Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 22:03

 

 

 

 

Centrafrique-Bengassou 0

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

Bangui : Un sujet anglais en prison pour l’affaire safari de Bakouma

Bangui, 23 mai (RJDH) – Selon les informations publiées par le journal britannique, Daily Mail le 8 mai dernier, le manager  du Safari ‘’Cawa’’, David Simpson, a été également emprisonné avec son patron, dans l’affaire de meurtre de Bakouma.

Alors que l’on ne parle que du suédois Eric Mararv, accusé de meurtre de 13 personnes dans son Safari à Bakouma, le journal anglais révèle que David Simpson, manager  au sein dudit, vivait en République centrafricaine depuis deux ans. Il a été arrêté dans les mêmes circonstances que son chef  Eric Mararv, après la découverte de 13 victimes dans sa propriété.

Ces derniers et les autres  employés ont été inculpés pour meurtre à la maison et placés sous mandat de dépôt à la prison centrale de Ngaragba. Les victimes seraient des chercheurs d’or, trouvées mort le 22 mars 2012 dans la région de Bakouma, dans l’est de la République Centrafricaine.

D’après l’avocat du suédois, Me Mathias Barthélémy Morouba, ce meurtre serait l’œuvre des rebelles de Joseph Kony et non de ses clients.

Le secrétaire général des parents des victimes de Bakouma, Jean Marie Nguewé, joint par au téléphone par le RJDH ce soir a indiqué la population est ‘’adoucie et rassurée de l’enquête et souhaite que justice soit rendue. « Mais les parents des victimes seront plus apaisés que lorsque le jugement sera délibéré par la justice avec des sentences », a-t-il souligné.

Bangui : Un élève magistrat a succombé suite à une brimade

Bangui, 23 mai (RJDH) – Les parents de l’élève magistrat décédé le 14 mai dernier à Bangui, des suites de brimade des instructeurs, ont refusé des obsèques officielles, proposées par  l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), a rapporté  ce matin Radio Notre Dame.

D’après les informations, la dépouille mortelle a été transférée de la morgue de l’hôpital général de Bangui, le samedi 19 mai 2012 dans la matinée, vers  Damara à 70 km de Bangui pour inhumation.

L’Observatoire Centrafricain des Droits de l’Homme (OCDH), dont le défunt était membre, a  condamné cet acte, qu’il qualifie de « pratiques surannées »  dans une déclaration publiée le 15 mai dernier. Il faut signaler que jusqu’à ce jour, la direction  de cette institution se réserve de se prononcer sur cet incident.

Toutefois, le conseil exécutif de l’OCDH exige l’ouverture d’une enquête judiciaire pour déterminer les circonstances de ce drame et établir les responsabilités, de sorte que les responsables soient jugés.

Rappelons que la victime a succombé après des brimades qu’elle a subies au lendemain de son entrée à l’Ecole Nationale d’Administration et de la Magistrature (ENAM), le 14 mai 2012.

Boali : Difficile de mettre en œuvre le programme PTPE

Boali, 23 mai (RJDH) – Le Programme de prévention de la transmission parent enfant (PTPE) du VIH Sida éprouve d’énormes difficultés, a constaté Radio ICDI.

La structure sanitaire de Boali n’est pas en mesure de répondre au défi qui est la rupture de la chaine de la transmission du virus mère enfant faute de moyen technique a diffusé la radio ICDI.

Angéline Yabingué, sage-femme diplômée d’Etat, responsable du PTPE, au centre de santé de Boali, explique que « lorsque les femmes arrivent au niveau du centre pour une consultation prénatale, on leur exige un test systématique dans les bilan prénataux. Si le résultat est positif, un suivi devrait être organisé jusqu’au moment de l’accouchement. La mère et l’enfant sont pris en charge ».

Elle a évoqué un manque d’outils de travail qui entrave la bonne marche de ce  centre. Angéline Yabingué a aussi expliquée que  certains pères de famille, à Boali, sont encore réticents au programme PTPE.

Obo : Les voyageurs désormais accompagnés par une équipe militaire

Obo, 23 mai (RJDH) – Tous les déplacements des habitants de la zone de Djéma et Zémio, seront désormais escortés par un une unité des forces conjointe de lutte contre l’Armée de résistance du seigneur de Joseph Kony, a rapporté radio Zéréda ce matin.

L’annonce a été ce mercredi par les forces basées  à Djéma au cours d’une réunion qui avait pour but de définir une stratégie pour renforcer la sécurité de  la population.

Il a été décidé que les personnes qui souhaitent effectuer un déplacement sur une certaine distance pourraient se constituer en  groupe et se rapprocher de ces forces pour être accompagnées.

Signalons que 20 véhicules venus du Sud-Soudan sont arrivés dans la ville Djéma pour faciliter l’application de cette initiative.

Bangui : Un sentiment de peur chez les candidats aux examens de fin d’année

Bangui, 23 mai (RJDH) – Certains candidats aux examens de fin d’année affirment craindre les cas de corruption réputées pendants ces examens en République centrafricaine, a constaté le RJDH ce matin dans un micro ballade.

Plus de cinq candidats au baccalauréat interrogé ce matin dans la ville de Bangui ont exprimé leur inquiétude quant à leur chance d’être reçu à cet examen à cause de la corruption. « Ce qui fait certains candidats malheureux se suicident est le fait que certains de leurs camarade de classe les plus faible sont déclarés admis, appuyés par leurs parent qui leur achètent le diplôme », a expliqué un interviewé.

Jean Pierre Yafara, élève en classe de Terminale A 4’ au lycée de Miskine à Bangui déplore ce comportement fréquent pendant presque tous les examens.

Alexis Dinguivo, élève-professeur de français à l’Ecole normale supérieurs à Bangui a pour sa part condamné cette pratique. D’après lui la corruption défavorise les élèves qui ont la volonté mais qui n’ont aucun appui sur le plan social.

« Nous devons lutter contre la corruption, en vue de donner la chance à tous les candidat quelle que soit  milieu social », a-t-il dit. Et cette lutte devrait mobiliser toutes les composantes de la société centrafricaine, a-t-il ajouté.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches