Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 19:30

 

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

Kabo : L’insécurité se généralise

 

 

rebelles-centros-Kabo.jpg

 


Kabo, 9 novembre 2012 (RJDH) – Des conducteurs de taxis-motos qui remorquaient des passagers ont été interceptés, le jeudi 8 novembre, par  une dizaine d’hommes armés non identifiés,  à 10 kilomètres de la ville de Kabo (nord). Le constat de la gendarmerie de la localité fait état d’une somme de près de quatre millions de FCFA emportée par ces malfrats.


D’après la description faite par les victimes, ces hommes possédaient, chacun une arme de guerre de marque Kalachnikov. Zackaria Ahamat, un conducteur de véhicule gros porteur, qui allait dépanner son véhicule embourbé à 25 kilomètres de la ville, a également témoigné qu’il s’est fait soutirer la somme de 350 000 FCFA par ces mêmes bandits.


Informés de la situation, les éléments de forces armées centrafricaines basés dans la ville de Kabo ont effectué une descente sur les lieux, mais ces bandits avaient déjà quitté les lieux de leur forfait.


Une source proche de la mairie de la localité a fait savoir qu’un village situé à 25 kilomètres sur l’axe Batangafo a également essuyé une attaque d’un autre groupe d’hommes armés, le mercredi 7 novembre.


« L’insécurité semble resurgir dans la ville de Kabo. La population court un risque de crise si la situation ne s’améliore pas », a-t-elle ajouté.

 


 

Batangafo : La commune de Wango attaquée par une bande armée

 

Batangafo, 9 novembre 2012 (RJDH) – La commune  de Wango située à 93 kilomètres de la ville de Batangafo (nord) a été attaquée, en début de cette semaine, par une bande armée non identifiée. Ces bandits se sont emparés des produits agricoles avant d’être repoussés par des jeunes constitués en groupe d’auto-défense.


Le maire de la localité, François Ndié, qui a confirmé cette information au RJDH, a fait savoir que  c’était aux environs de 15 heures que l’attaque avait eu lieu. L’attaque a été perpétrée au moment où le marché hebdomadaire se tenait dans la commune, regroupant plusieurs centaines de personnes. « Ces hommes armés ont surpris la population sur la place du marché en faisant des tirs en l’air. Une fois la foule dispersée, ils se sont emparés des produits agricoles et autres articles exposés pour la vente », a expliqué le maire.


Il poursuit qu’au bout de quelque temps, « les jeunes de la localité, constitués en auto-défense, ont réussi à s’organiser et revenir mettre les assaillants en débandade à l’aide des armes de fabrication artisanale. Aucun dégât humain n’a été enregistré dans les deux camps ».


François Ndié, a par ailleurs relevé que les autorités administratives et le détachement des Forces armées centrafricaines de Batangafo ont été alertées, mais sans aucune  réaction de leur part.

 


 

Bangui : Un enfant de 7 ans grièvement blessés par son père à cause de la nourriture

 

 

une-famille-centrafricaine-autour-du-repas

 

 

Bangui, 9 novembre 2012 (RJDH) – Un garçon de sept ans a été battu et grièvement blessé, dans la nuit du 7 novembre,  par son père, au quartier Yangato dans le 5ème arrondissement de la ville de Bangui. Le mineur a été sauvé grâce à l’intervention des voisins.


A l’origine des faits, l’enfant affamé, aurait dérobé de la nourriture réservée à son père. « C’est étonnant ! C’est à cause de la nourriture que cet enfant a été agressé par son propre père. Malgré les multiples sensibilisations sur la protection et le respect des droits de l’enfant, certains parents continuent de violenter leurs enfants », s’est indigné Jacques Ngouandji, un témoin du drame.


Selon la même source, aucune poursuite judiciaire n’est lancée contre ce père. « C’est une affaire familiale qui ne concerne pas la justice », a déclaré la mère de l’enfant, citée par Jacques Ngouandji.

« Un cas similaire s’est produit dans le même quartier il y a quelque temps. Une grand-mère avait brûlé tous les vêtements de sa petite-fille âgée de huit ans, parce que celle-ci aurait volé une somme de 100 FCFA pour s’acheter un stylo », a révélé la même source.

 

 

NDLR : Gouandjika a pourtant osé affirmer que le Centrafricain mange un repas par jour. Le voilà démenti par la réalité quotidienne

 

 

 

Obo : Démarrage de la campagne de vaccination contre le polio

 

Obo, 9 novembre 2012 (RJDH) – Plus de six milles enfants de zéro à 59 mois ont été enregistrés pour bénéficier de la vaccination contre la poliomyélite dans toute la préfecture du Haut-Mbomou. Le lancement officiel de cette campagne a eu lieu ce vendredi 9 novembre à Obo (sud-est).


« Le manque de moyens logistiques, l’éloignement de la localité, l’état de dégradation avancé des routes et l’insécurité sont à l’origine du retard pris sur ces activités par rapport aux autres préfectures de la Centrafrique », a expliqué le docteur Tanguy-Edmond Kakombo, chef de la préfecture sanitaire du Haut-Mbomou.


Le préfet du Haut-Mbomou,  Albert-Boris Mbagalet, a quant à lui invité tous les leaders communautaires ainsi que les parents à faire vacciner leurs de la tranche d’âge indiquée afin de réduire l’influence de la polio dans la région.


La campagne de vaccination contre le virus de la poliomyélite  s’était déroulée du 2 au 4 novembre sur la majeure partie du territoire centrafricain.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches