Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 00:38

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 


 

Birao : Des produits agricoles détruits suite aux inondations.

 

 

une-plantation-de-cocotiers-inondc3a9e.jpg

 

 

Birao, 30 octobre 2012 (RJDH) – Les agriculteurs de la ville de Birao (nord-est) se plaignent du fait que tous les produits agricoles ont été pourris suite aux inondations liées à  des pluies à répétition qui se sont abattues sur la ville durant tout le mois de septembre dernier. Les produits sont entre autres le sorgho, le haricot et le sésame. La population craint la reprise de la crise alimentaire, déjà signalée dans la région.


« Nos récoltes ont été détruites par des asticots, parce que les parcelles des champs ont été inondées pendant un mois et demi. J’ai tout perdu et je ne sais comment nourrir mes enfants », se plaint une cultivatrice, mère de quatre enfants.


Mahamat Ibrahim, un cultivateur, a pour sa part expliqué que les récoltes de cette année pourraient bien permettre à la population de se relever de la crise alimentaire et de se projeter pour l’année prochaine. « Nous sommes inquiets, parce que nous risquons de revivre la même crise que nous venons de traverser et qui a encore des effets », dit-il.


« Nous lançons un appel au gouvernement de nous venir en aide car notre situation est alarmante », a-t-il conclu.

 


 

Bangui : La maternité de Bédé-Combattant fait face à d’énormes difficultés

 

Bangui, 30 octobre 2012 (RJDH) – Le service de la maternité du centre de santé de Bédé-Combattant est dépourvu du personnel et du matériel adéquat pour son fonctionnement, a fait observer Josée-Blandine Boukaré, major de ce service.


« Il n’y a que deux sages-femmes et deux aides accoucheuses. Nous n’avons que trois moustiquaires pour 18 lits, ce  qui est insignifiant pour la lutte contre le paludisme », a déploré Josée-Blandine Boukaré.


Le manque des médicaments pour la santé de reproduction complète l’effectif des difficultés que traverse la maternité. « De temps en temps nous recevons des médicaments pour la santé de reproduction chez les femmes. La quantité de ces produits n’est pas suffisante pour couvrir les besoins », fait savoir la sage-femme.


Pour elle, cette situation démotive la population à fréquenter le centre de santé. « Nous avons constaté que les femmes n’arrivent pas en grand nombre au centre, pour la consultation prénatale. Les naissances à domicile sont plus fréquentes que celle à la maternité », a-t-elle ajouté.

 


 

Bangui : Des étudiants de l’INJS réclament du gouvernement de bonnes conditions d’études

 

Bangui, 30 octobre 2012 (RJDH) – Les élèves étudiants de l’Institut national de jeunesse et sport (INJS) de Bangui se sont mis en grève ce mardi 30 octobre,  pour  revendiquer du gouvernement le paiement des 10 mois de retard de leur bourse.


« En plus des arriérées de bourse, nous ne disposons pas  de réfectoire, ni de l’infirmerie. Les enseignants qui nous dispensent les cours ne sont pas payés. C’est pourquoi nous voulons demander au gouvernement à travers cette grève, de trouver  une solution », a expliqué  Brice Igor Ngaté président du collectif des étudiants.


Il a par ailleurs précisé que la reprise des activités est conditionnée à la satisfaction de leur revendication.  « On ne peut pas reprendre les activités tant que le gouvernement ne nous trouve pas une bonne solution », a –t-il conclu.


L’INJS est une branche du ministère de l’Education nationale qui forme les enseignants de la matière scolaire des épreuves physiques et sportives (EPS).

 


 

Bakouma: La société safari CAWA entend réprendre les activités

 

 

 

Eric Mararv à Bangui

 

 

Bakouma, 30 octobre 2012 (RJDH) – Bientôt la société safari CAWA va reprendre ses activités dans la ville de Bakouma (sud-est), après huit mois de fermeture du site, suite  à la détention du patron de cette société, Eric Mararv, liée à la découverte de 13 corps de jeunes dans sa concession de chasse.


L’information a été confirmée par le porte-parole de safari CAWA,  Jean Jacques Aimoussa, ce mardi 30 octobre joint au RJDH. « Nous sommes déjà sur place dans la ville de Bakouma pour la réhabilitation des maisons et le nettoyage de la concession des chasses, pour la reprise  de nos activités »,  a déclaré le porte-parole.


La même source a fait savoir que le propriétaire de la société CAWA, est à Bangui  depuis le 19 octobre. « Il se rendra dans les jours à venir  à Bakouma pour reprendre les  activités de chasse », a-t-il ajouté.


En mars dernier, le propriétaire de la société de safari CAWA, Erick Mararv et son collègue le britannique, David Simpson avec 11 de ses employés locaux ont été interpellés et détenus à la prison centrale de Ngaragba à Bangui, parce qu’ils avaient découvert dans leur zone de chasse, 13 corps dans une mine d’or et de diamant.


Eric Mararv avait toujours clamé son innocence, attribuant ce massacre aux rebelles de la LRA. Après les investigations de la justice, il a été libéré, avec tous ses employés, le 6 septembre dernier. Le procès-verbal de la justice affirme avoir ordonné la ‘’libération immédiate’’ des inculpés et classé le dossier, estimant qu’il y avait ‘’existence du doute pénal’’ dans le dossier.


Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches