Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 02:34

 

 

 

cfa.jpg

 

 

Mardi, 05 Juillet 2011 15:06

Ai- Congo- La Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale  (BDEAC) a approuvé  le 24 juin 2011 à Brazzaville, lors de son  conseil d’administration, un financement partiel des prêts d’environ 10 milliards de FCFA, en faveur de trois pays de la sous-région, notamment le Cameroun, le Gabon et le Congo.

 L’Administrateur de la Banque Africaine de Développement (BAD), M. Racine Kane a indiqué que ces travaux ont consisté à examiner les programmes de prêts qui ont été octroyés aux pays membres parmi lesquels le Gabon, le Cameroun  et le Congo, et traiter des propositions de financement à examiner ultérieurement.

Concernant les prêts sollicités par la partie congolaise, la société Bayo envisage de moderniser la production de lait et de jus de fruit. Le dossier de la Société Nationale des Pétroles du Congo (SNPC) sera examiné lors du prochain conseil d’administration. Pour le Cameroun, les prêts concernent les domaines de la santé avec la production des compresses et l’agroalimentaire, notamment la filière cacao. Les projets du Gabon portent sur l’énergie et la mise en place d’infrastructures devant  accompagner l’industrie du bois.

En 2008, la BDEAC prévoyait pour les cinq prochaines années un volume d’engagements de 220 milliards de FCFA dont 154 milliards réservés aux projets du secteur privés, soit 70%. En 2007, 60% des concours de la banque ont été attribués au secteur privé contre 40% au secteur public de la sous-région.

Eugène Gampaka, Ai Brazzaville

 

NDLR : La RCA et le Tchad seront toujours les parents pauvres de cette institution sous-régionale censée pourtant aider aussi au développement de ces pays mais dont les responsables de cette banque choisissent de favoriser systématiquement certains pays particuliers. L’Afrique centrale demeurera ainsi toujours à la traîne tant que certains pays membres continueront à être traités ainsi.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE