Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 02:31

 

 

afrique

 

 

Propos recueillis par Gaëtane Morin France-Soir 13/12/10 à 19h02

 

Le socialiste Guy Labertit, qui a été le « M. Afrique du PS » entre 1993 et 2006, a assisté à l'investiture présidentielle de Laurent Gbagbo samedi dernier. M. Afrique du PS


France-Soir. Pourquoi soutenez-vous Laurent Gbagbo ?

Guy Labertit : Parce qu'il a gagné les élections ! Les résultats annoncés par la commission électorale, favorables à Alassane Ouattara, sont faux. Ils sont fondés sur un comptage manuel. Or, le décompte électronique a révélé des irrégularités : 2.200 procès-verbaux (sur un total de 20.073) ont été rejetés car il y avait plus de votants que d'inscrits. C'est donc bien Laurent Gbagbo qui a remporté le scrutin avec 51,33 % des voix. Voilà pourquoi le Conseil constitutionnel l'a déclaré vainqueur.

F-S. Mais l'ensemble de la communauté internationale, dont la France, condamne cette décision...


G.L. C'est une tentative d'usurpation du pouvoir orchestrée par l'ONU ! En reconnaissant la victoire de Ouattara, les chefs d'Etat occidentaux ont formellement violé les institutions de la Côte d'Ivoire. Seul le Conseil constitutionnel est fondé à promulguer les résultats.

F-S. Mais il est à la botte de Gbagbo !


G.L. Pas du tout. Est-ce qu'en France, le Conseil constitutionnel est à la botte de Sarkozy ? Le système de nomination est le même en Côte d'Ivoire : c'est le président de la République qui nomme le président du Conseil constitutionnel, mais y siègent aussi les anciens chefs de l'Etat et des conseillers. Gbagbo est un démocrate. Il n'a jamais pris les armes pour accéder au pouvoir.

« Lang est perdu dans ses propres errances... »

F-S. François Hollande l'avait toutefois déclaré « infréquentable » en 2004...


G.L. Le PS a toujours été divisé sur l'attitude à adopter vis-à-vis de Gbagbo. En 2003, déjà, je me souviens avoir participé à un bureau national très orageux. Pourtant, je suis resté en charge des questions africaines jusqu'en 2006 : c'est la preuve que beaucoup de socialistes me soutenaient. Aujourd'hui encore, plusieurs parlementaires -Loncle, Emmanuelli...- sont sur la même ligne que moi. Derrière la position d'Aubry qui soutient Ouattara, je vois la patte d'Harlem Désir : il a toujours été hostile à Gbagbo.

F-S. Mais Jack Lang a aussi lâché son « ami »...

G.L. Il me fait de la peine : il s'est perdu dans ses propres errances. En 2008, fidèle à sa politique-spectacle, Lang a dansé avec Gbagbo dans une boîte de nuit ivoirienne, évoquant alors son « génie politique ». En octobre dernier, il est même venu le soutenir à Bouaflé, lors d'un meeting électoral. Comme il ne peut pas être quelque part sans prendre la parole, Lang a clairement fait savoir qu'il le préférait à Ouattara. Et aujourd'hui, il conseille à son « cher Laurent » de renoncer au pouvoir... Mais il aurait été le premier à écrire sa biographie si son élection n'avait pas été contestée !

F-S. La Côte d'Ivoire a aujourd'hui deux présidents. Vont-ils en venir aux armes pour se départager ?

G.L. Je ne le pense pas. Il y a, de part et d'autre, la volonté d'éviter les affrontements de rue. Ouattara va certes continuer à contester, mais Gbagbo et son gouvernement ne céderont pas. Or, ils contrôlent l'armée et la police, mais aussi l'économie. Ils peuvent tenir longtemps.

F-S. Une partition du pays a été évoquée...

G.L. Ce projet a circulé dans les officines, mais il serait une catastrophe. Le nord n'est pas viable économiquement : il y a un peu de coton, d'or et de diamant, mais pas de port. Non, je crois que les choses vont rentrer dans l'ordre. D'ailleurs, la vie a repris son cours à Abidjan. Le prix de l'oeuf, qui était monté à 150 F CFA, est retombé à 60 F CFA hier.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE