’y avait pas de gens qui exploitaient déjà de l’or ».

La population de la ville a démarré l’exploitation de l’or dans le chantier « Ngou-nguinza » en 1996, a confié au téléphone Faustin Kandoulou, assistant chirurgical à l’hôpital de Bakouma.

« Dans cette affaire, j’ai perdu mon garçon, âgé de 26 ans, qui lui s’est rendu deux fois de suite sur ce chantier en vue de chercher de l’or », a-t-il ajouté. Il a précisé que son fils est rentré du chantier de Ngou-nguinza, peu de temps avant sa mort, en possession de huit grammes d’or qui lui ont rapporté environ 150 000 FCFA.

« Nous accusons le responsable de la société Cawa car dans le même mois où le drame s’est produit, les surveillants de son camp ont enfermé trois jeunes, surpris dans la zone, dans le conteneur de la société, au moment où la population était en train de rechercher les victimes », a ajouté l’homme.

« Les rumeurs circulent que les jeunes, dont les corps a été retrouvés, le 22 mars 2012, dans le camp de cette société, seraient morts à l’aide de produits toxiques, mais je ne saurais le confirmer », a précisé le sous-préfet.

Rappelons qu’en mars 2012, treize corps ont été retrouvés aux abords de l’entreprise de safaris Cawa, à Bakouma. Le propriétaire de l’entreprise et une dizaine de ses employés sont détenus depuis à Bangui relativement à cette affaire.

Le consul de Suède avec résidence à Kinshasa et celui d’Angleterre résidant au Cameroun sont actuellement à Bangui pour suivre cette affaire. Ce matin ils ont rendu visite aux prévenus à la mais d’arrêt de Ngaragba.

 

Bambari : Quatre personnes agressées par des hommes armés non identifiés

Quatre personnes ont été agressées et volées par des hommes armés non identifiés, le mardi 29 mai, à Marago, une localité située à 45 km de la ville de Bambari, rapporte Radio Linga.

« Nous vivons dans la panique à cause de ces hommes armés non identifiés. Hier (lundi), ils ont fait irruption et ont agressé quatre personnes sur leur passage et emporté une somme de 175 000 francs et des produits de première nécessité », a déploré une des victimes.

La population du village Marago lance un appel au ministère de la Défense pour que celui-ci renforce la sécurité dans la Préfecture de la Ouaka.

 

Bangui : L’ONU satisfaite de l’évolution du programme DDR

Le Bureau intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA) s’est félicité de la réussite du programme de Démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR) des ex-combattants, qui s’est déroulé dans les préfectures de la Nana Gribizi et de l’Ouham du 17 au 18 mai dernier.

En sa qualité de la présidente du comité de pilotage du DDR, qui a signé le communiqué de presse, Marguerite Vogt, affirme avoir « pris acte » de la dissolution de l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) de Jean Jacques Démafouth.

« Cet acte a été apprécié par la communauté internationale », souligne la représentante spéciale du secrétaire des Nations Unies en Centrafrique.

Elle s’est également réjouie de l’implication des autres groupes armés opérant dans le Nord et le Nord-est du pays, à savoir l’Union des forces du rassemblement et le Front démocratique du peuple centrafricain.

Le comité de pilotage du DDR a réaffirmé son engagement à appuyer la République centrafricaine dans la suite du processus afin de garantir le retour d’une paix durable dans le pays.

Mboki : Efforts de médiation entre musulmans et forces de l’ordre

Le maire de Mboki, Marie Claire Diada, a prévu une réunion, le jeudi 31 mai 2012, afin de trouver une solution aux litiges qui existent entre les forces de l’ordre et la communauté musulmane de l’endroit, rapporte le correspondant du RJDH sur place.

Madame le maire, Marie Claire Diada, mentionne que cette réunion a pour objectif de trouver une solution définitive afin que la sécurité revienne dans la localité. Aussi, poursuit Marie Claire Diada, la tenue de cette rencontre vise-t-elle à éviter d’éventuels conflits entre la communauté musulmane et les forces de l’ordre.

« Que cette réunion puisse rétablir l’ordre pour éviter les tirs en l’air dans la ville. Et que ce problème se résolve par une médiation, et non par les armes », a souhaité Marie Claire Diada.

Interviewés par le correspondant, des notables de la place ont souhaité le remplacement immédiat du détachement des Forces armées centrafricaines qui sont basés actuellement dans la ville.

Il faut souligner que cette réunion va regrouper les représentants de la communauté musulmane, les notables, les autorités de la mairie et les forces de défense et de sécurité. Elle sera présidée par le commandant de la région militaire de Bangassou.

Rappelons que le 25 mai, il y a eu altercation entre les forces de l’ordre et la communauté musulmane.

 

Mbaïki : La congrégation catholique lutte contre la violence basée sur le genre

La congrégation catholique du diocèse de Mbaïki a organisé une rencontre ce jour 30 mai avec 60 leaders chrétiens et 40 laïcs pour discuter de la question de la violence basée sur le genre dans la ville, a rapporté ce matin Radio Songo.

Le but est d’échanger sur les problèmes liés à la justice populaire, la violence basée sur le genre (VBG), qui sont fréquents dans la Préfecture de la Lobaye. La commission épiscopale justice et paix de Mbaïki a profité de cette occasion pour présenter le bilan 2011-2012, de la justice populaire et la VBG qui s’élève à 20 cas enregistrés.

D’après les informations, cette rencontre qui a démarré le 30, prendra fin le 31 mai 2012 à Mbaïki. La finalité est de discuter et trouver des possibilités pour freiner l’évolution de la justice populaire et la violence basée sur le genre qui sévissent dans la préfecture de la Lobaye.

L’évêque du diocèse de Mbaïki, Perin Guérino, initiateur de cette assise, a relevé aux participants l’importance qu’ils doivent transmettre fidèlement tout ce qui a été dit lors de cette rencontre à leurs localités respectives.

 

Bangassou : Des associations sensibilisées à leurs droits et devoirs

Une douzaine d’associations participent, depuis ce mercredi 30 mai, à un atelier de sensibilisation à la prise en charge et aux notions de droits et de devoirs, signale le correspondant du RJDH sur place.

Initié par l’ONG Mery corps, cet atelier vise à renforcer la capacité de 120 personnes issues de différentes associations qui oeuvrent dans ces domaines d’intervention.

Durant trois jours, les participants vont acquérir des connaissances sur les différentes thématiques, entre autres « l’association et le droit, le rôle des associations dans leur localité et comment faire le rapport des activités », a indiqué le responsable de Mercy Corps, Denis Akinos.

 

Bouar : Une Camerounaise rapatriée chez elle pour sa sécurité

Une femme de 17 ans, mère d’un enfant, a été rapatriée le 29 mai au Cameroun par le centre d’écoute des femmes juristes pour assurer sa sécurité.

D’après les faits rapportés, cette jeune mère, de nationalité camerounaise, vit avec son mari à Bouar, dans l’ouest du pays. Ce dernier l’aurait maltraitée en lui faisant subir des actes répétés de violence.

« C’est en collaboration avec la police camerounaise, à la frontière entre le Cameroun et la République centrafricaine, et grâce à un sous-financement de l’Union Européenne, que nous avons procédé à l’évacuation de cette mère », a indiqué l’agent psycho-social de l’antenne du Centre d’écoute des femmes juristes de Bouar, Sonia Koalet.

Celle-ci a mentionné que la femme a été ramenée chez elle pour la protéger des agressions et sévices corporels dont l’auteur serait son mari.

L’initiative du centre d’écoute a été félicitée par la victime, qui se dit heureuse d’avoir retrouvé la paix et la sécurité.

 

Boali : Campagne antiparasites en milieu scolaire

Les chefs des secteurs scolaires ont été sensibilisés, la semaine dernière, à la technique de déparasitage en milieu scolaire, rapporte Radio ICDI.

Organisée par le ministère de la Santé publique et financée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « cette formation vise à outiller les chefs des secteurs scolaires relativement à la technique de distribution des antiparasitaires aux élèves », a indiqué le docteur Bernard Bouwa.

« Nous sommes en campagne de déparasitage dans les milieux scolaires. Il est donc question de former les chefs des secteurs scolaires pour superviser cette campagne. Ainsi, nous avons profité de cette occasion pour ravitailler les secteurs scolaires en albéndazole 400 mg », a-t-il expliqué.

Les résultats de l’analyse, précise le docteur, montrent que les vers intestinaux retrouvés sont l’ascaris, l’ankylostome et le trichocéphale. Ces parasites sont plus dangereux pour la santé de l’enfant. En plus, cela peut jouer sur la fréquentation des enfants scolarisés en cas de contraction de parasites

Il faut rappeler que cette campagne s’effectue chaque année dans les établissements du fondamental 1 de la préfecture de l’Ombella M’poko.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches