Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 19:00

 

 

 

 

Bozize-a-la-CBLT.png

 

14ème Sommet CBLT : Déclaration de François Bozizé

Source : http://www.infotchad.com

Depuis plusieurs décennies, le bassin du Lac Tchad est entré dans un cercle de déficit pluviométrique au point que chaque année, le lac Tchad se rétrécit.

Cette situation est due notamment à une accentuation des phénomènes d’érosion, d’ensablement, de sécheresse. Selon les spécialistes de l’environnement, le lac risque de disparaître à moyen terme si des mesures énergétiques de protection ne sont pas prises pour inverser la tendance négative observée. La superficie du Lac Tchad passée de 25.000 km carrés dans les années 1960 et actuellement, elle est de 2500 km carrés soit une diminution d’environ de 90% en 45 ans.

Devant cette situation alarmante, il est nécessaire et urgent de rechercher les solutions appropriées pour inverser la tendance d’où la décision des Chefs d’État dont le projet d’étude et de faisabilité du transfert des eaux de l’Oubangui vers le Lac Tchad, la question de sécurité dans la zone du bassin et la redynamisation de la force mixte multinationale de sécurité dans l’ensemble du bassin du Lac Tchad.

Il s’agit pour l’étude de faisabilité de transfert des eaux de l’Oubangui vers le Lac Tchad, un projet ambitieux qui vise le ralentissement des processus de l’assèchement du lac et sa réalimentation à partir du transfert des eaux de l’Oubangui partant de la RCA. Le projet de transfert d’eau concerne deux bassins ; l’Oubangui (Congo) avec une superficie de 643.000 km carrés et le Lac Tchad comme bassin récepteur. Comme retombée socioéconomique, ce transfert d’eau devra permettre l’extension du réseau électrique de deux Congo, la construction en RCA d’un barrage, l’augmentation de capacité hydroélectrique et le réglage des problèmes de l’Oubangui.

Les conclusions de l’analyse du rapport final de l’étude du projet de transfert des eaux de l’Oubangui vers le Lac Tchad précisent que le projet est faisable bien que certains détails sociaux et environnementaux ne sont pas encore concluants. C’est pourquoi, la RCA réitère son engagement à soutenir ce projet mais restera attentif aux répercussions que ce projet induira vis-à-vis à la population locale dans leurs conditions d’existence.

Nous saluons les efforts consentis par le Président Idriss Deby Itno qui a pris activement le problème du bassin du Lac Tchad par sa participation en décembre 2011 à Durban en Afrique du Sud pour promouvoir ce dossier à la 16ème conférence sur le changement climatique.

Déclaration du Président François Bozizé au 14ème sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CBLT

N’Djaména 30 avril 2012

La menace catastrophique qui pèse sur le lac Tchad berceau de l’humanité. Le lac Tchad est menacé de disparition. Nous nous retrouvons une fois plus de encore pour non seulement constater la gravité du phénomène dont l’avènement qui se produit sera une catastrophe écologique, social, économique, environnemental, sécuritaire et humanitaire non seulement pour les pays riverains du lac Tchad encore moins pour l’Afrique mais pour le monde tout entier. Mais aussi de prendre des mesures concrètes, audacieuses à l’image de qui a été intitulé lors du 6ème forum mondial de Marseille. Nous espérons croire que cette rencontre fondamentale vise à aboutir à des solutions durables, définitives pour la sauvegarde du lac Tchad. La menace de la disparition du lac Tchad nous interpelle tous.

C’est dans cette perspective que la communauté internationale et particulièrement l’Afrique va se mobiliser pour relever le défis en luttant contre les effets climatiques qui ont des incidences sur tous les aspects de la vie. L’assèchement du lac Tchad constitue une véritable catastrophique et un drame humain sans précèdent. Ce qui combien ce patrimoine mondial et vitale exige de la communauté internationale, et surtout les pays membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad de se mobiliser de façon rapide.

L’assèchement du lac Tchad constitue une préoccupation des plus hautes autorités des pays membres au premier rang desquels le Président de la République du Tchad Son Excellence Idriss Deby Itno qui en a fait son credo ces dernières années et a porté le flambeau de la cause du lac Tchad partout dans le monde. Aujourd’hui, le lac Tchad est connu, son danger est aussi connu et apprécié. Jamais, il ne se passe aucune rencontre unilatérale, bilatérale et sous régionale sans que le Tchad n’évoque la tragédie du point d’éclosion.

Les défenseurs infatigables de la cause du lac Tchad Idriss Deby ITNO arpente les tribunes et autres podium pour exprimer ses inquiétudes au nom de tous en vue de susciter les réactions de la communautés internationales, ses plaidoyer en 2009 au sommet de Rome et à la conférence des parties sur le changement climatique à Copenhague en 2010, au sommet d’Afrique France en Nice en France et enfin en 2012 en Marseille en France lors du 6ème forum mondial de l’eau en marge duquel, le Chef de l’Etat Idriss Deby Itno a animé un atelier de sensibilisation des donateurs afin de mobiliser les financements pour la sauvegarde du lac Tchad.

Il faut rappeler qu’au cours de cet atelier, une trentaine des projets ont été présentés et obtenus l’adhésion et la compréhension des bailleurs de fonds. Tous ces rappels pour vous dire l’importance que le Président Idriss Deby Itno accorde à son combat. Ces multiples démarches sont à la hauteur de ses engagements. Ainsi donc, 30.000.000 millions de personnes qui vivent autour du lac Tchad nous regardent et nous attendent.

Agissons.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE