Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 01:06

 

 

 

 

 

proces-JPB.jpg



Radio Okapi (Kinshasa) 2 Octobre 2012

 

Prévu pour ce mardi 2 octobre à la Haye (Pays-Bas), le procès du sénateur congolais Jean-Pierre Bemba Gombo a été reporté pour le lundi 15 octobre. A la base, la »disparition » depuis fin septembre, aux audiences, de l'ancien officier des renseignements du régime Patassé, témoin à décharge, désigné sous le pseudonyme D04 07.


Un second témoin, désigné sous le pseudonyme D 04 11, aurait dû prendre l'avion pour La Haye le 25 septembre dernier, mais ne s'est jamais présenté à bord. Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont alerté les autorités de leur pays, dont le nom n'a pas été révélé.


On sait cependant que la défense de Jean-Pierre Bemba comptait appeler à la barre des responsables centrafricains et congolais.


Ce mardi matin, l'avocat de Jean-Pierre Bemba, Me Kilolo, a expliqué que certains témoins ont peur pour leur sécurité et celle de leur famille, alors que d'autres craignent de s'incriminer lors de leur déposition, et d'être, dès lors, poursuivi à leur tour.


Jean-Pierre Bemba doit encore appeler 59 témoins à la CPI. Ses avocats estiment que la majorité d'entre eux, près de 35, ne posent pas de problèmes spécifiques car ils résident dans des pays proches de la Cour. Ceux-là pourraient donc commencer à comparaître à partir du 15 octobre.


Pour les témoins plus vulnérables, la cour envisage de leur permettre de déposer, par vidéo conférence, depuis le tribunal pour le Rwanda basé à Arusha, en Tanzanie.


Depuis le début du procès de Jean-Pierre Bemba en novembre 2010, les audiences ont été suspendues à plusieurs reprises en raison des difficultés à faire venir les témoins.


Poursuivi pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis en Centrafrique en 2002 et 2003, le sénateur congolais a commencé à présenter sa défense le 14 août.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers