Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 00:26

 

 

Dadis-et-Toumba.jpg

 

 

03-08-2010 - Le chef de la junte militaire guinéenne, Dadis Camara a démenti l’information selon laquelle il aurait déménagé à Bamako, la capitale malienne, depuis plus de trois semaines dans une interview accordée au quotidien privé guinéen, La République.

Dans sa dernière parution, ce journal barre à sa Une en gros caractères : Interview de Dadis : "C’est archi- faux, je ne suis pas à Bamako ", avec sa photo où on peut le voir assis, le menton posé sur ses mains croisées et le regard tourné ailleurs.

A la question de savoir s’il réside toujours à Bamako, comme annoncé par la presse, Dadis Camara répond que c’est "archi- faux" et "ce n’est pas réel "

"Je suis à Ouagadougou à l’heure où je vous parle.... ce genre de rumeur est de nature défavorable. C’est comme si je ne suis pas bien entretenu à Ouagadougou. Cependant, je suis bien entretenu" a-t-il indiqué.

Questionné sur son intention de venir s’installer un jour ou l’autre au Mali, il déclara : "Rien ne m’a été dit encore officiellement. Pour le moment, je suis à Ouagadougou".

Parlant de son éventuel retour en Guinée, Dadis Camara a dit que son plus grand souci est la tenue des élections libres, transparentes et crédibles.

"En ce moment, je suis fier de rentrer en Guinée, mais tant que le pays n’est pas sur une bonne voie, (...), je ne serais pas du tout à l’aise. Parce que c’est rentrer dans une situation que je ne souhaite pas" s’est-il défendu.

Parlant du second tour de la présidentielle guinéenne, Dadis Camara précise que les Guinéens devraient garder la sérénité, avant de préciser que ce n’est pas son devoir de donner une consigne de vote :

"J’apprécie les deux leaders, leurs programmes et pour le reste, c’est la population qui peut se déterminer" a-t-il signifié.

Moussa Dadis Camara est arrivé au pouvoir en décembre 2008, suite à un coup d’Etat.

Il réprimera une manifestation pacifique de l’opposition radicale hostile à sa candidature, le 28 septembre 2009 à Conakry.

Mais il sera victime d’une tentative d’assassinat physique. Le lendemain, il sera évacué au Maroc pour y subir des soins intensifs.

Suite à l’amélioration de son état sanitaire, il sera encore transféré au Burkina Faso, en janvier dernier.

A Ouagadougou, un accord de sortie de crise en Guinée avait été signé le 15 Janvier 2010, prévoyant entre autres le maintien en convalescence de Dadis au Burkina Faso et le passage du pouvoir à son intérim, Sékouba Konaté.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE