Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 01:56

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

 


Ippy : Un détachement militaire en route pour sécuriser la zone

 

 

faca-a-Bangui-copie-1.jpg

 

 

Ippy, 30 août 2012 (RJDH) – Un détachement mixte des Forces armées centrafricaines (FACA) et dela gendarmerie est en route pour Ippy (centre-est) pour assurerla sécurité de la population, exposée aux exactions du chef rebelle tchadien, Abdel Kader Baba-Laddé, et ses éléments.


Le  ministre délégué à la défense nationale, Jean-Francis Bozizé, qui a annoncé ce mercredi aux médias nationaux, le déploiement de ce contingent, a confirmé la nouvelle selon laquelle, Baba-Laddé et quelques-uns de ses hommes se seraient retranchés à Ippy, dans la préfecture de  la Ouaka.


Joint par le RJDH ce jeudi, une source proche de la sous-préfecture d’Ippy a fait savoir que le détachement militaire a quitté Bambari ce matin pour Ippy. La même source indique que Baba-Laddé a déclaré aux autorités qu’il souhaitait reprendre le dialogue avec le gouvernement centrafricain afin de favoriser le retour d’une paix durable en RCA.


Par ailleurs, « en ce moment, la ville est calme etla population, bien qu’elle a peur, vaque librement à ses occupations », a fait observer le maire de la commune de Baïdou-Ngoumbré, Arthur Sébalé (centre-est).

Il a toutefois ajouté que des éleveurs peuhls sont actuellement la cible des éléments de Baba Laddé. « Ces rebelles volent leur bétail et prennent également en otage leurs enfants », dit-il.


Le 27 août dernier, une autorité administrative de la localité d’Ippy, jointe par le RJDH avait annoncé la présence de Baba-Laddé et quelques un de ses hommes au village de Babéngué, à 5 kilomètre de la ville. Il aurait menacé de reprendre les exactions contre les populations civiles si le gouvernement n’acceptait pas de négocier avec lui.

 


 

Mboki : Les victimes de la LRA reçoivent une aide matérielle de Coopi

 

 

victime-LRA.jpg

 

 

Mboki, 30 août 2012 (RJDH) – L’association des victimes de la LRA de  Mboki (sud-est) a reçus, le mercredi 29 août, un appui  matériel de la part de  l’ONG Coopi.


Cette aide  est constituée de moulins à manioc, de décortiqueuses  d’arachide, de kits de menuiserie, de machines à coudre, du matériel de sonorisationpour le centre d’écoute des victimes, entre autres.


D’après un responsable de Coopi, cet appui matériel  vient compléter les précédentes réalisations, notamment la mise en place d’une équipe de conseil  et d’accompagnement des victimes de la LRA et l’ouverture d’un centre d’écoute pour l’ensemble de la population.


Le président de l’association des victimes de la LRA de Mboki, Blaise  Koukpioté, a indiqué que ce geste est ‘’soulagement ‘’pour les victimes de la LRA qui vont   désormais mener des activités génératrices de revenu pour subvenir à leurs besoins quotidiens.


« Nous espérons  que l’ONG  Coopi va continuer dans ce sens, afin d’alléger la souffrance des victimes », a-t-il souhaité.

 


 

Bangui : Vers la promotion de ladecine traditionnelle

 

Bangui, 30 août 2012 (RJDH) – En prélude à la journée africaine de ladecine traditionnelle qui sera célébrée le 31 août, l’Association des tradi-praticiens de Centrafrique (ANTCA), organise depuis le 29  août, une exposition des médicaments de la pharmacopée à Bangui.


« Cette exposition a pour objectif d’emmener la population à avoir une meilleure  perception des médicaments issus de ladecine traditionnelle, afin de promouvoir le développement des médicaments de la pharmacopée », a expliqué le secrétaire général de l’ANTCA, Dieudonné Aghou.


Il a annoncé que les plusieurs types de médicaments ont été exposés ; entre autres «  les médicaments contre le diabète, le paludisme, l’hypertension atérienne, les infections opportunistes et de renforcement du système immunitaire des personnes vivant avec le VIH/sida ».


ANTCA, a été créée le 17 octobre 1997, et reconnue officiellement le 9 mai 2001.  La loi portant organisation de l’exercice de la pharmacopée et dedecine traditionnelle  a été adoptée par l’Assemblée nationale, en janvier 2012.

 


 

Grimari : L’ONU interpelle la population au respect des Droits humains

 

Grimari, 30 août 2012 (RJDH) – Les chefs de villages, de quartiers, de groupes, les chefs des services déconcentrés de l’Etat, les autorités militaires, les forces de l’ordre, de la défense et la population de la ville de Grimari (centre-est), ont été entretenus, le mercredi 29 août, sur la situation des Droits de l’Homme.


Il s’agit d’une initiative du Bureau intégré des Nations Unies en Centrafrique (BINUCA). L’objectif est de sensibiliser la population sur le respect des droits de l’homme d’une part, mais aussi de présenter l’un des mandats du BINUCA qui consiste à éveiller la conscience des populations sur les principes fondamentaux des droits de l’homme et leur respect.


François Itayézo, chef du sous-bureau du BINUCA de Bambari, a dans son adresse à la population,  déploré la justice populaire qui sévit dans la localité. Il a notamment cité le cas du 15 août, où un homme accusé de sorcellerie a été tué et brulé vif par des jeunes. Celui-ci  a aussi rappelé l’assassinat, en mars dernier, d’un homme soupçonné d’appartenir à la rébellion de Baba-Laddé, tué lui aussi par la population.


« Ce sont des actes barbares qui risquent de ternir l’image du pays, pourtant c’est dans cette ville que le président fondateur de la République centrafricaine, a créé le slogan de ‘’Zo koué Zo’’, (tout être humain est digne de respect), cher aux centrafricains », a souligné François Itayézo.


En prélude à cette réunion, le mardi 28 août, il a visité la brigade de la gendarmerie, le  commissariat de police et la maison d’arrêt de Grimari, pour s’enquérir des conditions de détentions des prisonniers.

 


 

Ndélé : L’élevage attaqué par une série de maladies

 

 

 

deparasitage externe des caprins - visite a domicile des au

 

 

Ndélé, 30 août 2012 (RJDH) Les bœufs, les cabris, les moutons et volailles sont attaqués par divers maladies, a annoncé, Adam Yakoub, infirmier vétérinaire et chef de secteur d’élevage à Ndélé (nord-est). L’information a été donnée le 28 août dans un entretien avec le correspondant du RJDH.


Selon lui, le nombre de bêtes touchés par ces maladies augmente tous les jours dans la  préfecture du Bamingui-Bangoran. Les bœufs sont attaqués par la maladie appelée péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) qui affecte le foie des animaux. La fièvre aphteuse qui est une maladie virale animale attaque les porcs, les chèvres, les moutons entre autres. La maladie de sommeil attaque les deux catégories de bêtes.


« La maladie de PPCB est une maladie importée par les troupeaux des éleveurs  venus du Sud- Soudan et qui sont passés par les villes de Mboki et Rafaï (Sud est). Les autres viennent du Tchad en traversant la ville de Ndélé », a-t-il expliqué Adam Yakoub.

 

Il a fait savoir qu’en 2011, la région avait bénéficié de l’assistance d’une ONG internationale qui a permis de traiter environ  2000 bœufs. Ce qui n’est pas le cas cette année. Toutefois le gouvernement a été alerté, selon lui, mais aucune réponse n’est encore donnée.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches