Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 01:09

 

 

 

Ouamba-Patas.JPG                                   

 

La Démocratie versus autocratie ou le Bien contre le Mal, c’est la dernière image que présente le paysage politique centrafricain avec la nomination de Tiangaye comme Premier Ministre. Des Généraux d’Armée, l’on en trouve aux Etats-Unis d’Amérique, en France, au Royaume-Uni et dans d’autres pays développés ; ils ont un seul objectif : la préservation des intérêts supérieurs et vitaux de leurs pays – la sécurité, la protection et la stabilité –. Ces Généraux d’Armée participent au développement économique de leur pays ;  ainsi à leur rayonnement dans le monde. Ils ont contribué à la consolidation de la Démocratie et l’exercice du pluralisme politique. Et ce, dans le respect des Droits de l’Homme. Ils sont des élites. Ils sont  ingénieux, compétents et talentueux.

 

Et aujourd’hui, la Centrafrique les envie. Demanderiez-vous Pourquoi ? La réponse est simple : Bozizé, un Général d’Armée ou de corps d’Armée est dépourvu de vision politique. Il n’a pas le sens d’intérêts de la Centrafrique. Et l’on se pose la question de savoir : A quoi sert un Général qui a étudié à l’Ecole de guerre de France ? Constatez-vous l’état de l’Armée centrafricaine ? Une Armée qui n’existe que de nom !!! Et oui, c’est vrai. Des Généraux Homme d’affaires. Ah !!. Les intérêts de la Centrafrique sont annihilés par ceux-là mêmes qui sont censés les défendre.  Bozizé est la contradiction même de ce qu’est, un Général.

 

Dix ans au Pouvoir de l’Etat, plus les années pendant lesquelles il tenta des coups d’Etat ne lui ont pas servi de déterminer les intérêts de la Centrafrique et de les maîtriser pour asseoir les bases de développement économique et de croissance. D’aucuns se permettent de dire que les centrafricains sont responsables de leurs maux ! Alors ce raisonnement est spécieux et vide de toute substance. Il n’est pas pertinent. Il est incohérent et souffre d’objectivité intellectuelle. Il est basé sur une appréciation holistique c’est-à-dire globale qui a la faiblesse d’ignorer l’importance de la sociologie politique dans la détermination des causes des maux de la Centrafrique. D’ailleurs, les maux résident dans les élites de ce pays.

 

Les maux existent dans cette entité. Tous les centrafricains ne décident pas de la politique de leur Etat. C’est une entité qui en dispose. Donc, s’il y a des responsables à incriminer, ce serait l’entité qui gouverne. Comme sous le régime Bozizé avant la constitution du Gouvernement de transition. C’est disculper des responsables que de parler dans le général alors qu’on les connaît individuellement. C’est pour cette raison que la Démocratie est contre l’autocratie. Et le nouveau Gouvernement de transition qui porte à sa tête Tiangaye doit lutter contre l’autocratie. Celle-ci s’est révélée par le mépris de la Chose Publique et la négation du respect des Droits de l’Homme.

 

Les Démocrates doivent se résoudre à faire prévaloir les valeurs républicaines de la Centrafrique. Démocratie versus autocratie, le combat du bien contre le mal est celui que doivent mener tous les Démocrates. Le sens de la réussite politique doit habiter les Démocrates quand bien même ils cohabitent avec des autocrates.  La Démocratie est trop forte et puissante. Elle doit non seulement résister mais vaincre l’autocratie. Car le ressort politique de la Démocratie s’est enraciné profondément dans la conscience nationale. Ce qui explique la mise en place de ce Gouvernement de transition et d’unité nationale. Tiangaye devrait toujours se le rappeler : la lutte de la Démocratie contre l’autocratie a eu déjà un vainqueur. Notamment le morcellement du Pouvoir de l’Etat que détenait Bozizé. Ainsi entre le bien – la Démocratie – et le mal – l’autocratie – la Centrafrique doit opter pour son Bien-Être notamment la Démocratie.


Joseph-Nestor Ouamba-Patas (Strasbourg).   

 

 

Democracy versus autocracy, or Good versus Evil; that is the late image the political landscape of Central African Republic has shown. President Barack Obama, United States of America throughtout his entire life of development, power, progress, dynamism and economic prosperity, has known many Generals of Army contributing to its to-day ascent as surper-power. Among them: Colin Powell, then now Martin E. Dempsey Chairman of the Joint Chiefs staff. Their purpose is to protect United States of America from all kind of aggression and menace which should come from inside or outside of America. To tell the truth, their first goal is to protect the interests of United States of America and to ensure its security in the world. Good example to countries which are seeking for Democracy.

 

President François Hollande; from General de Gaulle to Admiral Edouard Guillaud, both have one purpose: preserving the interests of France over the world. Country like Central African Republic should take these trends. Secretary of United Nations Ban Ki-Moon, Central African Republic invites you to give support to Democracy not to autocracy. And the new National Unity Government leads by Tiangaye represents Democracy and deserves to be trusted. As General of Army, Bozize has never the will to assure the interests of Central African Republic. This country lacks protection and security because Bozize regime at its times had made National Army deeply maimed and disabled. Bozize regime is characterized by institutions and political elites that are far less capable of performing fundamental tasks and ensuring their own continuity.

 

The consequence is that its regime reflected inherent qualities of instability or ineffectiveness and is especially vulnerable to the onset of new political instability events such as the recent outbreak of armed conflict. Now in Central African Republic, Democracy versus Autocracy: the democrat, Tiangaye versus the autocrat, Bozize. As Bozize is completely failed in its way of ruling Central African Republic in all political scope, it is suitable to President Barack Obama, President François Hollande and Secretary of United Nations, Ban Ki-Moon to consolidate Tiangaye political Agenda in order to overwhelm autocracy. General of Army, Bozize has never acted as Colin Powell and Martin E. Dempsey. General of Army Bozize has never relevant about the interests of its country as General de Gaulle or Admiral Edouard Guillaud. Then, what the International Community has understood from Bozize is: Misuse of public money, corruption, concentration of powers, abduction, lying, assassination, contempt for Human Rights respect, Ethnic State Power, Family State Power, false arrest, wholesale arrest, division, discrimination,  crime of violence,  casualness, indolence, incompetency and agreed. Bozize constitutes at that moment uncertainty for Central African Republic and its citizens.

 

He is the evil which should be toppled. The National Unity Government needs to be sustained by Democrats because this new government has taken its roots from Democrats – Seleka and Democratic opposition – and it is supposed that it will be based on the following characteristic: open – choice – competition – deliberation – check and balances. On this way Central African Republic, with Tiangaye as Prime Minister is experiencing Democracy versus Autocracy or Good versus Evil. Who will win this conflict? Democracy or autocracy. There is no place for autocracy in Central African Republic. Globalism, freedom, growth and political pluralism are in Democracy not autocracy. Let us now bury autocracy.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion