Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 23:44

 

 

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA)

 

 

 

Obo : Des éléments de la LRA tués par l’armée ougandaise

 

 

Kony-en-brousse-avec-ses-hommes.JPG

 

 

 

Obo, 29 août 2012 (RJDH) – Des éléments de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony,  dont on ignore le nombre, ont été tués, le 24 août, par l’armée ougandaise dans un village, à 70 kilomètres  de la ville de Djéma (sud-ouest), d’autres ont été  mis en déroute.


L’information a été livrée par un officier ougandais lors de la réunion hebdomadaire de sécurité qui regroupe les forces armées ougandaises, centrafricaines et les conseillers militaires américains.


«  Nous avons récupéré  tous leurs matériels (armes, munitions, des machines à coudre, des moulins à manioc, entre autres) et les avons  mis en débandade. Mais nous n’avons pas tué un général de la LRA comme disent certains médias internationaux », a-t-il précisé.


Barthelemy Maïkos, chef de quartier de Nairobi2, présent à cette réunion,  apprécie l’appui des conseillers américains auprès des forces ougandaises et centrafricaines. Il souhaite que des jeunes de quartiers constitués en auto-défense bénéficient d’une formation militaire afin d’assurer la sécurité de la population après le départ des forces ougandaises.

 


 

Bangui : Des précautions à prendre pour prévenir la fièvre Ebola

 

 

 

une-personne-affectée-par-le-virus-debola

 

 

Bangui, 29 août 2012 (RJDH) – La fièvre Hémorragique à virus Ebola n’est pas encore signalée en République centrafricaine, mais le ministère de la santé invite la population à prendre des précautions, afin de parer à toute éventualité.


«Appliquer strictement les règles d’hygiène, éviter tout contact avec une victime  de cette maladie, ne pas consommer une bête crevée dans la brousse », constitue les premières précautions pour prévenir cette maladie, a indiqué le docteur Modeste Hoza, chargé de la communication au ministère de la santé.


Selon lui, cette  maladie est très dangereuse pour les hommes et les animaux notamment au niveau  du foie. Il a expliqué que la fièvre hémorragique à virus Ebola affaiblit l’homme. Le sang se vide plus rapidement et s’éparpille irrégulièrement dans l’organisme.


« La population a intérêt à connaitre les signes que présente cette maladie, ce sont entre autres la fièvre aiguë, l’écoulement du sang par les narines, dans les yeux, dans les oreilles, voire au niveau des organes génitaux », a-t-il ajouté.


Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus Ebola provoque de graves augmentations de fièvres hémorragiques virales chez l’homme, avec un taux de mortalité pouvant atteindre 90 pourcent. Le virus se transmet à partir d’animaux sauvages et se propage ensuite aux populations par transmission interhumaine.


Les données de l’OMS indiquent que la fièvre hémorragique à virus Ebola survient principalement dans les villages isolés d’Afrique centrale et d’Afrique de l’ouest, à proximité des forêts tropicales.


Cette maladie est signalée en République démocratique du Congo. De ce fait, le premier adjoint au maire de la commune de Mboki (sud-est), Angirant Motchédjé, une ville centrafricaine frontalière avec le Congo, a appelé, le lundi 27 août,  la population à la vigilance.

 


 

Bambari : Les personnes vivant avec le VIH/Sida demandent de l’aide alimentaire

 

 

sida-malade.jpg

 

 

 

Bambari, 29 août 2012 (RJDH) – Les personnes vivant avec le VIH/Sida éprouvent des difficultés de prise en charge alimentaire et  lancent un appel au gouvernement et aux structures humanitaires pour une aide dans ce sens.


L’appel a été lancé le mardi 28 août lors d’une assemblée générale du Réseau  centrafricain des personnes vivant avec le VIH/Sida (RECAPEV) de Bambari.


Le secrétaire général du RECAPEV de Bambari, Barthélemy Nguérénaba, a fait savoir que 160 personnes  vivant avec le VIH/Sida sont enregistrées ; mais quelques-unes ont été retirées de l’association et emmenées dans d’autres villages pour une meilleure prise en charge. D’autres parcourent plus de dix kilomètres pour aller chercher du travail dans les chantiers miniers pour survivre.


« Cette situation a obligé plusieurs malades à abandonner le traitement, notamment la  consommation  des antirétroviraux, parce que   la prise de ces produits sans une bonne alimentation crée d’autres malaises. Cela  a déjà  entrainé la mort de plusieurs  membres du RECAPEV », a ajouté  Barthélemy Nguérénaba.


« Nous lançons un appel au gouvernement pour nous aider à avoir de la nourriture afin d’avoir la force de mieux suivre les traitements. Nous sommes abandonnés  par les structures qui nous donnaient à manger », a-t-il conclu.


 

Bambari: Des parents sensibilisés à la déclaration des naissances

 

Bambari, 29 août 2012 (RJDH) – Les autorités de la mairie de Bambari ont entamé le lundi 27 août, une campagne de sensibilisation des parents, à travers les quartier et villages environnants, sur la déclaration  des naissances de leurs enfants.


« Dépassé un mois après la naissance, les parents sont obligés de faire un jugement supplétif, qui est une autre  procédure à mener auprès du tribunal», a précisé Didier Ouangai,  premier adjoint au maire de la ville de Bambari. Il a conseillé aux parents de déclarer leurs enfants dans un délai d’une semaine après la naissance.


Il a également évoqué la nécessité pour un enfant d’avoir un acte de naissance pour lui permettre d’aller à l’école. Cette campagne  prendra fin le 31 août.

 


 

Bouar: Des malades pénalisés à cause du manque de personnel soignant qualifié

 

Bouar, 29 août 2012 (RJDH) – L’hôpital préfectoral de la ville de Bouar (ouest) est dépourvu de personnel qualifié et de matériels adéquats. Pour ce faire, l’hôpital ne peut pas répondre aux besoins  des malades, a fait savoir le docteur Daniel Wéyayoungaï, médecin chef de la préfecture sanitaire de Bouar.


« Nous ne disposons pas de matériel adéquat pour faire face à certaines  maladies.  L’hôpital ne dispose pas de groupe électrogène pour faire fonctionner le service de bloc opératoire en cas d’une intervention chirurgicale. Il  manque  aussi d’ambulance pour l’évacuation rapide des malades », a-t-il précisé.


En plus des difficultés matérielles,  la qualité de soins ne répond pas aux normes des soins médicaux,  à cause du manque de personnel qualifié, ce qui démotive certains patients à venir à l’hôpital quand ils sont malades.


Le comité de gestion de l’hôpital envisage de sensibiliser le personnel afin d’améliorer la qualité de sa prestation.


 

 

Berberati: La circulation perturbée par la dégradation des routes

 

 

transports-routiers--de-passagers-et-de-marchandises.jpg

 

 

 

Berberati, 29 août 2012 (RJDH) – Les habitants des préfectures de la Mambéré-Kadéi (ouest) et de la Sangha-Mbaéré (sud), disent avoir des difficultés de transport à cause de  la dégradation avancée des  routes qui  relient les deux préfectures.


« Nous sommes obligés de monter à bord des  véhicules poids lourds qui transportent des  marchandises. On  trouve parfois  150 à 200 personnes à bord, au risque de perdre la vie en cas d’accident. Parce qu’il n y a pas de véhicules  disponibles », a témoigné un passager.


Pour les usagers de ce tronçon, la dégradation des routes  empêche  la population de vaquer à ses activités. Un appel est lancé au gouvernement pour qu’une réponse urgente soit trouvée à ce problème.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches