Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 20:17

 

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

Bangui : Calme précaire à Damara et Sibut

 

 

Damara station essence

 

 

Bangui, 17 septembre2012  (RJDH) – Les activités ont timidement repris ce lundi 17 septembre dans les villes de Damara et Sibut. Cela, après une attaque revendiquée par l’ex-rébellion de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP).


Il s’agit des éléments de la CPJP qui affirment ne pas se reconnaître dans l’Accord de paix global de Libreville, signé le mois dernier à Bangui entre ce mouvement et le gouvernement centrafricain. Ces hommes se disent appartenir à la ‘’Convention des patriotes pour la justice et la paix fondamentale’’.

 

Mais après deux jours de stupeur, la population commence à vaquer à ses activités habituelles, toutefois, « nous vivons toujours dans la peur malgré la présence renforcée des militaires. Nous ne savons pas à quel moment ces hommes pourraient encore frapper », a témoigné Thibaut Bissaholo, un habitant de Damara, joint par le RJDH ce lundi.

 

A Sibut, les activités ont également repris. « Je suis parti ce matin au champ, mais j’ai constaté que beaucoup de personnes ne se sont pas rendues à leur champ, certes à cause de l’insécurité », a fait savoir Bernard Zandanga, un fonctionnaire admis à faire valoir ces droits à la retraite, résidant à Sibut, contacté par le RJDH.

 

Pendant ce temps à Bangui, le commandement de la CPJP nie toute implication dans cette attaque meurtrière. « Aucun élément de la CPJP était présent parmi les assaillants. Nous nous sommes déjà décidés à faire la paix. Cette rébellion est purement tchadienne, car ce sont des ex-libérateurs qui ont conduit le président Bozizé au pouvoir qui sont en train de se livrer à cette folie au nom de la CPJP», a déclaré Abdoulaye Issène, président de la CPJP joint par le RJDH.

 

Par ailleurs un officier qui s’est déclaré porte-parole du mouvement qui a revendiqué cette attaque, et qui s’est fait appeler Hache Ha, a affirmé que l’attaque était effectivement une action des « ex-libérateurs qui ont amené François Bozizé au pouvoir en 2003. Et Bozizé avait promis de verser 15 millions à chacun. Maintenant, ils revendiquent les 15 millions (…). Mais ils sont au nombre de 60 de la garde du président Bozizé. Ils sont tous avec des bérets verts. Et ce sont eux, en ce moment, qui commandent le terrain », a-t-il confié à des médias nationaux et internationaux, le samedi 17 septembre.

 

Pendant ce temps, dans la Ville de Kaga-Bandoro et de Dékoa (Centre Nord), la population vit également dans la peur.  Des témoins joints surplace affirment que certains commerçants ont vidé leurs magasins pour éviter des scènes de pillage en cas d’une éventuelle attaque.

 

Après l’attaque des deux villes, le porte-parole de ce mouvement affirme que leur objectif est de combattre le régime du président Bozizé. Des sources militaires indiquent que les éléments des Forces armées centrafricaines ont été lancés à la poursuite de ces hommes et que des véhicules emportés à Damara seraient déjà récupérés.

 

 

 

Bangui : Cinq personnes sur dix sont victimes d’arrestation arbitraire

 

Bangui, 17 septembre2012  (RJDH) – Cinq à dix personnes sont victimes d’arrestation arbitraire par semaine dans des brigades de la  gendarmerie et dans des commissariats de police. Le constat a été fait par l’Observatoire centrafricain des droits de l’homme (OCDH), une structure de défense et de promotion des droits de l’homme en Centrafrique.

 

« J’ai souffert pendant quatre jours au commissariat de police du 3ème arrondissement, sans aucune convocation. En effet j’avais  emprunté de l’argent chez mon voisin que j’ai eu des  difficultés à rembourser. C’est pourquoi j’ai été arrêté sans mandat d’arrêt et vécu dans des conditions inhumaines», a témoigné Jean-Paul Ngounza, une victime.

 

Selon la même source, la personne qui l’avait arrêté a utilisé ses relations. « L’agent de police qui m’a arrêté  est le frère de mon voisin chez qui j’ai emprunté l’argent. C’est ainsi qu’il a utilisé cette  relation pour m’arrêter», a-t-il expliqué.

 

« Nous luttons inlassablement contre ces maltraitances. C’est notre devoir de dénoncer ces actes crapuleux de quelques agents des forces de l’ordre qui foulent au pied les textes juridiques.


Ceux-ci ne respectent pas la hiérarchie et agissent d’eux-mêmes. Nous orientons les victimes à la reconnaissance de leur droits et les guidons à la justice », a déclaré Evrard-Armel Bondadé, secrétaire général de l’OCDH.

 

 

 

Grimari : Le COGES de l’hôpital dénonce le mauvais comportement de certains agents de santé

 

Grimari, 17 septembre2012  (RJDH) – Les membres de Comité de gestion (COGES) de l’hôpital de Grimari, ont  dénoncé, le samedi 15 septembre, le mauvais comportement de certains agents de santé. Ceux-ci sont soupçonnés d’augmenter  le prix des produits pharmaceutiques pendant leur période de garde.

 

« Les médicaments  qui sont vendus  aux malades pendant la nuit sont  trois fois plus chers que ce qui se vend le jour à la pharmacie communautaire. Certains agents rançonnent parfois  les malades », a déploré  le président du COGES, Justin Djeki.

 

Il  poursuit  en disant que certains agents de santé de permanence ne s’occupent pas tellement des malades démunis, au profit de ceux qui ont les moyens. Mais les responsables de l’hôpital rejettent ces accusations.

 

Selon Justin Damégaza, chef de service de la maternité, les cas de décès enregistrés sont dus à la négligence des parents qui emmènent les enfants à l’hôpital quand ils sont déjà dans un état critique. Il évoque également le manque de certains matériels appropriés.

 

S’agissant de la vente parallèle des médicaments, Damien Létro, laborantin à l’hôpital de Grimari, souhaite que le comité  de gestion mène des enquêtes pour déceler les acteurs.

Michel Kpéfiona, chef de centre de l’hôpital de Grimari a promis de tout faire pour améliorer la prise en charge des malades.

 

 

 

Kabo : Le prix des denrées alimentaires est en hausse

 

Kabo, 17 septembre2012  (RJDH) – Le prix des denrées alimentaires, notamment le manioc et la viande de bœuf, est en hausse dans la ville de Kabo (nord) et les villages environnants. Cette difficulté est liée à l’insécurité et aux catastrophes naturelles dont la localité a été victime ces trois deux dernier mois.

 

D’après le constat fait  par le correspondant du RJDH sur place, sur les marchés de la Kabo, la cuvette de manioc se vend à 4000 FCFA au lieu de 2000 F CFA. Un morceau de viande de bœuf qui coûtait 200 FCFA se vend actuellement à 750 FCFA.

 

« Le prix de manioc a augmenté parce qu’une partie de la population paysanne qui se trouvait dans les périphéries de la ville de Kabo, a fui les villages pour retourner en ville à cause de l’insécurité.  Ces derniers n’ont pas la possibilité de cultiver c’est pourquoi les rares produits sont devenus chers », a expliqué Romaine Gotoumta, une vendeuse de manioc.

 

Elle poursuit en ajoutant que des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville de Kabo ont occasionné des inondations de plusieurs hectares de champs. Et cette situation a eu des répercussions négatives sur les récoltes des produits vivriers et le rouissage de manioc.

 

De son côté, Edmond Ngoupéndé, boucher au marché central de Kabo, a précisé que durant le premier trimestre de l’année en cours, un bœuf coûtait 150 000 FCFA. Mais à cause des attaques perpétrées par des hommes armés non identifiés, les éleveurs se sont retirés à 50 kilomètres de la ville, d’où la rareté des bœufs.

 

« Nous ne pouvons pas nous déplacer très loin dans la brousse pour acheter les bœufs, de peur d’être attaqués. En plus, les eaux des cours d’eau ont débordé à cause des pluies à répétition, cela a rendu très difficile  le déplacement des éleveurs avec le bétail», a-t-il ajouté.

 

En vue de trouver une solution à ce problème de cherté de la vie, les autorités communales ont organisé une réunion  de négociation, la semaine dernière, avec les responsables des quartiers, des villages  ainsi que les représentants des commerçants. Mais cette initiative a échoué.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches