Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 23:02

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

Obo : La frontière entre la RCA et le Sud-Soudan fermée depuis une semaine

region_tchad_cameroun_rca_massi_0.jpg

 

Obo, 25 Octobre 2012 (RJDH)-Le gouvernement sud-soudanais a fermé ses frontières avec la République centrafricaine depuis le 17 octobre. De même, le secrétaire général de la sous-préfecture d’Obo (sud-est), Aimé Déwo, a demandé à la population de ne pas se rendre au Sud-Soudan.

Interrogé par Radio Zéréda sur les raisons de cette décision, Aimé Déwo a fait savoir que la mesure a été prise suite à un incident survenu le 10 octobre dernier entre les éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) basés dans la région de Bambouti, à la frontière avec le Sud-Soudan et des ressortissants sud-soudanais.

D’après les informations, ceux-ci envisageraient d’attaquer la base des FACA. « C’est pourquoi sur instruction du préfet de la Haut-Mbomou, Albert Boris Mbagalé, en mission à Bangui, nous avons demandé à la population de ne pas se rendre au Sud-soudan », a-t-il dit.

Le Sud-Soudan a également demandé aux forces ougandaises basées à Obo dans le cadre de lutte contre la LRA, de ne pas accepter des passagers centrafricains à bord de leurs véhicules ni de leur avion, à destination de Juba.

Joint au téléphone par le RJDH ce jeudi à Bangui, le préfet du Haut-Mbomou, Albert Boris Mbagalet a confirmé cette information

 

Bangui : Plus de 600 enfants souffrent de la malnutrition à l’hôpital de Bédé

ACF-4_pics_809.jpg

 

 

Bangui 25 Octobre 2012 (RJDH)-Le centre de santé de Bédé-Combattant dans le 8èmearrondissement de Bangui, a enregistré 600 cas de malnutrition sévère chez des enfants de zéro à cinq ans pour le compte du mois d’octobre en cours, a signalé le docteur Jacques Mohénam, médecin-chef de cette formation sanitaire.

Le chef de centre a précisé que ces enfants ont été immédiatement orientés au complexe pédiatrique de Bangui qui est le centre de référence, pour une meilleure prise en charge nutritionnelle et médicale ; le centre de santé dont il a la responsabilité ne disposant pas de compétence et de moyens nécessaires pour faire face à cette maladie.

Le docteur Mohénam explique que lorsqu’on parle de malnutrition, on fait allusion au « manque de calorie et d’énergie chez les mineurs dont l’âge varie de zéro à cinq ans. Il faut combattre cette carence en sensibilisant les parents à une prise en charge alimentaire correcte et appliquée de leurs enfants», souligne-t-il.

Pour lui, cette maladie n’est pas forcément liée à la pauvreté ni au manque de nourriture, mais aussi à l’ignorance des parents qui ne savent pas varier l’alimentation des enfants. « Notre pays a une variété abondante de vivres, mais, c’est la façon de donner la nourriture aux enfants qui fait défaut. C’est également la négligence des parents qui engendre cette déficience nutritionnelle chez les mineurs », estime-t-il.

L’une des raisons est, selon le docteur Mohénam, le non-respect de la planification familiale par certains parents. Les grossesses et les naissances rapprochées font que les mères ne sont pas en mesure de veiller correctement sur leurs enfants, d’où la malnutrition.

Il a par ailleurs signalé que 28 relais communautaires ont été formés pour sensibiliser la population du 8ème arrondissement à une meilleure prise en charge alimentaire de leurs enfants

 

Nola : La population appelée à dénoncer les barrières illégales

Nola, 25 Octobre 2012 (RJDH)-La population de la préfecture de la Sangha-Mbaéré (sud), est appelée à dénoncer toutes les barrières érigées de manière illégale par des militaires. Cet appel a été lancé par le préfet Lazare Moralès Ngaya, lors d’une tournée effectuée dans la région.

« Dans une tournée qui m’a conduit jusqu’à Liboko, j’ai constaté qu’il existait des barrières illégales. J’ai été obligé de les démanteler. Je profite de cette occasion pour appeler la population de la Sangha-Mbaéré, et celle de Nola en particulier, à la vigilance et d’informer la préfecture en dénonçant les responsables de cette mauvaise pratique », a dit le préfet.

Lazare Morales Ngaya, a encouragé la population à ne pas hésiter à lui apporter le nom des personnes qui continueraient de se livrer à cette pratique afin qu’elles soient punies ».

Dans la préfecture de la Sangha-Mbaéré, des porteurs de tenue sont souvent soupçonnés d’ériger des barrières illégales sur lesquelles ils rançonnent la population et compromette la libre circulation des personnes et des biens.

 

Zémio : Une partie de la population n’a pas d’accès à l’eau potable

eau-en-RCA.jpg

 

 

Zémio, 25 octobre 2012 (RHDH)-Les habitants des quartiers Ngouna et Zango-Zérani, dans la ville de Zémio (sud-est) ont des difficultés d’accès à l’eau potable, du fait que le forage qui leur permet de s’alimenter est tombé en panne depuis un an.

D’après les informations recueillies, les deux forages qui ravitaillent la population de la ville de Zémio ont été installés par une structure internationale depuis 2001. Sa gestion a été confiée à un comité local.

« Selon le principe, à la fin de chaque mois, les ménages doivent verser une somme forfaitaire de 100 FCFA. Cet argent permet d’assurer l’entretien du forage en cas de panne. Mais le comité de gestion a failli à son travail, c’est pourquoi on se retrouve dans cette situation aujourd’hui», a fait savoir le chef du quartier Zango-Zérani.

Le président du comité de gestion a confirmé la version des faits, « la caisse est vide à cause d’un cas de détournement perpétré par certains membres du comité de gestion. C’est pourquoi le comité a été dissout et l’on ne sait comment faire actuellement pour réparer ce forage », a-t-il expliqué.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches