Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 01:24

 

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

Bangui : La CPI souhaite que Joseph Kony soit arrêté au plus vite

fabienne1.jpg

 

Bangui, 27 avril (RJDH)- « La Cour pénale internationale (CPI) souhaite que Joseph Kony soit arrêté et lui soit remis de façon à ce qu’il puisse bénéficier d’un procès équitable et qu’il puisse faire face à la justice internationale », a déclaré vendredi la coordinatrice chargée de la sensibilisation pour le bureau extérieur de la CPI à Bangui, Fabienne Chassagneux dans une interview exclusive avec le RJDH.

Elle a expliqué que la CPI a lancé 5 mandats d’arrêt le 8 juillet 2005 à l’encontre de Joseph Kony et 4 de ses hommes de main, à savoir Vincent Otti, Okot Odhiambo, Dominic Ongwen et Raska Lukwiya.   Jusqu’ici aucun d’eux n’a été arrêté. Les poursuites engagées contre Raska Lukwiya ont été abandonnées en 2007 parce qu’il est décédé.

Le gouvernement ougandais a saisi la CPI en décembre 2003. Le bureau du procureur a ensuite ouvert ses enquêtes au Nord de l’Ouganda en juillet 2004 et a collecté des éléments de preuve. Le Bureau du procureur a ensuite demandé aux juges de la CPI de délivrer des mandats d’arrêts. Les juges ont délivré cinq mandats d’arrêt, dont l’un a l’encontre de Joseph Kony. Ce mandat d’arrêt compte 33 chefs d’accusations constitutifs de crime de guerre ou de crime contre l’humanité, tels que réduction en esclavage sexuel, viol, encouragement au viol, attaque contre la population civile, enrôlement d’enfants entre autres.

Interrogée sur la situation des victimes de l’armée de résistance du seigneur (LRA) de la République centrafricaine, Fabienne Chassagneux a répondu que « si ces individus venaient à être arrêtés et remis à la CPI, il appartiendra aux juges de décider s’ils autorisent le bureau du procureur à présenter les éléments de preuve concernant  les crimes commis sur d’autres territoires que le territoire ougandais, tel que la République centrafricaine ou la République démocratique du Congo ».

Même si la République centrafricaine n’a pas saisi la CPI sur le dossier spécifique de la LRA, Elle a expliqué que la CPI peut exercer sa compétence pour connaitre des crimes graves qui concerne l’ensemble de la communauté internationale à partir du 1er juillet 2002 sur le territoire centrafricain. En effet, la Cour peut exercer sa compétence dans des situations répondant à une des conditions suivantes, à savoir lorsque l’auteur présumé est ressortissant d’un État partie ou lorsque le crime a été commis sur le territoire d’un État partie.

La  RCA étant un Etat-partie au Statut de Rome, la CPI a compétence sur le territoire depuis le 1er juillet 2002. « A partir de là, il n’y a pas besoin d’une saisine particulière pour les crimes graves commis dans telle ou telle partie de la République centrafricaine », a-t-elle relevé.

Bouar : Hausse de prix de la cuvette de manioc

manioc.jpg

 

Bouar, 27 avril (RJDH)-Le prix de la cuvette du manioc, aliment de base de la population, a grimpé ces derniers jours dans la ville de Bouar et ses environs, a annoncé ce matin radio Maïgaro.

La cuvette de manioc qui se vendait à 1500 dans la ville de Bouar coûte désormais à 3500 Fcfa. Dans les communes périphériques qui approvisionnent la ville, (la commune de  Zotua-Baguérem à 21 km et celle de Béa-nana à  40 km) par exemple,  la cuvette  est vendue  à 2500 Fcfa contre 1000 Fcfa avant.

Selon le maire de la ville de Bouar, Ali Ahoudou Moumin,  cette hausse serait la conséquence de  l’augmentation de la population à cause de la présence des personnes d’autres régions du pays engagées dans le projet de bitumage du tronçon Bouar- Garouamboulai. Il a aussi souligné le manque d’intérêt de la population pour les travaux champêtres au profit des activités minières.

Le maire de la commune de Zotoua-Banguérem, François Doumbé Dangabo, a quant à lui  estimé que c’est « l’exportation du manioc par les habitants de la ville de Bocaranga vers le Cameroun qui est à l’origine de cette hausse de prix ».

Interrogés par la radio Maïgaro, les cultivateurs  ont fait savoir qu’ils ont  augmenté le prix de la cuvette de manioc parce que les prix des produits de première nécessité tels que le sucre, le savon et le sel ont augmenté et que s’ils continuaient de vendre aux prix habituels, ils n’auraient pas les moyens d’acheter ces produits.

Mbaïki : La grève continue au projet d’appui à la recherche forestière (ARF)

Mbaïki, 27 avril (RJDH)- Le personnel du projet d’appui à la recherche forestière(ARF) a reconduit son mouvement de grève du 25 avril jusqu’au 25 mai pour demander le paiement de 4 mois d’arriéré de salaire que lui doit le projet, a rapporté ce matin radio Songo.

Selon le personnel ce mouvement ne prendra fin que lorsque les 4 mois de retard de salaire seront versés. Depuis le début de la manifestation, les travailleurs ont barricadé toutes les portes des bureaux.

Depuis le déclenchement de la grève le 2 avril dernier, tous les responsables du projet  ont quitté  la ville de Mbaïki pour se réfugier à Bangui.

 

Bambari : 355 enfants malnutris enregistrés à l’hôpital

pub Action Contre la Faim-copie-1

 

Bambari, 26 avril (RJDH) – Au total 355 enfants dont l’âge varie de 1 à 7 ans, atteints de malnutrition ont été enregistrés entre janvier et avril 2012 à l’hôpital régional et universitaire de Bambari, a déclaré le major de l’unité charge nutritionnelle et thérapeutique ambulatoire, Vincent Yéwawa, dans un entretien avec la radio Linga.

« Ces cas sont dus au non-respect de la planification familiale, au sevrages brusque, aux parasitoses et à la non variation alimentaires », a expliqué Vincent Yéwawa  avant de signaler que ces enfants enregistrés sont  pris en charge par l’ONG International medical corps (IMC).

Il faut signaler qu’une équipe de l’unité nutritionnelle et thérapeutique ambulatoire de l’hôpital  et de l’ONG IMC ont entamé ce jeudi une enquête dans la ville de Bambari et les villages périphériques pour enregistrer d’autres cas de malnutrition.

 

Bangui : MSF annonce une action contre le ‘’pic palu’’ à Carnot

logo MSF

Bangui, 26 avril (RJDH) – L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a annoncé des actions contre le ‘’pic palu’’ dans la sous-préfecture de Carnot, à partir du mois de mai prochain. L’annonce a été faite mercredi à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le paludisme à Bangui.

D’après MSF, pendant les mois de juillet et août de  chaque année, beaucoup de cas de paludisme grave sont souvent enregistrés, c’est le ‘’pic palu’’, d’où la préparation d’actions ciblées pour prévenir la maladie.

« On est en train de s’organiser pour former des agents  palu au niveau communautaire  ici à Carnot et à Mboula pour que ces agents commencent déjà à dépister de façon précoce le palu simple et soigner les enfants afin de référer rapidement les cas compliqués à l’hôpital de Carnot », a déclaré le Dr José Bafoa, médecin de MSF basé à Carnot.

L’ONG relève qu’en République centrafricaine, les cas de paludisme restent insuffisamment déclarés et soignés. Environ 6,4 % des cas attendus sont détectés et soignés. C’est pourquoi le principal défi de lutte contre le paludisme est l’extension de l’accès au diagnostic et au traitement à travers la décentralisation des soins vers les structures de santé primaire et les travailleurs médicaux communautaires. MSF propose aussi la mise à disposition ininterrompue de combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine (ACT, Artemisinin-based Combination Therapy) et de tests de diagnostic rapide dans les centres et postes de santé.

Dans cette perspective MSF envisage de mettre en place une banque de sang à l’hôpital de Carnot pour secourir les malades de paludisme grave qui nécessite la transfusion. « Etant donné qu’il y a souvent du retard dans l’approvisionnement en médicament de lutte contre le paludisme du coté du ministère, nous recevons cet appui de MSF qui assure la régularité en coarthem, en arthemether, en quinine, et puis également des réactifs pour les tests de coloration nécessaires au diagnostic rapide du VIH »,  a fait remarquer le Dr Stéphane Aimé Kouzou, chef de centre de l’hôpital de Carnot.

Selon MSF, dans les trois structures périphériques de MSF à Carnot, 2540 cas de paludisme entre septembre 2011 et mars 2012 ont été enregistrés dont 10% étaient de forme grave (c’est-à-dire de forme anémique, neurologique ou encore digestive). Par ailleurs le paludisme est à la première cause de mortalité des patients admis dans les hôpitaux et centres de santé.

Il faut rappeler que MSF a commencé à appuyer le service de pédiatrie de l’hôpital de Carnot en 2011 dans la prise en charge du paludisme chez les enfants et les jeunes de 0 à 15 ans.

 

Bangui : Le CICR regrette l’accès difficile aux victimes des conflits en RCA

cicr.jpg

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a relevé les difficultés d’accès aux victimes des conflits dans le Nord   de la République centrafricaine, dans un communiqué de presse publié jeudi et qui dresse le bilan de ses activités au titre de l’année 2011.

« Les combats qui ont récemment secoué le nord du pays ont contraint des milliers de personnes à fuir. Ces violences fragilisent considérablement les conditions de vie de la population. En dépit d’une insécurité qui rend l’accès aux victimes difficile, le CICR tente d’assister les populations les plus vulnérables », indique le communiqué.

La cheffe de la délégation du CICR à Bangui, Katharina Ritz, a fait remarquer que plusieurs villages dans le Nord, sur l’axe Ouandago-Gondava à une cinquantaine de Km au nord de Kaga-Bandoro ont été partiellement ou totalement détruits depuis la fin du mois de janvier 2012, lors de l’assaut conjoint des forces armées centrafricaines et tchadiennes contre le Front populaire pour le redressement (FPR) du rebelle tchadien Baba-Laddé. De sorte que « des milliers de personnes ont dû fuir. Elles ont tout perdu : leurs maisons, leurs récoltes et leurs biens », a-t-elle indiqué.

Selon le CICR, la plupart des déplacés ont trouvé refuge chez des proches dans des villages avoisinants, mais de nombreuses personnes se sont aussi cachées dans la brousse et ont  besoin d’eau et de nourriture. Il a annoncé que des travaux de réhabilitation des puits et des forages sont en cours dans les zones où se concentrent ces déplacés. Des vivres sont également distribués pour ceux qui n’ont pu être logés dans une famille hôte.

Par ailleurs la Croix-Rouge centrafricaine (CRCA) a mis en place deux brigades de secours à Kaga-Bandoro afin d’orienter les déplacés vers des familles d’accueil et de porter assistance aux blessés légers.

Le CICR regrette aussi la situation des autres régions du pays qui subissent des violences de manière sporadique, comme à Bria au mois de septembre 2011. « La situation est encore aggravée par le banditisme et des tensions ethniques. Dans ces régions, l’insécurité est telle qu’elle entrave significativement l’acheminement de l’aide humanitaire, y compris celle du CICR », indique le communiqué de presse.

A cause de l’insécurité qui limite l’accès aux champs ainsi qu’aux services de base comme les soins médicaux et l’école, le CICR a mis en place une assistance afin de permettre aux victimes des violences de reprendre rapidement une vie normale à travers une  assistance qui leur permet de reconstruire leurs maisons, avoir de l’eau potable ou encore cultiver à nouveau leurs champs.

Dans ce cadre, le CICR affirme avoir distribué en 2011, 393 tonnes de semences vivrières et plus de 15.000 outils aratoires à quelque 31.000 agriculteurs; distribué des vélos, des pousse-pousse, des charrettes, des bœufs, des charrues et des moulins à céréales à près de 24.000 personnes; rénové une pharmacie vétérinaire et mené des formations en soins vétérinaires et gestion de médicaments.

Dix personnes ont été également formées à Obo aux techniques de  diagnostic et de traitement à domicile du paludisme. Plus de 3.000 consultations ont été effectuées et près de 2.000 traitements ont été administrés entre octobre et décembre 2011. Le CICR a aussi amélioré l’accès à l’eau à plus de 60 000 personnes grâce à la construction et à la réhabilitation de forages et de puits dans 48 localités du nord et deux villes du sud du pays.

Six ex-enfants soldats ainsi que 29 enfants séparés de leurs familles durant les déplacements ont été réunifiés. 1180 détenus ont été visités dans divers lieux de détention du pays afin de vérifier leurs conditions de détention et leur traitement. Du matériel d’hygiène (savons, seaux, jerricans, brosses, etc.) ont  été distribué à 2.400 détenus. Les douches et latrines de trois lieux de détention ont été réhabilitées.

Enfin le CICR a conduit plus de 50 séances de formation en Droit international humanitaire (DIH) à plus de  3.000 éléments des forces régulières et des groupes armés; mené trois séminaires en DIH pour 70 officiers de l’armée nationale à Bangui; soutenu la participation de deux officiers supérieurs de l’armée centrafricaine à des formations en DIH en Italie et en Afrique du Sud.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches