Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 23:32

 

 

 

 

Réseau des journalistes pour les Droits de l’homme en République Centrafricaine (RJDH-RCA 

Bangui : Plus de 25 000 nouveaux déplacés en RCA

personnes-deplacees-unhcr.jpeg

 

Bangui, 06 juil (RJDH)–La République centrafricaine compte plus de 25 000 nouveaux déplacés, estime le Bureau de coordination pour les affaires humanitaires (0CHA), d’après ses estimations pour l’année 2012 rendu public le mardi 3 juillet.

 La violence et les opérations militaires qui se sont déroulées dans le nord et le centre expliqueraient, selon OCHA, cette augmentation du nombre de déplacés.

Sur le plan de la sécurité, le rapport souligne que les populations déplacées du sud-est sont réticentes à retourner chez elles à cause de la menace des éléments de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony.

La présence de cinq groupes rebelles nationaux et de deux groupes rebelles étrangers qui opèrent en RCA est à l’origine de la situation humanitaire et sécuritaire que connaissent les personnes vivant dans les régions du nord, du nord-est et du sud-est. Depuis lors, aucune amélioration mesurable n’a été observée dans la lutte contre la malnutrition et les maladies mortelles.

Sur le plan alimentaire, plus de 776 948 Centrafricains vivant hors de la capitale, Bangui, une personne sur cinq vit une situation de crise alimentaire au pays. Les principales causes de cette crise sont les faibles ressources financières, notamment dans le centre, l’ouest, le nord, le nord-est et le sud-est du pays.

En matière de santé, la santé maternelle fait problème. Seulement 53% des accouchements sont accompagnés par des infirmiers qualifiés. Moins de la moitié des établissements de santé possèdent du matériel d’accouchement, et moins de 10% des naissances se déroulent dans les conditions requises.

Le 13 juin dernier, le coordonnateur humanitaire par intérim de la République centrafricaine, le docteur Zakaria Maiga, avait lancé un appel à la communauté internationale  afin de mobiliser des fonds pour venir en aide à la population de la préfecture de la Vakaga (nord-est), qui souffre de la crise alimentaire.

La famine menace près de 45 000 personnes dans la Vakaga depuis le début de mois de mai.

 

Zémio : 4000 réfugiés congolais refusent l’aide distribuée par Coopi

Zémio, 06 juil (RJDH)–Plus de 4000 réfugiés congolais basés à Zémio (sud-est) ont refusé, le jeudi 5 juillet, de prendre des vivres distribués par l’ONG COOPI, alléguant que la quantité d’aide n’était pas suffisante.

 Alexis Mbolibirami, un des 4155 réfugiés en cause, explique «qu’ils ont refusé de prendre les vivres parce que la quantité distribuée est insignifiante et ne pourra pas couvrir les besoins. Depuis trois mois les vivres n’ont pas été distribués ».

Le représentant des réfugiés a pour sa part précisé qu’ « auparavant, on nous distribuait 24 kilogrammes  de soja céréale, 5 kilogrammes de soja pour la bouillie, un litre et demi d’huile et 50 grammes de sel par personne».

Selon une source proche de cette structure, « il y a un  manque de stock au niveau de l’entrepôt de Zémio ». D’après ses explications, le véhicule transportant 18 tonnes de vivres qui s’est  plongé dans la rivière Chinko, avec sa cargaison de vivres, le dimanche 1er juillet, vers 16 heures a fait que la quantité  distribuée n’était pas suffisants  comme prévue.

« Le stock des produits, poursuit la même source, ne  peut couvrir que les besoins d’un mois et demi des réfugiés. La saison pluvieuse et la dégradation des routes ont prorogé l’arrivée des véhicules de ravitaillement, ce qui serait la cause du retard de la distribution ».

L’entrepôt de Programme mondial d’alimentation, qui travaille en collaboration avec COOPI, reconnaît  que les produits n’ont pas été distribués depuis trois mois.

Le Haut-Commissariat aux Réfugiés procède à une négociation et à la sensibilisation des réfugiés afin qu’ils puissent accepter de prendre les vivres.

 

Markounda : Les humanitaires ont repris les activités dans le nord-ouest du pays

Markounda, 06 juil (RJDH)–Certains humanitaires ont repris leurs activités dans le nord de la République centrafricaine après l’incursion de bandes armées non identifiées, dans la semaine du 15 au 20 juin.

« Nous avons repris les activités, mais nous ne travaillons que de 8h à 13h», a précisé un agent d’une ONG humanitaire présente à Markounda, contacté par le RJDH.

Un responsable de Caritas International a affirmé que les activités de cette structure ont également repris dans toute la zone depuis le lundi 2 juillet.

« La région est accessible à la circulation des humanitaires pour l’instant, mais nous insistons sur la prudence qui doit être de mise pour ceux qui veulent se rendre sur l’axe Bocaranga-Markounda », a fait savoir une autorité proche du ministère de la Défense.

D’après les informations, les hommes armés qui ont attaqué le nord-ouest ont traversé les villages de Maïtikoulou, Markounda, Bodjomo, Boguila, Beboura et Bocaranga. Les habitants de certains villages se sont déplacés vers la ville de Paoua pour des raisons de sécurité.

Bangui : La CPJP s’engage à signer l’accord global de paix de Libreville

 logo cpjp

Bangui, 06 juil (RJDH)–Abdoulaye Hissène, président du groupe armé  de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP),  a accepté d’adhérer à l’accord global de paix de Libreville, au  cours d’une réunion tenue ce vendredi 6 juillet avec les Nations Unies.

 La communiqué de presse qui sanctionne cette rencontre explique que le leader de la  CPJP a réitéré son engagement en faveur de la paix en RCA. Ceci  « en vue de la signature prochaine de l’accord global de paix de Libreville au terme duquel son mouvement politico-militaire participera  au processus du (DDR) et sera dissout ».

Cette déclaration a été faite  ce vendredi lors d’une réunion avec le Bureau intégré des Nations Unies en Centrafrique, l’Union africaine, l’Union européenne et les Etats Unis d’Amérique en présence du ministre délégué au DDR, Xavier Sylvestre Yangongo.

Il faut rappeler que se disant « impatiente du DDR », la CPJP avait lancé un ultimatum au gouvernement centrafricain, menaçant de reprendre les armes.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation