Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 00:18

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de lhomme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

 

 

Boali : Près de 100 enfants souffrent de paludisme chaque mois

 

 

moustique.jpg

 

 

Boali, 31 août 2012 (RJDH) – Le centre de santé du village de Békadili, situé à 45 kilomètres de la sous-préfecture de Yaloké (sud-ouest), reçoit chaque mois, plus de 90 enfants de moins de cinq ans, malades de paludisme.


Le responsable du centre de santé de Békadili, Jonas Ngazou, a fait savoir que le paludisme constitue l’une des principales causes de la mort des enfants dans cette localité.


« Les enfants de moins de cinq ans constituent les premières victimes du paludisme. Souvent, les parents amènent les enfants au moment où la maladie atteint le stade de complication, en particulier l’anémie sévère et la convulsion. Ce qui occasionne souvent la mort de certains enfants », a-t-il relevé.


D’après son analyse, les parents considèrent la manifestation du paludisme comme un mauvais sort jeté sur leurs enfants par des sorciers et se contentent de consulter des guérisseurs traditionnels au lieu de les emmener à l’hôpital. 


Le chef de centre a également déploré le manque de personnel qualifié dans son service, expliquant que le centre est tenu par un seul infirmier diplômé d’Etat, assisté de personnes  formées sur le tas.

 


 

Djéma : Hausse de prix des denrées alimentaires à cause de l’insécurité

 

 

marche-centrafricain.jpg

 

 

Djéma, 31 août 2012 (RJDH) – La  population de la ville de Djéma (sud-est) connaît une flambée de prix des denrées alimentaires, à cause de l’insécurité persistante dans la région. Le rayon de sécurité est de  10 kilomètrespour les cultivateurs et 15 kilomètres pour les chasseurs, a fait observer le maire de la ville, François Louglouzou.


« La cuvette de manioc qui coûtait 500 FCFA se vend maintenant à  3500 FCFA. Un morceau de viande boucanée coûte actuellement 500 FCFA au lieu de 150 FCFA, il y a quelques mois », a déploré le chef de groupe de Djéma, Emmanuel Mboli-Gotirani.


Le maire de la ville a aussi déploré l’absence des forces de l’ordre centrafricaine dans sa localité. D’après lui, la sécurité de la population est assurée par des forces étrangères, notamment  l’armée ougandaise, déployée dans cette partie du pays pour  traquer Joseph Kony et sa rébellion de la LRA.


« La gendarmerie a quitté la ville de Djéma depuis près de cinq ans, sous prétexte de l’insécurité. Il n’y aucune base militaire centrafricaine dans la ville. Notre sécurité est assurée par des forces  ougandaises qui font  des patrouilles, à la recherchedes éléments de la LRA de Joseph Kony », a expliqué François Louglouzou.


Selon la même source, cette absence des forces de l’ordre a fait que les autorités administratives ne sont plus respectées par certaines personnes. « Donc nous ne pouvons pas prendre des décisions pour règlementer les prix des denrées alimentaires qui augmentent chaque jour », a-t-il conclu.

 


 

Bambari : Rupture des médicaments antituberculeux

 

 

medicaments.jpg

 

 

Bambari, 31 août 2012 (RJDH) – Le centre de la prise en charge des personnes malades de tuberculose ne dispose plus de médicaments antituberculeux. L’annonce a été faite le jeudi 30 août, par Jean-Marie Louanga, gestionnaire dudit centre.

 

« C’est depuis le  début du mois d’août que le centre ne dispose plus de médicaments pour les patients. Si cette rupture persiste, beaucoup de malades vont perdre la vie à cause de la rechute », a déclaré Jean-Marie Louanga.


Il a expliqué que les médicaments sont souvent fournis par  le ministère de la santé, mais  le stock  qui a été livré n’est pas suffisant pour tous les malades, surtout pour les nouveaux cas.


« Nous lançons un appel au gouvernement et aux structures humanitaires qui œuvrent dans le domaine de la santé de porter  secours à  ces  personnes malades », a-t-il déclaré.


 

Bouar : La consommation de la drogue fait des victimes

 

Bouar, 31 août 2012 (RJDH) – Deux personnes ayant consommé des comprimés à effet de drogue, dont l’une à pied et l’autre à moto,  ont été à l’origine d’un accident de la circulation, le jeudi 30 août, à Bouar (ouest).


Il s’agit d’un comprimé connu sous le nom detramadol que consomme souvent les conducteurs de mototaxis, et des jeunes, pour, disent-ils, ‘’éviter la fatigue’’.


Des groupes de personnes  interrogées sur cet accident ont fait savoir que le premier accidenté  était dans un état d’ivresse avancé, pour avoir  pris ces produits. Alors qu’il marchait en pleine route, il s’est déséquilibré et s’est fait heurter par une moto qui venait à toute vitesse. Les témoignages révèlent que le conducteur du mototaxi, lui aussi était sous le coup de la drogue Tous les deux ont eu des fractures ouvertes aux pieds.


Cette information est confirmée par Noël Fongoulé, technicien supérieur à l’hôpital de Bouar qui a expliqué que   « la consommation abusive de ces produits peut entraîner des troubles mentaux ». Il a précisé que le produit tramol contient du somnifère dont les effets peuvent être fatals pour l’homme.


Le présumé vendeur de ce comprimé a été interpellé et maintenu à la brigade de la gendarmerie territoriale pour des fins d’enquête.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches