Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 02:17

 

 

Mandaba Jean Michel

 

MLPC logo

 

Bureau Politique

Secrétariat Général

 

N° 022/MLPC/BP/SG/011

 

M . L . P . C

 

Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain 

 

Justice - Liberté - Travail

 

Membre de l'Internationale Socialiste

 

 

 

 

DECLARATION RELATIVE A L’ENTREE DU CAMARADE JEAN MICHEL MANDABA SECRETAIRE GENERAL DU PARTI AU GOUVERNEMENT TOUADERA III

 

******************************

 

Le Bureau Politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain  (MLPC) porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale ce qui suit :

Depuis les élections présidentielle et législatives entachées de fraudes massives et de nombreuses irrégularités relevées par l’opposition démocratique, la Société civile et la Communauté internationale, le Général François BOZIZE et son parti le KNK multiplient des manœuvres éhontées aux fins de se maintenir coûte que coûte au pouvoir et asservir le peuple centrafricain.

Le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain  (MLPC), membre à part entière du Front pour l’Annulation et la Reprise des Elections (FARE – 2011) en Centrafrique a décidé de ne pas participer à un quelconque Gouvernement de la République tant que les élections présidentielles et législatives ne seront pas annulées en raison des dysfonctionnements organisés et prémédités à dessein  lors de cette consultation électorale.

Force est de constater malheureusement qu’à la présentation radio diffusée du Gouvernement TOUADERA III, le camarade Jean Michel MANDABA, à l’insu du Bureau Politique et par sa propre volonté, est nommé Ministre de la Santé Publique de la Population de la lutte contre le SIDA.

Cet acte de forfaiture et de trahison posé par le camarade Jean Michel MANDABA n’engage nullement le MLPC qui a, d’ores et déjà pris une sanction disciplinaire à son encontre.

C’est pourquoi le Bureau Politique du MLPC :

1.      Informe l’opinion nationale et internationale que le camarade Jean Michel MANDABA est suspendu de toute activité du parti conformément aux textes organiques du MLPC jusqu’au prochain Conseil Politique National (CPN) prévu en juin 2011 ;

 

Declaration-cas-Mandaba-suite-et-fin.JPG     

 

 

 

NDLR : Selon nos informations, ce transfuge aurait déclaré devant le Bureau Politique du MLPC qui l'avait convoqué pour l'entendre que ce serait "pour des raisons personnelles" qu'il aurait accepté d'entrer dans le gouvernement Touadéra 3. Quelles seraient ces prétendues "raisons personnelles" ? 

 

En réalité, n'étant plus deputé dans la nouvelle chambre parlementaire puisqu'il a comme tout le monde, été battu à Bamingui par un candidat KNK, Jean Michel Mandaba recherchait frénétiquement depuis lors des immunités afin de se mettre à l'abri de tracasseries judiciaires compte tenu des nombreuses casseroles qu'il traîne aux pieds. Naguère député de Bamingui, il avait aussi réussi à se faire désigner député au Parlement de la CEMAC.

 

C'est ainsi qu'en revenant un jour d Malabo, il s'était tout bêtement fait serrer par la police camerounaise à Douala pour une banale affaire de vol de véhicules. Il n'avait dû sa remise en liberté quelques semaines plus tard que grâce à l'intervention et aux pressions politico-diplomatiques du Président de l'Assemblée nationale centrafricain, Leroy Celestin Gaombalet.

 

Cette année, il n'est plus député donc les perspectives de poursuites judiciaires se profilent de nouveau à l'horizon d'où la nécessité pour lui de trouver dès maintenant une planque. A défaut d'être député, il peut néanmoins se contenter d'un maroquin au gouvernement mais sait-il qu'un ministre ne bénéficie pas des mêmes immunités qu'un député. Sa seule immunité c'est Bozizé qui peut décider ou non de le remettre à la disposition de la justice. Voilà à quoi se résume ces soi-disant "raisons personnelles" de sieur Mandaba. Cela vaut bien un retournement de veste et une trahison de son parti.     

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique