Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 23:30

 

 

logo MLPC

 

Justice – Liberté – Travail

 

FEDERATION EUROPE-AMERIQUES-ASIE-MOYEN ORIENT-OCEANIE

 


DIRECTION FEDERALE DE CAMPAGNE

 

 

 

DECLARATION DE LA DFC EUROPE

SUR

LE DEROULEMENT DU PROCESSUS ELECTORAL EN CENTRAFRIQUE

 

 

 

Ce 23 janvier 2011 les Centrafricaines et Centrafricains sont convoqués aux urnes pour choisir Le Président de la République et les députés qui ont la charge de lourdes tâches pour sortir notre pays, le Centrafrique, dans sa condition de « sinistré ». Malheureusement à moins  de trois jours de ces échéances très importantes devant sortir la République Centrafricaine de la crise politique, sécuritaire et socio-économique, force est de constater que le processus électoral en cours soulève des graves inquiétudes. L'organisation des élections dans son ensemble est entachée d'innombrables irrégularités mettant en péril la crédibilité et la transparence de celles-ci.

 

A l’heure où nous sommes, la liste électorale n’est même pas rendue publique alors que le code électoral exige qu’elle soit validée et disponible 60 jours avant le démarrage de la campagne électorale.

 

Malgré les contestations et les réclamations des quatre candidats de l’opposition à l’élection présidentielle sur le dysfonctionnement de la Commission Electorale Indépendante (CEI), les violations permanentes du code électoral, la mauvaise préparation du scrutin, le peuple centrafricain est aujourd’hui abasourdi par l’obscurantisme  et l’entêtement aveugle du général François BOZIZE qui est resté intransigeant et décide sans concertation d’aller aux élections le 23 janvier 2011.

 

Le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) et son candidat Martin ZIGUELE réaffirment leur volonté et leur ferme détermination d'aller, sans dilatoires ni atermoiements, à des élections libres, transparentes et crédibles.

Or, les conditions dans lesquelles la population centrafricaine est contrainte d’aller aux urnes le 23 janvier 2011 traduisent clairement la crainte du général-candidat François BOZIZE qui redoute l’évidence de l’alternance démocratique et cherche à opérer un hold-up électoral pour se maintenir au pouvoir vaille que vaille.

 

Devant cette situation, la Direction Fédérale de Campagne (DFC) Europe du MLPC rappelle le climat de tension et d'insécurité entretenu par le pouvoir, sur l'ensemble du territoire national, pour intimider le peuple et étouffer toute forme d'expression démocratique.

Sans que cette énumération ne soit exhaustive, l'examen rapide du déroulement du processus révèle notamment :

*    la dépendance de la Commission Electorale Indépendante du fait de l’inféodation de son président, Joseph BINGUIMALET, au général-candidat sortant François BOZIZE dont les orientations et la conduite de ses activités sont dictées par celui-ci ;

*    les conditions sécuritaires préalables à l’organisation des élections non remplies. Pour preuve, l’enlèvement récent des candidats MLPC aux législatives qui ont été arrêtés, maltraités, dépossédés de leur matériel de campagne, de leur véhicule et dépouillés par des hommes armés, vraisemblablement des rebelles qui se livrent à des véritables opérations de guérilla. Cet acte barbare n’a  fait l’objet d’aucune condamnation par les autorités de BANGUI ;

*    les violations flagrantes du code électoral en  matière de délais et de fonctionnement. A quelques jours seulement du scrutin, les listes électorales ne sont toujours pas affichées ;

*    l’entrave à la libre circulation des centrafricains sur le territoire national car le Président de la République n’a jamais rien fait pour assurer la réussite du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion des rebelles (DDR). Malgré l’occupation de huit préfectures sur les seize que compte notre pays par diverses rébellions armées (internes et étrangères), toujours non désarmées à ce jour, nous sommes contraints de battre campagne dans des conditions d’insécurité que tout un chacun peut imaginer ;

*    des informations de source digne de foi font état d’un plan d’élimination physique du candidat Martin ZIGUELE, personnalité politique à forte potentialité à empêcher le rêve d’un deuxième mandat présidentiel au général François BOZIZE.

Ces manquements au code électoral  et l’accord du 10 août 2010 dénoncés pourtant par les candidats de l’opposition à l’élection présidentielle se multiplient devant l’étrange silence assourdissant de la communauté internationale qui est pourtant partenaire financier du processus électoral. Mais cela n’affecte personne.

Forte de ce qui précède et soucieux de donner une chance à un changement véritable en Centrafrique à l'issue de ces consultations électorales, la DFC Europe lance un appel à l'opinion mondiale et à la communauté internationale de mettre le Président BOZIZE devant ses responsabilités en cas de fraudes.

Si le suffrage universel constitue une expression de la démocratie, un mauvais scrutin engendre cependant des frustrations et au-delà des conflits post-électoraux, voire des crises sociopolitiques. L’expérience récente de certains pays nous édifie davantage.

Nous mettons en garde contre les conséquences imprévisibles et incalculables de toute tentative de fraudes dont nous déclinons toute  responsabilité.

Nous appelons nos compatriotes et particulièrement notre électorat à la plus extrême vigilance le jour du vote face à la machine à frauder mise en œuvre par le régime de BOZIZE et à l'imposture qui risquent d’hypothéquer gravement et longuement l’avenir de notre cher et beau Centrafrique.

 

Face à l’impopularité criante du général-président sortant, la Victoire est certaine si le nébuleux « KNK » et son candidat ne se livrent pas à des techniques anti-démocratiques d’intimidation des citoyens par les armes, d’achats de conscience, de bourrages d’urnes et de falsifications de procès verbaux, méthodes qui leur ont si bien réussi pour leur hold-up en 2005. Mais « 2011 » ne ressemblera jamais à « 2005 ».

 

Nous déclarons avec la plus grande fermeté que nous utiliserons toutes les voies légales appropriées pour barrer la route à toutes tentatives, manœuvres ou artifices tendant à imposer au peuple centrafricain une mascarade électorale en vue de  consacrer un pouvoir sans substance, honni et mourant, issu de la fraude.

 

La DFC Europe en appelle à l’orgueil patriotique du peuple centrafricain pour se tenir debout, uni comme un seul Homme, afin de défendre la démocratie centrafricaine le moment venu. Elle demande à la communauté internationale, partenaire du processus électoral, en particulier la CEMAC, l’ONU, l’UA, l’UE et l’OIF, d’obtenir du général-candidat François BOZIZE les conditions d’élections transparentes, libres et crédibles afin d’éviter une n-ième crise politique aux conséquences incalculables à la République Centrafricaine.

 

 

« TOUS UNIS, NOUS VAINCRONS »

 

 

Fait à Paris, le 18 janvier 2011

 

 

Pour la Direction Fédérale de Campagne Europe

 

 

Antoine Jérémie NAM-OUARA

Directeur Fédéral

 

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique