Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 18:30

 

 

 

BANGUI : UNE SITUATION D’AMBIGÜITÉ À LA PÉDIATRIE

 

pediatrie2.jpg

 


Bangui, 11 mars 2013 (RJDH) – Le personnel d’appui de l’hôpital pédiatrique de Bangui est entré en grève pour une durée de 8 jours ce lundi 11 février, pour réclamer du gouvernement le payement de quatre mois d’arriéré de salaire.


Des feuilles de palmes ont été attachées partout dans les locaux du complexe pédiatrique par les grévistes en signe de protestation et du mécontentement. Selon Grégoire Soukandogo, délégué adjoint du personnel contractuel de cet hôpital, les manifestants ont respecté toutes les procédures juridiques d’entrer en grève.


« Nous nous soucions des enfants qui sont admis ici. Il y a des obligations de service, c’est normal, mais il y a aussi nos droits qui ne sont pas respectés. La responsabilité est partagée », a dit Ulrich- Matthieu Goyéko, chef de service de maintenance au complexe pédiatrique de Bangui.


Face à cette situation, Jean-Chrysostome Godi, directeur de l’hôpital complexe pédiatrique s’est entretenu ce matin avec les grévistes pour leur expliquer les conséquences de cette grève.


« Les conséquences de cette grève seront graves sur les enfants,  au cas où il  y aura un délestage, quel serait le sort des enfants qui sont sous oxygène puisqu’il n’y aura personne au service de maintenance pour faire fonctionner le générateur ? », s’est inquiété Jean-Chrysostome Godi.


Il a par ailleurs demandé aux délégués des contractuels afin de mettre en place un service minimum pour la maintenance, la caisse et l’accueil des enfants malades. Un compromis a été trouvé et les grévistes ont mis en place ce service minimum.

 


 

NDÉLÉ : LA POPULATION MANQUE DE L’EAU POTABLE

 

Ndele-vue-aerienne-centralafricanre.jpg

Ndélé

 

 

Ndélé, 11 mars 2013 (RJDH) – Les habitants  de la ville Ndélé (nord-est), l’une des localités occupées par les éléments de la coalition Séléka n’ont pas accès à l’eau potable de la Société de distribution d’eau en Centrafrique SODECA, depuis trois jours.

 

D’après les témoignages recueillis ce lundi 11 mars par le RJDH auprès de la population de cette localité, les femmes sont obligées  de parcourir plus de trois kilomètres afin de s’approvisionner  en eau de source. Mais la quantité n’est pas toujours suffisante pour les activités domestiques et l’insécurité pèse dans la zone

 

Selon les informations reçues,  le technicien qui s’occupait  de l’entretien d’eau au service de la SODECA,  a quitté la ville à cause des hostilités grandissantes dans la localité. Après son départ, le service est assuré par  les quelques volontaires de la Croix-Rouge locale.


Il faut signaler  que dans les localités  occupées par la  coalition Séléka, le personnel des services publics  ont tous quitté pour des raisons de sécurité. Ceux-ci sont souvent la première cible des exactions des rebelles.

 

 

MBAÏKI : L’OFCA PORTE PLAINTE CONTRE UN PRÉSUMÉ AGRESSEUR

 

Mbaïki, 11 mars 2013 (RJDH) La présidente de l’Organisation des femmes centrafricaines (OFCA) de Mbaïki, Susanne Malonga a porté plainte contre un homme qui a battu son épouse le 8 mars, alors que celle-ci était avec ses paires en train de célébrer la journée internationale de la femme.


Le chef d’antenne de l’ONG Conseil danois pour les réfugiés (DRC) de Mbaïki,  Euloge Ibrahim, a fait savoir que l’incident s’est produit dans la nuit du vendredi  8 mars à  20 heures,  pendant que certaines femmes continuaient de fêter la journée internationale de la femme. Le présumé agresseur  a battu son épouse qu’il aurait soupçonné d’adultère.


La victime  a reçu des blessures partout sur le corps, elle est restée les deux yeux fermés car le présumé agresseur a failli lui crever les yeux.


Indigné par cet acte de violence, le collectif des femmes de l’OFCA, représenté par Susanne Malonga a porté plainte contre le mari à la gendarmerie de Mbaïki.


La victime se trouve encore à l’hôpital de cette localité pour des soins médicaux et le présumé agresseur est maintenu à la gendarmerie pour des fins d’enquête.

 

 

 

 

BOALI : LES CULTIVATRICES REÇOIVENT DU MATÉRIEL

 

 

Boali, 11 mars 2013 (RJDH) Les associations des femmes du village de Bogoula, situé à 60 kilomètres de Bangui dans la commune de Boali (sud-ouest), ont reçu le dimanche 9 mars, des outils agricoles et des vivres de la part  du ministre du Développement rural, Aimée Dorothée Malénzapa à l’occasion de  la journée internationale de la femme.


Ces matériels sont composés entre autres des brouettes, des râteaux, des houes, des sacs du sucre et des cartons de savon.


Aimée Dorothée Malénzapa a souligné que ces matériels vont permettre à ces femmes de faire face à un certain nombre de problèmes matériels que leur association rencontre. Elle a  également déploré les violences exercées sur les femmes dans les villes occupées par les rebelles de la Séléka.


Le député de Boali, Bertin Béa, a de son côté justifié le choix de cette localité pour la célébration de la journée internationale de la femme comme  une manière de  montrer aux habitants de ce village en général et les femmes en particulier qu’ils ne sont pas exclus du système social.


C’était le dimanche 10 mars que les femmes de la ville de Boali ont célébré la journée internationale de la femme. La journée a été marquée par un grand défilé qui a vu la participation de  toutes les couches sociales féminines de cette localité.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches