Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 03:45

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

 

 

Obo : La population détruit le portrait des leaders de la LRA affichées dans la ville

 

 

joseph-kony-wanted

 

 

Obo, 15 novembre 2012 (RJDH) – Le portrait de Joseph Kony et ses principaux lieutenants recherchés par la Cour pénale internationale, affichées sur des panneaux pour la campagne de communication anti-Kony  par des conseillers américains basés à Obo (sud-est), ont été déchirées par la population.


Ces photos ont été affichées pour permettre à la population d’identifier ces hommes afin d’alerter les militaires en cas de leur présence dans la région. C’est depuis une semaine que cet acte a commencé. Une personne habitant proche d’un  panneau a témoigné  avoir vu à trois reprise, des victimes de la LRA de passage lapider les images affichées.


Interrogées par Radio Zéréda, la plupart des personnes répondent que toutes les informations concernant la LRA ont été livrées aux forces armées, et pourtant cette rébellion continue d’opérer dans les rayons de moins de cinq kilomètres autour de la ville. « C’est ce qui est décourageant ! », s’est indignée une des personnes interrogées.


Ces panneaux ont été installés le 23 septembre. Ils comportent aussi des numéros de téléphones  des officiers des différentes forces qui doivent être alertés.

 


 

Birao : Calme précaire après un incident entre les éléments de l’armée

 

 

Rca-AFP.jpg

 

 

Birao, 15 novembre 2012 (RJDH) – Le calme revient progressivement dans la ville de Birao (nord-est), après des coups de feu qui ont retenti dans la nuit du mercredi 14 à jeudi 15 novembre, mettant la population dans la peur.


Ce crépitement des armes durant toute la nuit dans les bases des militaires de la force tripartite Centrafrique-Tchad-Soudan pour la sécurité des frontières communes des trois pays, a  occasionné la fuite de plusieurs personnes qui se sont réfugiées dans la brousse. Des sources proches de la préfecture contactées par le RJDH, parlent d’un incident purement militaire qui n’a pas touché pas la population.


« Les coups de feu qui se sont retenti n’ont pas fait de dégâts parmi la population civile. Il s’agit d’un incident entre des éléments des trois forces basés dans la localité. Une réunion est en cours avec les responsables des différentes composantes des forces pour régler cette affaire », a expliqué la même source.

Par contre, un religieux joint par téléphone a fait savoir que l’échange de tirs aurait fait trois morts du côté des militaires centrafricains. « Mais le calme tente de revenir après la réunion présidée par les autorités administratives avec les responsables des différentes forces », a-t-il dit.


D’après les informations recueillies par le RJDH, une partie de la population est revenue dans la ville, tandis que certains habitants sont encore dans la brousse.

 

 

 

Bangui : La grève des enseignants contractuels perdure

 

Bangui, 15 novembre 2012 (RJDH) – La grève des enseignants contractuels du fondamental 1 persiste dans certaines  écoles de Bangui et de l’intérieur du pays. Ceci, après une tentative de négociation de la ministre de l’Education nationale, de l’enseignement primaire et secondaire, Annie Gisèle Nam.


Ceux-ci rejettent la proposition de la ministre qui leur demande de reprendre les enseignements et de poursuivre les négociations.


« Nous ne sommes pas satisfaits des propos de la ministre qui nous demandent de reprendre les activités. Nous allons poursuivre le mouvement jusqu’à ce qu’une solution concrète et durable soit trouvée à notre revendication », a fait savoir un membre du collectif des enseignants, sous couvert de l’anonymat.


A Bangui, les activités semblent reprendre dans certaines écoles primaires, mais à l’intérieur du pays, tout est encore bloqué. A Mbaïki (sud) par exemple, cette situation inquiète l’Association des parents d’élèves (APE), qui a lancé un appel aux enseignants d’être souples et de reprendre les activités.


« Nous demandons aux instituteurs de penser à l’avenir des enfants et d’être tolérants car étant dans les quartiers, nos enfants se livrent aux jeux qui les détournent du chemin de l’école », a lancé le président l’union préfectorale de l’APE de la Lobaye, M. Sérémoye.


Dans la  ville de Berberati (ouest), les contractuels représentent ¾ du personnel enseignant du fondamental 1. Ils sont en total 200 personnes dans la préfecture de la Mambéré-Kadei. Depuis le 7 novembre, date à laquelle le mouvement de grève a commencé, les portes de la plupart des écoles primaires sont fermées.


Ce même constat est fait à Boali (sud-ouest). D’après Radio ICDI, suite à l’appel du bureau  du collectif des enseignants depuis Bangui, les enseignants contractuels  de la localité  ont cessé les cours depuis le lundi 11 Novembre.


« Pour l’instant, les élèves sont abandonnés à leur triste sort. A l’école sous-préfectorale garçons et filles, les 10 enseignants sont en grève. Ce sont les deux directeurs qui tiennent essentiellement les élèves des classes de CM1 et CM2, en attendant la normalisation de la situation. L’école Harandé à majorité peulh, où l’équipe enseignante est constituée en totalité de contractuels, a  également cessé les activités. Toutes les classes sont fermées », a constaté Radio ICDI.


Dans toutes les écoles touchées par cette crise, la décision des enseignants contractuels semble être unanime. Ces derniers ont fait savoir que les activités ne reprendront que si le ministère leur paye les quelques mois d’arriérés de salaire et procède à leur intégration dans la fonction publique.


Les activités scolaires dans certains établissements primaires de Bangui et de l’intérieur du pays sont perturbées depuis le 7 novembre, à cause de la grève des enseignants contractuels qui revendiquent du gouvernement leur intégration dans la fonction publique. Une tentative de négociation de la ministre Nam, le mardi 13 octobre, a échoué.

 


 

Paoua : Des sinistrés reçoivent une aide

 

Paoua, 15 novembre 2012 (RJDH) – Les quelques 400 sinistrés de la pluie diluvienne qui s’est abattue en juillet à Paoua ont bénéficié d’une assistance de la Croix-Rouge locale, le mercredi 14 novembre dans la commune de Paoua-centre. L’assistance est faite sur un financement du comité international de la Croix-Rouge.


Cette aide est composée de bâches, des ustensiles de cuisine, de morceaux de savon et de nattes. Chaque ménage a également reçu deux moustiquaires imprégnées.


Cette activité a été supervisée par le président de la Croix-Rouge nationale, Antoine Mbaobogo. Robert Koulayom, un des bénéficiaires, a exprimé son soulagement au nom des victimes, à la Croix-Rouge pour cette assistance.

 


 

Bambari : Plusieurs cas de pneumonie enregistrés chez des enfants

 

 

pneumonie-poumons-alveoles

 

 

Bambari, 15 novembre 2012 (RJDH) – Plus de soixante cas de pneumonie ont été enregistrés chez les enfants de zéro à cinq ans au service  de la pédiatrie de l’hôpital préfectoral de Bambari (centre) pour le mois en cours, a signalé le major Edouard Ouagnon.


Le major explique que plusieurs cas de maladies respiratoires ont été enregistrés parmi lesquelles la pneumonie chez des enfants dont l’âge varie entre zéro et cinq ans, mais la prise en charge fait défaut, faute de matériels. « Nous ne disposons pas de matériels adéquats pour prendre en charge les enfants qui souffrent de cette maladie », a-t-il déploré.

 

Par ailleurs, il lance un appel aux parents de faire vacciner leurs enfants et de les amener à l’hôpital pour un meilleur diagnostic.

 

Environ 30 enfants sur 100 meurent de pneumonie en République centrafricaine, selon des sources médicales. Pour le Dr Jean-Chrysostome Gody, directeur du complexe pédiatrique de Bangui, l’ignorance de cette maladie par les parents est l’une des principales causes de cette situation.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches