Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 19:25

 

 

RÉSEAU DES JOURNALISTES POUR LES DROITS DE L’HOMME EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (RJDH-RCA)

 

BANGUI : UNE SITUATION ALIMENTAIRE PRÉOCCUPANTE DANS LA VAKAGA

 

des-agriculteurs--1-.jpg


Bangui, 28 novembre 2012 (RJDH) – Frappée par une crise alimentaire en mai dernier, la préfecture de la Vakaga (nord-est) connait encore une situation alimentaire précaire. La population n’arrive toujours par à bien se nourrir après l’intervention des Nations-unies qui lui ont apporté de l’aide.

Pour la plupart des habitants de la ville de Birao, interrogés par le RJDH, il est difficile pour la population des villes touchées par cette famine, de retrouver leur niveau de vie initial, en dépit de l’intervention humanitaire du mois d’août, où des vivres ont été largués à une partie de la population.

« Notre ville a été victime d’une crise alimentaire il y a de cela six mois. Mais jusqu’à présent, nous avons du mal à nous reconstituer ; parce que nous avons mangé nos semences à cause de la faim. J’ai comme impression que cette crise persiste encore dans la région », a indiqué une autorité sous-préfectorale qui a requis l’anonymat.

En plus, une grande partie des champs a été inondés par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville entre les mois d’août et septembre. Pour la même source, il y a une crainte de la population pour un probable retour de la crise  alimentaire dans la région.

« Nos récoltes ont été détruites parce que les parcelles des champs ont été inondées pendant un mois et demi. J’ai tout perdu et je ne sais comment nourrir mes enfants», s’est lamentée une cultivatrice, mère de dix enfants.

Moussa Ibrahim, un habitant de la ville de Birao, s’est dit inquiet de la situation  alimentaire, craignant que la population revive la même situation de la dernière fois. « Le gouvernement et les structures humanitaires présentes en RCA n’interviennent qu’en retard lorsqu’un évènement arrive dans la Vakaga », a-t-il déploré.

A cause de cette inondation qui a détruit les récoltes, nombreux sont des habitants de la ville qui sollicitent une nouvelle intervention.

« Nous demandons au gouvernement et aux structures humanitaires de nous venir en aide. Sinon, la situation sera plus grave que celle qui vient de se produire », a déclaré Ramadine Katré, une mère de famille.

Une source relevant du Programme alimentaire mondiale (PAM) a annoncé qu’un projet pour une assistance alimentaire et sanitaire, en faveur de la population de la Vakaga est déjà soumis aux bailleurs de fonds. Une réponse positive de leur part permettrait d’organiser une nouvelle intervention.

Sur les 45 000  personnes affectées par cette crise, 11 000 personnes ont bénéficié d’une assistance alimentaire. Environ 350 tonnes de nourriture ont été distribuées en août dernier.

 

BAMBARI : CINQ CAS DE DÉCÈS LIÉ À LA PNEUMONIE

 

pneumonie-poumons-alveoles

 

Bambari, 28 novembre 2012 (RJDH) Entre le mois de juillet et septembre, au moins cinq  cas de décès des enfants de zéro à cinq ans, liés à la pneumonie  ont été déclarés à l’hôpital préfecture de la Ouaka (centre), sur  432 enfants personnes enregistrées. L’information a été livrée par le chef de la préfecture sanitaire de la Ouaka, le docteur Ernest Kalton dans une émission sur Radio Béoko.

D’après le Dr Kalton, il y a deux causes de la propagation de la pneumonie dans la préfecture de la Ouaka. Dans un premier « le personnel soignant ne sait pas faire la distinction entre les infections respiratoires aigües et la pneumonie qui est une inflammation respiratoire. Certains agents de santé considèrent les symptômes de la pneumonie comme les manifestations des infections respiratoires », a-t-il relevé.

De ce fait il y a déjà des difficultés au niveau du diagnostic, ce qui engendre parfois une fin fatale pour les enfants.

Mais il y a aussi l’ignorance des parents vis-à-vis de cette maladie qui est pourtant fréquente dans la préfecture de la Ouaka. Ces derniers refusent de faire vacciner leurs enfants ou de suivre régulièrement le calendrier vaccinal, c’est pourquoi les enfants sont explosés à cette maladie.

Le docteur Kalton invite les parents à faire vacciner leurs enfants et de suivre le calendrier vaccinal afin de les protéger contre la pneumonie. En dehors du paludisme, la pneumonie est l’une des principales causes de décès des enfants en République centrafricaine.

 

BOUAR : DES JEUNES APPRENNENT COMMENT CONCEVOIR DES PROJETS

 

Bouar, 28 novembre 2012 (RJDH) A l’initiative de l’Agence centrafricaine pour la formation professionnelle et l’emploi (ACFPE),   une quarantaine de jeunes de la ville de Bouar (ouest) ont acquis des connaissances sur les techniques de conception de projets bancables.

Cette activité s’est déroulée le mardi 27 novembre. L’objectif est d’amener les jeunes de cette partie de la République centrafricaine, à promouvoir l’auto-emploi en créant des activités génératrices de revenu.

Le chef d’agence de l’ACEFPE de Bouar,  Honoré Yakoubou,  a fait savoir que cette assise orientée sur la conception, la gestion d’un projet s’inscrit dans le cadre de la troisième mission de sa structure, à savoir le développement de la libre entreprise.

Il  a également indiqué que  des microcrédits seront octroyés aux 46 participants à cette formation, s’ils parviennent à présenter des projets intéressants. Ces microcrédits vont leur permettre d’entreprendre des activités génératrices de revenu.

En dehors des jeunes, certaines associations communautaires ont également pris part à cette formation.

 

BAMBARI : LES AUTORITÉS MUNICIPALES INVITÉES À LA TRANSPARENCE DANS LA GESTION DE LA CHOSE PUBLIQUE

 

Bambari, 28 novembre 2012 (RJDH) Inciter les autorités locales à pratiquer une gestion transparente et rationnelle des ressources communales, tel est l’objet d’une mission du ministère de l’administration du territoire et de décentralisation, qui séjourne depuis hier à Bambari (centre).

La mission est conduite par l’inspecteur central Alexandre Kouroupé-Awo. Elle a pour but  d’inspecter et d’enquêter sur les administrations de la mairie de la ville. Après une journée de travail, plusieurs failles ont été découvertes.

Au niveau du service de comptabilité par exemple, le journal comptable n’est pas à jour.  Il ressort de même que les activités de la municipalité, des biens communaux ont été vendus de manière illicite au mois de septembre.

Alexandre Kouroupé-Awo, a pour cela interpellé les responsables du service de délivrance des actes de décès, d’en respecter les principes. Il a rappelé que des médecins doivent être impliqués dans le processus, si la personne meurt à l’hôpital ou dans un centre de santé.

Dans le cas contraire, les chefs de quartiers seront désormais mis à contribution. Cette disposition est prise par les textes en vigueur, mais la municipalité de Bambari ne l’applique pas.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches