Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 00:24

 

 

 

 

RCA carte-2

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

 

Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l'Homme en République Centrafricaine

Contact: 00 236 70909278 – rjdh.car@gmail.com

 http://reseaudesjournalistesrca.wordpress.com

 

Bangui, 18 Avril 2012

 

Sibut : Le séchage de manioc sur le goudron, un risque pour la santé

Le séchage fréquent de manioc sur le goudron dans les préfectures de l’Ombella M’Poko et de la Kémo, a un impact négatif sur la santé, a relevé un cadre du ministère des transports à radio ICDI.

« Cette pratique est nocive à la santé parce que « le goudron est composé de produits chimiques. Lorsqu’on assèche le manioc sur le goudron, il aspire ces produits dangereux et peut constituer un risque pour la santé de ceux qui consomment ce genre de manioc », a expliqué Fortuné Malik, divisionnaire des Travaux publics de la préfecture de Kémo, rencontré à Sibut en début de semaine.

Martine Balekouzou, résidant au village Gboyahou à 20 Km de Sibut affirme être consciente de la dangerosité de cette pratique, mais c’est un problème d’infrastructures qui se pose. « Dans notre village, nous sommes conscients du danger que cela représente, mais nous le faisons par manque d’aire de séchage approprié », a-t-elle évoqué.

Il faut relever que sur les axes Bangui – Mbaïki (Sud), Bangui-Boali (Nord-ouest) et Bangui-Sibut Centre-nord) où les routes sont goudronnées, le manioc est séché sur les marge de goudron en l’absence d’espace approprié.

 

Bangui : Prendre en compte la dimension genre dans la protection de l’environnement

La question de ‘’l’analyse genre et développement’’ a été au centre d’un atelier des ONG de protection de l’environnement, de la forêt et du développement durable qui s’est déroulé à Bangui au 17 au 18 avril 2012, a annoncé radio Notre Dame.

Organisé par la coordination du programme d’assistance technique de l’Institut centrafricain des statistiques et d’études sociales, cette assise a regroupé les membres de la plate-forme d’analyse de la dimension genre dans le développement de l’environnement.

Selon le coordonnateur de la plate-forme gestion durable des ressources naturelles et de l’environnement, Jean Jacques Urbain Matamalet, l’objectif de cette activité est de mobiliser plus de personnes autour de la question du genre dans les programmes et projets de développement.

« Notre pays la RCA a pris beaucoup d’engagements sur le plan international et il appartient aussi à la société civile de l’accompagner pour que ces engagements se traduisent dans les faits », a-t-il dit soulignant ‘’le déficit’’ d’engagement de la femme dans la prise de décisions relatives à la protection de l’environnement et aux ressources naturelles.

 

Bangui : 10 personnes impliquées dans l’affaire SONATU déjà inculpées par la justice

Au total 10 personnes sur les 20 interpellées par la justice pour l’affaire de la Société nationale des transports urbains (SONATU) ont été déjà auditionnées et inculpées par le doyen des juges près le tribunal de grande instance de Bangui, a confié ce matin une source proche du dossier au RJDH.

Sur les 10 personnes auditionnées, 8 ont été placées sous mandat de dépôt pour détournement de deniers publics et transférés à la maison d’arrêt de Ngaragba pour les hommes et à la prison de Bimbo pour les femmes. Par contre, 2 personnes ont été mises en liberté provisoire, a expliqué notre source sans donner de nom.

« Certaines personnes étaient inculpées pour avoir aidé les responsables de la SONATU à faire des détournements. Pour cela, elles ont été déférées à la section de recherche et d’investigation (SRI), et d’autres sont transférées à la maison d’arrêt de Ngaragba », a précisé notre source.

D’après les informations, la décision sera rendue publique après la comparution des 10 autres accusées.

 

 

Bambari : Mésentente entre les conducteurs de mototaxis et les forces de l’ordre

Les conducteurs de mototaxis de la ville de Bambari se plaignent des difficultés de travail dans la ville et la périphérie, à cause des barrières illégales érigées par les Forces de l’ordre (gendarmerie et police), d’après un reportage de radio Linga diffusé ce matin.

« Ces multiples barrières entravent nos activités, nous ne pouvons pas avoir une bonne recette à cause de ces tracasseries », a indiqué un conducteur.

Interrogés par radio Linga, certains gendarmes et policiers ont fait savoir que la plupart des engins mis en circulations ne sont ni déclarés, ni assurés. « Sur 450 mototaxis en fonction dans la ville, 10 seulement ont une fiche technique. Et ce sont ces mototaxis qui sont à l’origine de la majorité des accidents de la circulation dans la ville », a déclaré un policier.

Il a également fait remarquer que nombreux sont les conducteurs qui ne disposent pas d’un permis de conduire.

 

Mbaïki : Les employés du projet AREF en grève

Les employés du projet Appui à la recherche forestière (AREF) à Mbaïki observent un arrêt de travail depuis le 13 avril pour demander le versement de 4 mois d’arriéré de salaires que leur doit le projet, a rapporté ce matin radio Songo.

D’après les informations rapportées par radio Songo, les manifestants affirment avoir déposé un préavis de grève la semaine dernière, mais qu’aucune initiative n’a été prise par les responsables du projet. Les portes de l’administration sont fermées et la plupart des administrateurs seraient actuellement à Bangui.

Il faut rappeler que le projet AREF est implanté dans la Lobaye depuis environ une dizaine d’années. Il a pour mission de veiller à la gestion durable des forêts.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches