Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 23:09

 

 

 

Centrafrique-Bengassou 0

 

 

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

Bangui, 11 Mai 2012

Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l'Homme en République Centrafricaine

Contact: 00 236 70909278 – rjdh.car@gmail.com  http://reseaudesjournalistesrca.wordpress.com 

 

 Bangui : La France donne 500.000 Euro en faveur des réfugiés

La République française a donné une contribution de 500.000 Euros au Programme alimentaire mondial (PAM) d’assister les réfugiés congolais et fournir des cantines scolaires pour les enfants vulnérables à Obo, Mboki et Zemio dans le Sud-est de la République Centrafricaine où sévit l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony, a annoncé un communiqué de presse de l’ONG Coopi dont le RJDH a reçu une copie.

« Le PAM, à travers son partenaire COOPI (Cooperazione Internazionale), fournira de l’assistance alimentaire à 19.000 bénéficiaires pendant 7 mois. Ce don contribuera à assister les bénéficiaires dans les villes d’Obo, Mboki et Zemio et plus particulièrement les réfugiés congolais, les enfants dans les cantines scolaires et les activités visant à renforcer les moyens de subsistance des populations déplacées et hôtes de la zone », indique le communiqué.

Le document explique que le don de la France a permis au PAM d’acheter 453 tonnes métriques de denrées alimentaires, entre autres la farine de maïs, le haricot, l’huile et le mélange de farine enrichie (corn-soya blend -CSB) dans le cadre de la mise en oeuvre de ce projet.

Ce vendredi 11 mai, une mission de l’Ambassadeur de France a visité la ville de Zémio pour prendre connaissance de la situation sur le terrain, assister aux distributions de vivres et échanger avec les acteurs ainsi que les bénéficiaires du projet.

Il convient de rappeler que les réfugiés congolais dans le sud-est de la RCA ont fui l’insécurité provoquée par les activités de la LRA. La présence de cette rébellion en RDC a provoqué un afflux de réfugiés congolais en RCA ainsi que des déplacements internes de la population centrafricaine depuis juillet 2009.

Ces réfugiés et ses déplacés internes vivent dans une situation humanitaire critiques. Le projet prévoit que les bénéficiaires recevront des distributions mensuelles de vivres, basées sur une ration de 2,100 kcal/personne par jour.

 

Ndélé : Echange sur la situation sécuritaire

La question de l’insécurité, les difficultés d’accès à l’eau potable et des infrastructures ont fait l’objet d’un échange ce vendredi entre la population de Ndélé et Jean Prosper Wodobodé, ministre de l’équipement et du désenclavement, également ministre résident de la préfecture du Bamingui-Bangoran, a rapporté notre correspondant sur place.

Ces préoccupations ont été exprimées par le maire de la ville de Ndélé, Mahamat Nganou, au cours d’une réunion de travail avec le ministre. Il a fait savoir que la population vit encore dans la peur à cause de l’insécurité.

Cette insécurité permanente affecte, selon lui, la vie des personnes et les met dans une situation humanitaire difficile. Il a aussi déploré l’isolement de la préfecture du Bamingui Bangoran, due à l’état de dégradation avancé des routes.

Le ministre Jean Prosper Wodobodé a promis d’engager des discussions avec son collègue en charge du désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-combattants pour faire en sorte que la sécurité revienne dans le Nord-est. Par ailleurs il a encouragé la population à s’investir dans l’agriculture afin de garantir la sécurité alimentaire.

Il faut signaler que la ville de Ndélé fait partie des régions du Nord-est de la République centrafricaine affectées par les conflits.

 

Boali : Du matériel agricole pour 400 ménages vulnérables

L’ONG Caritas et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont remis hier du matériel agricole, des semences d’arachide et de maïs à 400 ménages vulnérables au cours d’une foire agricole à Boali, a rapporté la Radio ICDI.

Le secrétaire exécutif de Caritas, l’abbé Elisée Guéziandé, a fait remarquer que le projet a été initié pour assister les ménages les plus vulnérables dans le cadre de la sécurité alimentaire.

Martine Fatimé, consultante nationale auprès de la FAO a expliqué que le projet est financé par le gouvernement australien et couvre plusieurs localités du pays, entre autre Boali, Bambari, Sibut, Kaga-Bandoro, Bangui et Damara. Les 400 ménages bénéficiaires de ce projet seront encadrés et suivis sur le terrain par Caritas et l’Agence centrafricaine de développement de l’agriculture.

A Bouar 500 ménages ont également bénéficié, chacun, d’une subvention de 25 000 Fcfa qui leur permis de se procurer des intrants à l’occasion de la foire agricole organisée par ouverte hier à Bouar par à l’initiative de l’ONG Catholic relief services (CRS).

Le chargé du projet CRS, Félix Yangana, a expliqué que l’objectif est également d’appuyer les ménages vulnérables pour améliorer leurs conditions de vie en matière de sécurité alimentaire. Environ 23 tonnes d’intrants agricoles ont été distribués au cours de cette foire.

 

Bouar : Le paludisme continue de tuer

 

Le paludisme continue d’être la première cause de mortalité dans la préfecture de la Nana-Mambéré, a annoncé Noël Foimboulé, point focal du paludisme à l’hôpital de Bouar dans un entretien avec Radio Maigaro.

Noël Foimboulé a fait savoir que de janvier à mars 2012 à Bouar, chef-lieu de la préfecture de Nana Mambéré, l’hôpital a enregistré 34% de malades consultés à l’hôpital souffraient de paludisme et 25% ont trouvé la mort, en majorité des enfants.

« Bien que l’UNICEF fournisse à la population des moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée et des médicaments antipaludiques, cette maladie est loin d’être combattue », a-t-il déploré.

Il a par ailleurs demandé à la population de veiller à la propreté de l’environnement afin d’éviter la multiplication des moustiques qui transmettent le paludisme.

 

Bangui : Les jeunes du 3ème arrondissement nettoient le canal de Kokoro

 Un groupe de jeunes du quartier Kokoro, dans le 3ème arrondissement de Bangui, ont procédé ce matin au débouchage du canal Kokoro, surchargé par des déchets non dégradables.

« Nous avions demandé une série d’audiences à plusieurs occasions avec les autorités de la mairie de Bangui et de certains ministères impliqués, aucune suite favorable n’a été donnée, c’est pourquoi nous sommes avons pris cette initiative », a déclaré un jeune du groupe.

D’après ces jeunes, l’initiative a été prise en prévision à la saison des pluies qui s’annonce afin d’éviter des cas d’inondation enregistrés chaque année dans cette partie de la ville.

« Nous les femmes nous craignons aussi pour nos enfants de bas âge qui vont jouer dans ce canal dans des flaques d’eau. Ils peuvent attraper des maladies, ils peuvent aussi se noyer en saison de pluie. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement de faire quelque chose, ce serait salutaire nous», déclaré une femme du quartier.

« Nous demandons à notre député Anatole Koué de plaider auprès des autorités compétentes afin qu’une solution durable soit trouver », a souhaité un jeune du quartier.

Il faut rappeler que les habitants du quartier Kokoro, dans le 3ème arrondissement de Bangui, sont souvent victimes d’inondations.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches