Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 18:08

 

 

 

 

 

Pont quartier Langbassi Pétévo cassé

 

pont sica3

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 06 Juin 2012 14:18

Plus de 105 Kilomètres  de route  qui relie la  sous-préfecture de Bouca à son Chef-lieu Bossangoa (nord-ouest) sont ces derniers temps dans un état de délabrement très avancé. Le tronçon de route servant de liaison aux 2 villes s’est, avec les récentes précipitations,  gravement dégradé. Tenant compte de la détérioration actuelle, le pire ne saurait être épargné si rien ne se fait du côté des autorités centrafricaines.

Le correspondant de Radio Ndeke Luka a pu constater les faits jeudi dernier avec plus de trois véhicules venant de Bouca qui s’étaient embourbés respectivement à 30 et 35 Km de Bossangoa. Les trafiquants qualifient  de crève-cœur l’état de la route et  laissent entendre  qu’ils changeront aussi vite qu’ils le peuvent d’itinéraire si aucune réfection ne se fait dans les jours qui viennent.

Les populations de Bouca, Dékoua voir Bossangoa ne peuvent en ce moment dissimuler leurs  inquiétudes. Elles se disent dépassées par l’énormité de la distance, et ne peuvent pas réussir une réparation manuelle pour empêcher une telle catastrophe de se produire. Impuissantes, les populations attendent désespérément que le gouvernement leur vienne à l’aide. Un conducteur de taxi-brousse se désole par ces termes : «  nous ne savons pas exactement ce que font nos dirigeants, les routes sont là en train de se changer en trous et ils laissent évoluer la situation. Ma petite voiture qui me nourrit ne pourra pas faire cette route d’ici la semaine prochaine avec ces énormes trous boueux ».

Ce désastre va-t-il être réparé le plus tôt possible afin que les populations, les trafiquants et les commerçants des localités et autres puissent librement circuler ?

A Radio Ndeke Luka, une source proche du ministère des travaux publics centrafricains qui préfère l’anonymat laisse entendre qu’« un travail de réhabilitation des travaux publics est en train de se faire entre Dékoua et Bouca. D’où jusqu’en 2013, l’axe de Bouca à Bossangoa sera totalement mis en état de circulation ». Cette déclaration fait comprendre que les populations et les trafiquants des localités ont encore plus de 5 mois de calvaire à  affronter avant toute intervention.

Loin de l’Axe Bouca/Bossangoa entres autres, les lignes Carnot/Berberati et Boda/ Nola s’abîment aussi au gré de la nature. Ce qui est fâcheux, c’est que cela passe au vu et au su des autorités de la région.

Depuis plusieurs mois, de nombreux transporteurs centrafricains ont cessé de fréquenter ces routes considérablement délabrées par peur de démolir leurs camions. Ce problème des voies routières peu praticables désavantage aussi  les institutions publiques des régions concernées dont les recettes sont conditionnées par l’emprunt de ladite voie.

En dépit de tout, il est aussi à  rappeler que même dans la capitale centrafricaine Bangui, l’état des routes goudronnées ou non laisse à désirer. C’est également le cas de nombreux ponts cassés, dont ceux de Yapélé et Castors-Gbakondja qui créent de longs détours inutiles aux les habitants de Bangui.

 

NDLR : C’est un pays abandonné par ses pseudos autorités. Que font les ministres de ces départements ? Que fait le gouvernement ? Tous les secteurs dont ils ont la charge sont en faillite. Santé, transports, éducation nationale, économie, agriculture, défense. Ce sont des preuves tangibles de la faillite de ce régime Bozizé qui n’a plus rien à faire à la tête du pays. Que sont devenues les promesses faites par Bozizé et le KNK lors de la dernière mascarade électorale de 2011 ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation