Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 14:40

 

 

 

UDPP logo

 

 

 DECLARATION

 

 


 

L’Union Démocratique du Peuple pour le Progrès (UDPP), parti d’Opposition, suit avec intérêt les travaux du « 3è atelier du Comité de révision du Code électoral ». Le gouvernement de Centrafrique, après avoir épuisé tous les subterfuges visant l’adoption unilatérale d’un code électoral taillé sur mesure dans le but d’accentuer la fraude, organise un forum dont les conclusions sont connues d’avance. Pour ce faire, le Gouvernement choisit ses adversaires pour débattre de la question de la mise en place de l’organe de gestion des élections en Centrafrique et procéder à la révision du code électoral.

 

L’UDPP estime que la concertation sur des questions aussi cruciales que la révision consensuelle du Code électoral doit intéresser toutes les forces vices de la nation et qu’il n’est point dans l’intérêt du Pouvoir d’en exclure un partie des acteurs politiques du pays sous de fallacieux prétextes qu’il y a trop de partis politiques et qu’il fallait inviter des groupements des partis. Pour le gouvernement, tous les partis qui ne font pas partie des « groupements » ne peuvent participer aux concertations sur des affaires de leur pays comme le leur concède la Constitution.

 

L’UDPP profite de l’occasion pour faire observer que l’Opposition démocratique centrafricain ne se résume pas du tout aux seuls FARE- 2011 et l’URD; que ces entités participent à ce forum en leur nom propre et non  en lieu et place de toute l’Opposition. L’UDPP dispose des cadres valables qui ont, pour certains, eu à participer efficacement à la confection des codes électoraux, disposant des expériences certaines en la matière et qui  pourraient apporter leur modeste contribution pour un aboutissement heureux de l’atelier. En choisissant ses partenaires, le Gouvernement veut ainsi éviter d’avoir en face de lui des hommes qui pourraient certainement faire échouer son machiavélique dessein.

 

Après la Baule, notre pays a donné au monde outil essentiel en matière électorale : la CEMI  qui aujourd’hui prend diverses appellations selon les pays. Certains pays l’ont institué au prix du sang alors que notre pays l’avait inventée par consensus. Trop des gesticulations pour ce que la sagesse centrafricaine peut obtenir par consensus. Ceci démontre à suffisance que le régime clanique de Bozizé est tout sauf démocratique.

 

L’UDPP, dénonce fermement les manœuvres machiavéliques d’exclusion du pouvoir et déclare que, ne faisant pas partie de « l’opposition choisie », elle ne saurait offrir au régime en place de réaliser son inique dessein

.

Fait à Bangui le 13 Septembre 2012

 

 

 Dr MAÏTART Djim-Arem

 


                                                                                          Président

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers