Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 15:30

 

 

 

 

 

Kony en brousse avec ses hommes

 

 

 

Radio Ndéké Luka Mardi, 04 Septembre 2012 12:30


La situation peut se résumer ainsi : l’insécurité est désormais portée au cœur même des groupes de la LRA (Armée de résistance du Seigneur). Pourchassés de partout, ils sont en débandade dans la forêt. La population est invitée à limiter ses mouvements pour éviter de mauvaises rencontres.


C’est ce qu’il faut retenir des consignes faites à la population lundi 3 septembre 2012 par le colonel Milton Katarinyebwa commandant du contingent de l’Armée ougandaise à Obo (Est).  Selon le Colonel, depuis le 24 août dernier, date de la l’attaque et de la destruction de la base de Dominic Ongwen, responsable des opérations militaires de la LRA et présenté comme le numéro 3 de cette rébellion, ses éléments  se sont dispersés dans la forêt, seuls ou en petits groupes et demeurent dangereux.


Le Colonel ougandais a tenu une réunion à ce sujet, à laquelle ont pris part les représentants de la population, les ONG humanitaires et les responsables militaires de la Force tripartite (République Centrafricaine, Ouganda et Etats Unis) basée à Obo.


Selon le correspondant de Radio Ndeke Luka qui rapporte les faits, « le Colonel a dans son adresse à la population indiqué tout le monde devrait contribuer à la sécurisation de cette zone en proie à l’insécurité : l’entrée et la sortie de la ville méritent une attention toute particulière ».


Car, a-t-il précisé, « depuis l’attaque de la base de cette 3ème personnalité de la LRA, les rebelles sont dispersés un peu partout et mènent des opérations sporadiques ».


Cette mise en garde est d’autant plus justifiée que selon l’Agence Reuters qui cite un responsable local et un témoin, les rebelles ont enlevé 55 personnes, pour la plupart des jeunes filles, lors de deux raids menés samedi 1er septembre.


«Les 55 personnes prises en otage ont été contraintes de transporter la nourriture (...) volée par les rebelles dans ces deux villages», a déclaré à Reuters Nicolas Bondi, un gendarme de Bangassou, joint par téléphone. Selon lui, 41 personnes ont été enlevées à Balifondo et 14 autres jeunes adolescents ont été capturés près de Zobe Mbari, à quelque 800km de Bangui. L'attaque s'est produite à Balifondo à l'aube, a précisé pour sa part Emmanuel Mbolindi, qui a assisté à la scène avant de s'enfuir à Bangassou.

On signale également qu’une centrafricaine âgée de 20 ans, enlevée depuis 2 ans à Rafaï (extrême-est) par la LRA, a pu s’échapper et a été prise en charge par l’armée ougandaise basée à Djema (est).


La LRA est une organisation rebelle jugée responsable de dizaines de milliers de morts, d'actes de mutilation à grande échelle, de l'enrôlement de milliers d'enfants soldats et de l'enlèvement de jeunes femmes transformées en esclaves sexuelles. Chassée du nord de l'Ouganda en 2005, elle continue d'opérer en République démocratique du Congo (RDC), au Soudan du Sud et en Centrafrique.

 

 

 

 

 

 

Ouverture d'une assise des pays confrontés à la LRA à Bangui jusqu'au 6 septembre


RFI  lundi 03 septembre 2012

 

Les membres de la Task Force des pays africains affectés par la rébellion de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony, se sont réunis ce lundi 3 septembre au matin dans la capitale centrafricaine, Bangui. Une quarantaine de participants venus des quatre pays touchés par cette rébellion (Ouganda, République Démocratique du Congo, Soudan du Sud et République centrafricaine), dont des victimes de la LRA, prennent part à cette assise, qui va se poursuivre jusqu’au 6 septembre prochain.


Ce groupe aide les populations locales à se protéger contre la violence liée aux exactions de L'Armée de résistance du Seigneur (LRA), à se partager des informations et à mettre en œuvre des initiatives de consolidation de la paix.


Au Sud-Soudan par exemple, il a contribué à la mise en place d’un groupe d’auto-défense contre la LRA. Le groupe organise également des visites pour informer et influencer les responsables politiques régionaux et internationaux, à les inciter à investir dans la lutte contre cette rébellion née en Ouganda.


Seulement, il dénonce le fait que les différentes stratégies mises en place par de nombreux pays pour contrer la menace posée par la LRA n’ont toujours pas réussi à se traduire par une meilleure protection des populations civiles, du fait de l’absence de volonté de certains dirigeants locaux.


La rencontre de Bangui doit permettre, entre autres, de nouer le dialogue entre les acteurs clés de la société civile des quatre pays affectés par la LRA, afin de parvenir à une solution beaucoup plus globale.


Le groupe veut mettre en œuvre de nouvelles stratégies de pression auprès de gouvernements et de la communauté internationale, pour qu’ils appuient davantage des stratégies déjà en œuvre.


Cette réunion se tient alors que la LRA enregistre encore une défection dans ses rangs : un de ses sous-officiers s’est rendu le 29 août dernier à la gendarmerie dans le sud-est du pays.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers