Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 15:03

 

 

Bozizé KNK ridicule


Pour quelqu’un qui prétend avoir remporté la dernière présidentielle avec plus de 66 % des suffrages et qui a « prêté » serment le jour anniversaire du coup d’Etat qui l’a porté au pouvoir pour un autre mandat de cinq années encore à la tête de la République centrafricaine, la situation que traverse François Bozizé depuis lors n’est pas des plus enviable. En reconduisant pour la troisième fois un Premier Ministre dont les Centrafricains connaissent à peine le timbre de la voix, un cupide incapable béni oui oui juste réduit à inaugurer les chrysanthèmes, le « président » centrafricain qui a dû s’apercevoir de son erreur et afin sans doute de se donner un peu de répit, serait selon nos informations, à la recherche d’un nouveau Premier Ministre pour succéder à l’universitaire terne en politique, Faustin Archange Touadéra dont certains compatriotes exigent ouvertement la démission alors que l’intéressé se verrait toujours au poste.


Mais Bozizé, conformément à son habitude consistant à toujours chercher parmi les personnalités lisses et susceptibles de ne pas lui constituer le moindre ombrage bien au contraire, à le laisser faire tout ce que bon lui semble à la tête de l’Etat. Il en fut ainsi dès son arrivée à la tête du pays après son putsch du 15 mars 2003 avec le Pr Abel Nguendé Goumba, Célestin Leroy Gaombalet, Elie Doté et actuellement Faustin Touadéra, toutes des personnes de faible tempérament et sans personnalité, dont l’accumulation des bilans successifs de mauvaise gestion, de prédation sont si désastreux que cela a produit aujourd’hui la situation catastrophique dans laquelle se trouve enfoncée la République centrafricaine avec une pauvreté et une misère sans nom, tous les principaux indicateurs socio-économiques au rouge et des classements du pays en queue de peloton à tout point de vue.


C’est déjà depuis plusieurs mois que circulent avec insistance les rumeurs sur ce changement de Premier Ministre ainsi que celui de certains ministres qui n’ont plus rien à faire au gouvernement tant ils n’ont jamais apporté la preuve de leur compétence et sont décriés, mais rien ne se fait. Le pays va à vaut l’eau. Plusieurs semaines passent sans le moindre conseil de cabinet ou de ministre. Suite à une hémorragie sans précédent du trésor, la sécheresse financière frappe le cœur de l’Etat dont les difficultés à assurer les obligations régaliennes se font de plus en plus évidentes. Les perspectives de conclusion d’un programme quelconque avec le FMI qui pourrait apporter un peu d’oxygène au gouvernement sont assez lointaines. Bozizé est donc réduit à une certaine mendicité publique internationale mais aux résultats hypothétiques, pour espérer avoir la tête hors de l’eau. Le Qatar et la Guinée Equatoriale ont reçu dernièrement sa visite.

 

Pour la primature, il aurait songé à certains prélats révoqués par le Vatican comme François Xavier Yombandjé rentré récemment de France et Paulin Pomodimo mais selon nos informations, une avalanche de fiches anonymes de diverses provenances n’a pas tardé à lui parvenir le mettant sévèrement en garde contre une telle tentation qui lui attirerait illico presto les foudres du Vatican. Bozizé est donc contraint de chercher ailleurs quelqu’un d’autre.

 

On a vu que même pour le secrétariat général de son propre parti KNK, Bozizé a du mal à trouver la personne idoine pour remplacer Elie Oueifio devenu indésirable et qui a été brutalement limogé à la hussarde. Son successeur, l’ambassadeur centrafricain au Cameroun et ancien directeur de campagne de la première dame Monique Bozizé aux législatives de 2005, Louis Oguéré Ngaikoumon, n’a été désigné que pour un intérim, ce qui a inévitablement crée ce dernier une grande frustration, ce d’autant plus qu’il n’hérite pas non plus automatiquement de l’autre fonction de secrétaire général de la présidence qu’occupait cumulativement avec celle du KNK, Elie Ouéifio.

 

Bozizé est donc visiblement dépassé par les événements et semble ne plus avoir le moindre contrôle de la situation du pays. L’affaire du chef rebelle Baba Laddé en est une preuve où son impuissance à mettre hors d’état de nuire cet imposteur tchadien donne clairement l’exacte idée sur le degré de sa démission devant les obligations de sa charge de président de la République et chef suprême des armées, chargé de veiller à l’intégrité du territoire national et à celle de ses concitoyens.

 

Ses réels ennuis de santé que Bozizé s’évertue toujours à nier ne sauraient constituer une excuse. Un fait demeure troublant. Selon nos informations, lors de son départ de l’aéroport  Bangui Mpoko pour l’inauguration d’une cathédrale à Malabo dernièrement, tous les membres du gouvernement présents venus lui dire au revoir, ont constaté avec effarement sans dire mot qu’il avait une déformation faciale et tout le côté droit du visage tuméfié. A son retour de Malabo, les mêmes ministres ont remarqué qu’il n’y avait plus la moindre trace de tout cela.

 

Rédaction C.A.P

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique