Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 23:47

 

 

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA) 

 

Bangui : La viande de bœuf se fait rare sur les marchés

 

 

boucherie à Bouboui

 

 

Bangui, 15 octobre 2012 (RJDH) – L’alimentation de la population de la ville de Bangui est perturbée depuis deux semaines, à cause de la rareté de la viande de bœuf sur le marché. Certains bouchers donnent comme raison de cette carence, l’exportation des bœufs vers la République du Congo d’une part et la tracasserie routière de l’autre.


Pour Alain Gazi, bouché au marché combattant, cette crise s’explique par la rareté des bœufs sur le marché à bétail de Bouboui (45 kilomètres de Bangui) et celui de Ndokpa (10 kilomètres sur la route de Damara).

« Cela fait deux semaines que je n’ai pas eu l’occasion d’acheter un bœuf. Les éleveurs nous ont fait savoir que tous les bœufs ont été achetés par un commerçant congolais pour aller revendre dans son pays. Le gouvernement doit mettre fin à cette pratique mafieuse», a-t-il dit.


A cette situation s’ajoute l’augmentation du prix des bêtes sur les deux  marchés à bétail, la mauvaise gestion de la Société  d’Etat de gestion des abattoirs(SEGA), mais aussi le rançonnage des bouchers par certains éléments des forces de l’ordre mal intentionnés.


« Une tête de bœuf qui coûtait 150 à 200 000 FCFA se vend actuellement de 500 à 650 000 FCFA. Les militaires qui sont sur les barrières nous exigent également de payer 2500 FCFA. Une fois arrivée à Bangui, la SEGA n’amène pas vite la viande sur le marché et on perd des clients. C’est ce qui a découragé les bouchers», a fait observer un bouché qui a requis l’anonymat.


Plusieurs ménagères interrogées à ce sujet ont témoigné qu’à cause de la carence de la viande de bœuf sur le marché, elles ont été obligées de changer d’aliments.


« Depuis une semaine, nous ne consommons que du poisson fumé et de la viande boucanée pour la simple raison que la viande de bœuf se fait rare et le prix a sensiblement augmenté», a expliqué Blandine Namsio, une mère de famille rencontrée au marché combattant.

 


 

Obo : Une personne tuée et une autre enlevée par la LRA

 

 

Kony en brousse avec ses hommes

 

 

Obo, 15 octobre 2012 (RJDH) – Un garçon âgé de 15 ans a été tué et son père enlevé par des éléments de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony, le samedi 13 octobre au  village de Gougbéré,  à sept kilomètres  de la ville d’Obo (sud-est).


D’après des témoignages recueillis, les rebelles ont d’abord pris en otage deux femmes avant de  venir demander à manger chez la victime qu’ils ont enlevée.


« Ils ont demandé de la nourriture à mon grand frère. Celui-ci leur a donné des patates douces, des tubercules de manioc doux et de la canne à sucre.  Alors qu’ils étaient  en train de manger, l’un d’entre eux a ordonné aux habitants de coucher par terre. Le garçon était sous la paillotte, il n’a pas suivi les instructions, c’est ainsi qu’il a été abattu », a expliqué, Constantin Mbikomboli, un  parent du défunt.


Le corps du jeune garçon a été ramené à Obo le dimanche, par des jeunes qui se sont constitués en auto-défense et de quelques volontaires.

 


 

Bambari : Un enfant décédé des suites d’intoxication

 

Bambari, 15 octobre 2012 (RJDH) – Un garçon de neuf ans a trouvé la mort des suites d’un empoisonnement dont sa mère serait à l’origine. L’événement s’est produit le vendredi 12 septembre, au village de Gbagbara, à 60 kilomètres de la ville de Bambari (centre).

            

« Cet enfant a été forcé à avaler un produit toxique. Nous avons découvert des blessures dans sa bouche et une odeur ressemblant à celle d’une insecticide», a déclaré le chef de centre.


Félix Gbagbara, chef du village Gbagbara, a expliqué que c’est la mère de l’enfant qui lui aurait consommé ce produit. « Cette femme a tué son enfant pour répondre aux exigences de son nouvel époux. C’est à l’aide d’une insecticide qu’elle a commis cet acte», a-t-il dit.


Selon la même source, les parents de la femme l’ont forcé à quitter son premier mari  qui est le père de la victime, parce que celui-ci ne leur aurait pas versé la dot.


« Je suis désolé du comportement des membres de la  famille de cette femme. La mort de ce garçon est la conséquence de cette mauvaise pratique. Les auteurs seront traduits devant la justice », a souligné le chef du village.

 


 

Bangui : La population des zones minières sensibilisées sur le droit à l’éducation

 

Bangui, 15 octobre 2012 (RJDH) – Le ministère de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), ont entamé  une campagne de sensibilisation sur le droit à l’éducation des enfants  dans les zones d’exploitation minières. L’ouverture de cette activité a eu lieu le 8 octobre à Nola (sud-ouest). 


L’objectif de cette campagne est de sensibiliser les parents à un changement de comportement à la promotion et au respect du droit fondamental des enfants qui est l’éducation.


D’après le constat fait par la ministre de l’Enseignement primaire et secondaire et de l’alphabétisation, Annie Gisèle Nam, dans les préfectures du pays où des ressources minières sont exploitées, le système éducatif rencontre plusieurs difficultés dont la principale est la déperdition scolaire à cause de cette activité.


« C’est pourquoi nous avons choisi la préfecture de la Sangha-Mbaéré, pour le lancement officiel. Dans cette zone le phénomène est plus accentué », a-t-elle dit.


Après la Sangha-Mbaéré, poursuit-elle, l’équipe va se rendre dans la préfecture de l’Ouham-Péndé, notamment dans les villes de Bozoum et Bocaranga pour « rappeler aux parents et à la population des zones minières, les dispositions prévues par le code minier centrafricain sur l’éducation et le travail des enfants dans les minières ».


Cette campagne, qui va s’étendre jusqu’en 2013, concerne les préfectures de la Sangha-Mbaéré, l’Ombella-M’Poko,  l’Ouham-Pendé, la Mambéré-Kadei et la Ouaka.

 


 

Bozoum : Des fournitures de bureau et du matériel agricole pour des groupements

 

Bozoum, 15 octobre 2012 (RJDH) – Une trentaine de groupements agropastoraux  de la ville de Bozoum (nord) ont reçu des fournitures de bureau et du matériel agricole de la part de l’ONG Conseil danois pour les réfugiés (DRC), le 12 octobre.


« Cette initiative a pour but d’emmener les groupements à travailler en équipe», a indiqué  Serge Bertrand Gammand-Zizigbowé, chef d’antenne de DRC  de Bozoum La distribution. Il a expliqué que le matériel distribué est composé de  cahiers,  de bloc-notes et des bureaux.

 


 

Boali : Des groupements agricoles initiés à la culture attelée

 

Boali, 15 octobre 2012 (RJDH) – Les groupements agro-pastoraux de Boali-Poste et de Bogoura,  ont bénéficié  de deux paires de bœufs et des accessoires pour la culture attelée, le samedi 13 octobre. Il s’agit d’un don de la Croix-Rouge nationale.


Le don est composé d’une paire de bœufs et de matériels, entre autres des plateaux de charrettes ont été remis à chacun des 14 groupements agricoles de Boali-Poste. Les  huit groupements de Bogoura ont également bénéficié des mêmes choses.


Ahamat Atalis, sensibilisateur du projet sécurité alimentaire de la Croix-Rouge de Boali, a fait savoir que ce don permet aux groupements de changer leur méthode de culture. « Non seulement ces bœufs vont aider les cultivateurs  à augmenter la quantité de leur production, mais c’est aussi une manière de les sensibiliser à abandonner  les anciennes pratiques de culture au profit de  la culture attelée », a-t-il indiqué.


« Ces paires de bœufs et les accessoires constituent un soulagement pour nous les bénéficiaires. C’est une occasion pour nous d’avoir de bons rendements l’année prochaine », a souligné Guy Darris, secrétaire général du groupement Fleur de Boali-Poste.


A l’issue de la remise, un comité de gestion a été mis en place pour bien organiser l’utilisation de ces matériels agricoles.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches