Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 17:59

 

 

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

Bangui : Les éléments du FPR divisés sur la déclaration de leur chef

 

 

Baba laddé FPR

 

Bangui, 5 octobre 2012 (RJDH) – Les éléments de l’ex-rébellion tchadienne du Front populaire pour le redressement (FPR), ne sont pas unanimes sur la déclaration de leur chef, Abdel-Kader Baba-Laddé, qui, depuis Ndjamena, leur demandant de rester sur les sites de cantonnement, en République centrafricaine, le temps de négocier avec le gouvernement tchadien, un programme de démobilisation pour eux.


Pendant que les éléments basés dans la préfecture de la Ouaka, dans le centre du pays, commencent à être acheminé vers la frontière, malgré la déclaration de leur leader dans un média international, ceux du nord refusent de coopérer et suivent la déclaration de Baba-Laddé qui voudrait avoir des précisions du gouvernement tchadien sur un programme de Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) en faveur de ses hommes.

 

Ceux qui sont regroupés dans la zone de Kabo et de Kaga-Bandoro et qui devaient se regrouper au village de Bokandji, à 26 km de Kabo, ont refusé ce matin de rejoindre les lieux. Il en est de même pour ceux de Farazala, à 36 km de Kaga-Bandoro. Dans la foulée, les autorités politiques, administratives et militaires ont tenu une réunion pour aller à la rencontre des éléments pour un dialogue.

 

Du côté d’Ippy, les éléments sont toujours mobilisés. D’après une source proche de ces ex-rebelles, jointe par le RJDH depuis Ippy, ils sont disposés à rentrer au Tchad, car « Baba-Laddé qui est rentré depuis le 5 septembre à Ndjamena, vit bien et nous souffrons ici dans la brousse en territoire étranger », affirment-t-ils.

 

Le comité mis en place pour le rapatriement de ces ex-rebelles confirme cette information. Firmino Ferreira, chargé de communication de ce comité a affirmé qu’« à l’instant, 200 éléments du FPR sont déjà à Ippy et attendent leur rapatriement vers le Tchad. Des pick-up font la navette entre Ippy et Madounguéré où d’autres éléments sont cantonnés. Les éléments sont coopératifs et nous pensons que rien ne pourrait empêcher cette opération ».


Le premier convoi de 15 véhicules qui doit transporter plus de 500 personnes n’a toujours pas quitté Ippy. Le comité du rapatriement évoque des raisons techniques. « Dans les prochains jours, le convoi va quitter Ippy à destination de la ville de Sido où ces hommes seront remis aux autorités tchadiennes », indique Firmino Ferreira.

 

 

 

Bangui : Un acte de vandalisme prive la population d’eau potable

 

 

eau-robinet.jpg

 

 

Bangui, 5 octobre 2012 (RJDH) – Les habitants de cinq quartiers du 5ème arrondissement de Bangui éprouvent de difficultés pour s’approvisionner en eau potable. L’unique fontaine qui fournit de l’eau à la population a été saccagée par des bandits non identifiés dans la nuit de jeudi à vendredi.


Selon des témoignages  recueillis par Radio Notre Dame, ces malfrats ont cassé la porte de la fontaine et ont emporté le compteur avant de saccager le kiosque.

 

« Nous sommes pénalisés par cet acte, parce que c’est l’unique fontaine qui nous ravitaille. Et cette situation a poussé une partie de la population à consommer de l’eau de puits », a déploré un habitant du quartier Yangato.


Adeline Warassio, mère de famille, demande à la Société de distribution d’eau en Centrafrique de vite rétablir le compteur volé pour que la fontaine puisse fonctionner, car « la situation est grave ».

 


 

Sam-Ouandja : Des parents d’élèves sensibilisés à la scolarisation des filles

 

Sam-Ouandja, 5 octobre 2012 (RJDH) – Une campagne de sensibilisation de 4 jours sur la scolarisation des filles a pris fin hier dans la commune de Sam-Ouandja et des villages périphériques. La campagne a été organisée par l’association l’Echo du développement en partenariat avec l’Union préfectorale des parents d’élèves de Sam-Ouandja.


Cette campagne a eu lieu dans les 28 quartiers de la ville de Sam-Ouandja et les six villages environnants, où il y a des établissements scolaires, demandant aux parents d’inscrire leurs filles à l’école au même titre que les garçons.


Par ailleurs, Thomas Grebouni, président de l’association Echo du développement, a affirmé à l’issue de la campagne que cette année scolaire s’annonçait plus difficile que celle de l’année dernière dans la commune de Sam-Ouandja, parce que certains directeurs d’école et leur personnel ne sont pas encore en place.

 

 

 

Bambari : Les habitants se désintéressent du dépistage volontaire du VIH/sida

 

Bambari, 5 octobre 2012 (RJDH) – Très peu de personnes se présentent depuis ces derniers mois au centre de dépistage volontaire du sida de la ville de Bambari pour des tests. L’observation a été faite ce 4 septembre par Martin Kokpalé, chef de ce centre.


Selon lui, à cause de cette sorte de ‘’démotivation’’ la population, le taux de fréquentation  a sensiblement baissé. Il explique qu’avant, le centre recevait environ 30 personnes par jour, mais au cours des trois derniers mois, le centre accueille difficilement trois personnes par jour.


Martin Kokpalé estime que ce comportant est inquiétant pour la santé de la population.  « Le taux de contamination peut encore augmenter alors que nous souhaitons le réduire davantage d’ici à 2015.


Par ailleurs, le chef de centre déplore le manque de matériels de sonorisation pour sensibiliser la population sur les avantages liés au dépistage volontaire et précoce.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches