Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 01:42


urne.jpg

Le Collectif des Forces du Changement a donné une conférence de presse ce jour à l'Hôtel Somba à Bangui. Il s'agissait pour cette structure de rendre public sa position par rapport à la tenue des élections pour lesquelles la classe politique ne parvient pas à se mettre d'accord du fait de la manipulation du Président de la commission électorale (CEI) par les pouvoirs publics pour ne pas dire le président Bozizé. Après avoir fixé de façon unilatérale la tenue du 1er tour au 25 avril, ils font circuler de nouveau des rumeurs sur le décalage de cette date au 11 juin 2010.

 

Après la présentation d’un mémorandum par le porte parole du CFC Nicolas Tiangaye, un véritable inventaire de toutes les violations et diverses manoeuvres malhonnêtes de Bozizé et du président de la CEI, Me Tiangaye s'est livré au jeu de questions réponses avec les journalistes des médias privés. Puis les autres leaders des partis composant le CFC ont pris la parole pour donner des explications complémentaires. Dans l'ordre, ce fut d’abord Louis Pierre Gamba qui en a profité pour annoncer solennellement le retour du RDC dans l'UFVN, ensuite Martin Ziguélé pour le MLPC et enfin Me Henri Pouzere.

A retenir que dans le mémorandum publié par le collectif au cours de cette conférence de presse, le CFC a renouvelé son exigence de la démission du président de la CEI, le vrai faux pasteur Joseph Binguimalé qui n’inspire plus confiance qu’au seul Bozizé, comme condition non négociable tout en invitant les pouvoirs publics à désigner une autre personnalité plus neutre qui pourrait le remplacer en vue de conduire sereinement le processus électoral.

Au sujet du calendrier des élections, le chronogramme provisoire projeté par le CFC et qui tient compte des délais incompressibles des différentes étapes préalablement obligatoires, conduit à un premier tour du scrutin législatif et présidentiel au 16 janvier 2011.


La Rédaction de C.A.P  
 



REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Unité – Dignité – Travail

 

 

 

 

COLLECTIF DES FORCES DU CHANGEMENT (CFC)

 

MEMORANDUM

 

 

INTRODUCTION

 

Le présent mémorandum s’articule autour de deux axes majeurs pour comprendre la situation sécuritaire et politique qui prévaut actuellement en République Centrafricaine :

Le programme DDR (désarmement-démobilisation-réinsertion)

Le processus électoral

 

I/  LE PROGRAMME DDR

 

            Notre pays a connu de graves crises militaro- politiques qui ont failli compromettre  son existence  en tant que nation. Grâce à la médiation de feu Président El hadj  OMAR BONGO ONDIMBA des pourparlers de paix ont été menés pour aboutir à la signature des différents accords de paix de Libreville. Les compatriotes engagés dans les  mouvements politico- militaires ont choisi librement de renoncer à cette forme de lutte et ont convenu avec le Gouvernement Centrafricain conformément aux dispositions  de l’article 4 de l’accord de paix global, de mettre en place avec le concours de la communauté internationale et des pays amis de la République Centrafricaine ainsi que de la CEEAC et de la FOMAC/MICOPAX, au soutien logistique de laquelle contribuent les Forces Françaises, le Programme DDR des combattants des mouvements signataires et la réhabilitation des zones touchées par le conflit.

            Le PNUD a marqué son accord pour appuyer la mise en œuvre du programme DDR,  se basant  sur son expertise technique acquise dans d’autres pays et sur les leçons apprises des difficultés rencontrées dans les expériences antérieures de DDR en RCA. Il a été proposé que le PNUD et toutes les parties prenantes travaillent conjointement au sein d’un groupe de travail.

            Or depuis le 3 février 2009 le comité de pilotage de ce programme a été mis sur pied à Bangui. Les Chefs d’ Etats de la CEMAC soucieux du meilleur devenir de la République Centrafricaine et de la consolidation de la paix ont décidé d’accorder une aide exceptionnelle  de 8.000.000.000 FCFA à notre  pays  pour soutenir le programme DDR.

            Alors  que tout le monde attendait  que le Président  de la République mette à la disposition du PNUD ces fonds pour l’exécution du programme, celui-ci a choisi  d’en être personnellement le comptable pour les gérer dans une opacité totale.

            Le  Programme du  DDR qui doit être fini avant la tenue des élections piétine. Le paiement de la Prime Globale d’Alimentation (PGA) aux ex- combattants devient une affaire d’Etat et se  transforme en une campagne d’injures et de dénigrements à l’encontre de certains membres du comité de pilotage.

            Des menaces les plus graves sont adressées à l’endroit de Monsieur DEMAFOUTH Président de l’APRD  parce que  les combattants de son mouvement ont refusé la méthode imposée par le Président de la République pour le paiement de leur Prime Globale d’Alimentation.

Alors que le Peuple Centrafricain n’est pas encore rassuré sur les conditions de disparition des compatriotes Charles Massi et Hassan Ousmane, des pressions sont exercées directement par le Président de la République auprès de la FOMAC  pour ne plus assurer la sécurité du Président de l’APRD  et des autres leaders des mouvements politico- militaires. La volonté du Chef de l’Etat de nuire physiquement au Président de l’APRD est manifeste lorsqu’il déclare : « Si l’on me pointe, je pointe également ».  Le Président de la République fait état publiquement des soupçons qui planent sur monsieur DEMAFOUTH et le Ministre d’Etat GONDA sur leur intention d’acheter des armes.

Le Président de la République  tente  de renier les engagements du Gouvernement  contenus dans le communiqué final  de la troisième réunion du comité de suivi de l’Accord de Paix Global, et du Document  Cadre du DDR  en ce qui  concerne :

-L’acceptation par le Gouvernement des mesures exceptionnelles de sécurité et de protection assurées par la FOMAC/MICOPAX, pour le retour et le séjour dans le pays des leaders des parties prenantes à l’Accord de Paix Global  et pendant la mise en œuvre du programme DDR.

-Un compromis sur les détails et les conditions de retour dans le pays des leaders des parties prenantes à l’Accord de Paix Global.

 

Le programme DDR est inséparable du processus électoral. Le Collectif des Forces du Changement réaffirme que la pacification du pays et l’aboutissement du programme DDR est un préalable incontournable à un recensement électoral fiable sur l’ensemble du territoire national. Sur les 16 préfectures que compte notre pays, 8 sont occupées par des mouvements de rébellion armés (5 par des mouvements centrafricains : OUHAM, OUHAM-PENDE, NANA GRIBIZI, BAMINGUI-BANGORAN, VAKAGA et 3  par les rebelles ougandais de la LRA : HAUT-MBOMOU, MBOMOU et HAUTE KOTTO). Cette occupation  rend impossibles toutes  opérations électorales dans ces zones. Or, aucune élection digne de ce nom ne peut se faire en excluant la moitié de la population.

En outre, la pacification du pays devra permettre de sédentariser les 300.000 déplacés internes et le retour des 138.000 réfugiés dans les trois pays limitrophes : Cameroun, Tchad et Soudan.

C’est pourquoi, le Collectif des Forces du Changement maintient son exigence de l’aboutissement du programme DDR comme préalable à l’organisation des élections générales sur tout le territoire national

 

II/ PROCESSUS ELECTORAL

 

Après les élections de 2005 qui avaient été marquées par la victoire du Général BOZIZE,  la République Centrafricaine était immédiatement entrée dans un cycle de violences caractérisé par l’émergence de plusieurs rébellions armées dans le Nord- Ouest et le Nord- Est du pays.

 

Afin de ramener la paix dans le pays, l’opposition démocratique avait demandé et obtenu de haute lutte, la tenue d’un Dialogue Politique Inclusif à Bangui du 8 au 20 décembre 2008 avec la participation de toutes les forces vives de la Nation et des opposants en exil.

 

Ce Forum avait édicté des recommandations pour servir de feuille de route afin de pacifier le pays avant la tenue des élections. Un organe était créé à cet effet : le Comité de Suivi des recommandations du Dialogue Politique Inclusif.

 

Si les élections municipales envisagées pour 2009 n’avaient pu avoir lieu  pour des raisons objectives, les élections présidentielles et législatives de 2010 laissent entrevoir que le pays court le risque d’une crise majeure.

 

1/ Le 13 janvier 2010, le Collectif des Forces du Changement avait suspendu sa participation aux travaux de la CEI pour protester contre la partialité de son Président Joseph  BINGUIMALE, la violation du code électoral relativement aux quotas et à la composition des différentes entités, à la mise en place frauduleuse des Comités locaux et l’opacité dans la gestion des finances de la CEI.

 

2/ Le 30 janvier 2010, sous le Très Haut Patronage du Président  de la République, une rencontre avait eu lieu au Palais de la Renaissance réunissant toutes les Institutions de l’Etat, les Partis Politiques, les Associations et la Coordination Nationale de la Commission Electorale Indépendante (CEI) en présence des Membres du Corps Diplomatique.

 

Après les explications fournies par la CEI et le Collectif des Forces du Changement, il s’était dégagé les conclusions suivantes :

 

Des fautes graves et des irrégularités indéniables ont été commises par la Coordination Nationale de la CEI.

 

Le Chef de l’Etat a décidé de la dissolution des Comités locaux illégalement installés dans le pays ainsi que des Comités d’Ambassade et de consulat.

 

Le Chef de l’Etat a ordonné un audit de la gestion des fonds mis à la disposition de la Coordination Nationale de la CEI.

 

La saisine du Conseil National de la Médiation comme seul cadre institutionnel appropriée pour les discussions portant sur les autres revendications du Collectif des Forces du changement.

 

    3/ Le 13 février 2010, dans un Protocole d’Accord relatif au fonctionnement de la Commission Electorale Indépendante, les signataires avaient convenu de :

 

Recomposer les Comités locaux, d’Ambassades et de Consulats à partir des listes présentées par les différentes entités composant la Commission Electorale Indépendante (CEI) dans un bref délai.

 

Procéder au remplacement des mandataires par les entités qui le souhaitent, sur demande motivée dans le strict respect de l’article 11, 5ème tiret du décret n°09.316 du 03 octobre 2009 portant mise en place de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

 

Le remplacement de certains mandataires à la demande de leurs mandants ne relance pas un nouveau décompte des délais  législatifs et règlementaires.

 

La mise en place dans un bref délai d’un Audit administratif et Financier de la Commission Electorale Indépendante (CEI).

 

Le renforcement des capacités de la Commission Electorale Indépendante (CEI) avec le concours de nos partenaires internationaux habituels et de l’expertise nationale.

 

L’actualisation et le respect du code de bonne conduite adopté en février 2005.

 

4/ Le 26 février 2010, le Président de la République a signé le décret n°10.041 convoquant le corps Electoral pour les échéances présidentielles et législatives du 25 avril 2010.

 

        Depuis la crise survenue en janvier 2010, le Collectif des forces du Changement (CFC) fait le constat amer suivant :

 

A/   SUR LA COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE

 

1/ Alors que les pourparlers au Conseil National de la Médiation n’étaient pas encore achevés, Monsieur BINGUIMALE avait envoyé des missions à l’étranger pour mettre en place des Comités d’Ambassade et de consulat. Ainsi le 12 février 2010, le Consul de la RCA à Douala a signé la circulaire n°039/CDCA/DLA qui a permis d’imposer Monsieur Marcellin YALIMENDE militant de KNK comme unique candidat à la présidence du Comité de Consulat en violation du code Electoral. Il en est de même de Monsieur Jean de Dieu MAGNAN qui  a usurpé son appartenance au Forum Civique alors qu’il est militant KNK pour occuper le poste de 2ème vice président qui revient à l’entité « Autres Partis ».

Les postes de l’opposition ou d’autres entités sont attribués aux militants KNK, selon eux par « consensus ».

Le Coordonnateur zone Afrique qui avait supervisé ces « opérations » au Cameroun avait continué son périple pour installer d’autres Comités au Maroc, au Bénin et au Togo dans l’illégalité la plus totale.

 

Poursuivant dans la même logique, le Vendredi 05 mars 2010, Monsieur BINGUIMALE envoie une lettre aux « Points focaux  des différentes entités » leur intimant l’ordre de lui faire parvenir « au plus tard le dimanche 07 mars 2010 » la liste de leurs représentants locaux dans le cadre de la recomposition des comités locaux alors qu’il avait déjà envoyé dans les provinces des coordonnateurs sans les listes demandées. Des Comités locaux ont été installés dans les mêmes conditions frauduleuses que celles de décembre 2009 et sans la participation des représentants des partis politiques de l’opposition.

 

2/ Alors que les 3 représentants de l’entité « Autres Partis » dont fait partie Maître Crépin MBOLI GOUMBA avaient suspendu leur participation aux travaux de la CEI, Monsieur BINGUIMALE va adresser à ce dernier de manière discriminatoire le 28 janvier 2010 une « lettre d’admonestation » pour son absence.

 

Passant outre le Code électoral, le règlement intérieur de la CEI , le protocole d’accord du 13 février 2010 et la loi sur la profession d’avocat qui consacre l’inviolabilité du domicile d’un avocat, il envoie des policiers de l’Office Centrafricain de Répression du Banditisme (OCRB) au domicile de Maître MBOLI GOUMBA pour récupérer manu militari la voiture de fonction qui lui était attribuée, après l’avoir destitué illégalement de la  CEI et ce, à l’insu de l’entité « Autres Partis » qui l’avait envoyé à la CEI.

 

3/ Monsieur BINGUIMALE après avoir exclu Maître MBOLIGOUMBA de la CEI écarte systématiquement le nouveau 1er vice président Monsieur Jean-Edouard Gabriel KOYAMBOUNOU de toutes les décisions engageant le Bureau de la CEI : réunions avec les organisations internationales, missions à l’étranger, communiqués etc.

 En mars de cette année, lors de la réunion  des Présidents des Commissions électorales des pays membres de la CEEAC tenue à Libreville, Monsieur BINGUIMALE a préféré envoyer à cette importante rencontre son Directeur de Cabinet qui n’est pas membre de la CEI !

 

De tout ce qui précède il résulte que le Président de la CEI affiche sa volonté délibérée de violer le Code électoral et ne se sent pas lié par le protocole d’accord du 13 février 2010.

 

B/   SUR LES ELECTIONS DU 25 AVRIL 2010

 

1/ Du décret convoquant le corps électoral

 

Le décret convoquant le corps électoral vise « le rapport du bureau de la Coordination Nationale de la Commission Electorale Indépendante en date du 23 Février 2010 ».

Quoiqu’un tel rapport doit émaner non du bureau, mais de l’ensemble de la Coordination Nationale de la CEI conformément à l’article 54 du Code électoral, Monsieur BINGUIMALE est incapable jusqu’ici de rapporter la moindre preuve de  son existence.

Même le Rapporteur Général de la Coordination Nationale de la CEI a avoué qu’il n’a pas ce rapport.

Le Collectif des Forces du Changement  note avec regret que les 31 membres de la Coordination Nationale ne se sont jamais réunis pour débattre et adopter en séance plénière un quelconque rapport élaboré par une sous – commission technique.

Le Collectif des Forces du Changement affirme que ses représentants à la CEI n’ont pas débattu et adopté un tel rapport.

Le Collectif des Forces du Changement  avait vainement demandé la publication de ce rapport. Il en conclut  que le décret n°10.041 du 26 février 2010 avait été signé sur la base d’un rapport fictif pour convoquer un corps électoral fantomatique. Il s’agit-là d’une faute politique  de la plus extrême gravité vis-à-vis du Peuple Centrafricain et de la Communauté Internationale.

 

2/ Des listes électorales

 

Alors qu’aucun recensement électoral n’avait eu lieu pour les élections de 2010, Monsieur BINGUIMALE dont le Collectif des Forces du Changement continue de contester l’indépendance, la neutralité, la compétence et la moralité, a passé dans l’opacité totale, pour la confection de prétendues listes électorales, un marché  pour un montant de CINQ CENT MILLIONS de francs CFA (500.000.000 FCFA) avec Monsieur Serge SINGHA BENGBA informaticien  et membre du bureau KNK du 2ème Arrondissement de Bangui et candidat KNK aux législatives dans la ville de Bangassou d’une part et Monsieur Bruno VICKOS Directeur Général de l’Office National d’Informatique (ONI)  militant KNK d’autre part qui a créé sa propre structure pour les besoins de la cause.

Le Newtech Institut, établissement d’enseignement privé situé aux 36 villas dans le 2ème Arrondissement et dirigé par Monsieur SINGHA sert de cadre pour la saisie informatique de listes manuscrites qui n’émanent pas de la CEI.

Le risque de manipulation de la base des données est manifeste.

 

 

C/ SUR LE DECOUPAGE ELECTORAL

 

 

         Le 02 mars 2010, le Chef de l’Etat a signé le décret n°10.049 portant découpage des circonscriptions électorales pour les élections législatives.

Le Collectif des Forces du Changement relève  que ce décret a été pris sur la base de données démographiques erronées en reprenant à la lettre les chiffres figurant sur le décret n° 04.283 du 1er octobre 2004 résultant du troisième recensement général de la population et de l’habitation de 2003. C’est ainsi que dans cette opération de « copier coller », la ville de SIDO nouvellement érigée en sous-préfecture a été omise du décret du 02 Mars 2010.

           Il faut convenir que si depuis cette date, aucun nouveau recensement  n’est intervenu, toutefois le Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération Internationale, avec le concours des Agences du système des Nations –Unies (UNFPA, UNICEF, PNUD), de l’Union Européenne, du Japon et de la Chine, a fait un travail remarquable de projections démographiques (évolution des effectifs des Préfectures) jusqu’en 2028. Il suffisait donc au Ministre de l’Administration du Territoire de se rapprocher de son collègue du Plan pour avoir les données officielles fiables qui sont disponibles depuis Janvier 2010 avant de faire procéder au découpage des circonscriptions.

 

Par ailleurs, le pouvoir s’est fourvoyé avec ses propres chiffres.

L’article 191 du Code électoral  dispose :

« L’Assemblée Nationale se compose d’autant de députés qu’il y a de circonscriptions électorales. Chaque sous Préfecture constitue une circonscription électorale.

       Toute fois, pour les sous Préfectures et les arrondissements de la ville de Bangui à forte démographie, une circonscription électorale supplémentaire sera créée par tranche respective de trente cinq mille (35.000) habitants pour les Sous Préfectures et de (45.000) habitants pour les Arrondissements de Bangui.

         Un texte réglementaire détermine le découpage électoral sur la base des critères prévus à l’alinéa ci-dessus ».

 

       Malheureusement, la volonté de préparer dans la précipitation et d’organiser un hold –up électoral a amené le Président BOZIZE à apposer sa signature au bas d’un Décret qui, loin d’être conforme aux dispositions de la loi portant Code électoral, a plutôt créé une discrimination injustifiable mettant en péril l’unité nationale. Par exemple, en voulant se donner la chance d’avoir quatre (4) Députés dans la sous Préfecture de Bossangoa  qu’il pense lui être acquis et qui compte 95.360 habitants, on aboutit à un chiffre de 23.613 habitants par circonscription. Or ce chiffre est en deçà de la norme prévue par la loi électorale.

 

         Il en est de même pour la Sous Préfecture de Bambari qui, avec ses 95.454 habitants s’est vue subdivisée en quatre (4), soit 23.613 habitants par circonscription, chiffre également en deçà de la norme prévue par la loi.

Personne ne peut comprendre que MOBAYE et BATANGAFO avec plus de 48.000 habitants puissent avoir chacune un seul Député alors que BIRAO avec ses 34.000 habitants en a deux (2).

       Que dire du Décret n° 10.049 du 2 Mars 2010 portant découpage des circonscriptions électorales pour les élections législatives de 2010 ?

Ce décret contient les germes de conflits  pré et post-électoraux, laissant entrevoir des cas d’injustice flagrante, non seulement entre les régions, mais entre les Centrafricains. (Voir Tableau en annexe)

 

             Le Collectif des Forces du Changement, rejette ce découpage des circonscriptions électorales.

 

CONCLUSION

 

            A ce sombre tableau, on ne peut s’empêcher de relever le refus du Dialogue du Chef de l’Etat qui visiblement cherche la confrontation. Les  violents propos qu’il tient en cette période cruciale de tensions n’incitent pas à l’optimisme : « je vais charcuter, dépecer les opposants les uns après les autres ; si vous voulez, nous irons vers la somalisation de la RCA ; si vous me provoquez, la RCA  sera Sodome et Gomorrhe etc.… »

            Joignant le geste à la parole, des instructions ont  été données pour arrêter, brutaliser, museler les opposants  dans les provinces et les empêcher de circuler librement et de mettre en place leurs structures locales.

           

            Le Collectif des Forces du Changement ne peut accepter d’aller aux élections dans les conditions qui traduisent la volonté du pouvoir de faire un passage en force et refuse de servir de caution à une  caricature électorale.

 

             C’est pourquoi, le Collectif se félicite de la position courageuse prise par l’ensemble de la classe politique centrafricaine lors de la réunion de concertation initiée et présidée par le Ministre de l’Administration du Territoire le 18 mars 2010 relative au report technique des élections d’une part, et d’autre part de la position clairement exprimée par la communauté internationale  lors de la réunion du comité de pilotage des élections sous l’égide de Madame la Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies le 19 mars 2010.

 

            Dans cette perspective, le Collectif des Forces du Changement

 

Rejette :

 

  1) Le Décret n° 10.041 du 26 Février 2010, convoquant le corps électoral pour les échéances  présidentielles et législatives du 25 Avril 2010 ;

   2) Le Décret n° 10.049 du 02 mars 2010, portant découpage des circonscriptions électorales pour les élections législatives ;

   3) Les listes électorales fictives  éditées à New - tech Institut et à l’O.N.I. dans l’opacité

         la plus totale et en violation du Code électoral.

    4) La composition irrégulière des Comités locaux, d’Ambassade et de Consulat installés

        en violation du Code électoral

 

 Exige :

 

La mise en œuvre et la finalisation effective du programme du Désarmement,   

    Démobilisation et Réinsertion (DDR) comme préalable au processus électoral ;

Le recensement électoral  sur toute l’étendue du territoire national ;

Le choix après appel d’offres, de la Société chargée du fichier électoral et dont la

    neutralité doit être garantie ;

La recomposition des Comités locaux, d’Ambassade et de Consulat conformément au

    quota et au nombre fixés par la loi électorale ;

La publication des résultats de l’audit de la Commission Electorale Indépendante (CEI),

    objet du protocole d’accord du 13 Février 2010 ;

La séparation des fonctions de Ministre en charge du processus électoral, et de

    Secrétaire Général du Parti KNK, partie prenante aux élections ;

Un nouveau découpage électoral, conforme à la loi n° 09.016 du 02  Octobre 2009,

     portant Code Electoral de la République Centrafricaine ;

Le départ de tous les anciens délégués de l’UFVN recrutés à la CEI à des fonctions

    permanentes à la Présidence de la Coordination Nationale.

Le rétablissement de Maître Crépin  MBOLI-GOUMBA dans ses fonctions de 2ème vice

    Président de la Coordination Nationale de la CEI ;

      

 Réitère  :

         

L’exigence de la démission de Monsieur BINGUIMALE Joseph, Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI) comme condition non négociable pour  sa partialité manifeste à l’égard du pouvoir, son incompétence notoire et sa  moralité douteuse, et invite les pouvoirs publics qui l’ont choisi de désigner une autre personnalité neutre  qui sera élue par toutes les entités en vue de conduire dans la sérénité le processus électoral.

 

           Le Collectif des Forces du Changement se réserve le droit de se retirer du processus électoral  si toutes les conditions d’une élection libre, transparente et crédibles ne sont pas réunies.

 

                                                                             Fait à Bangui, le 24 Mars 2010

                                                                                                        

        

                                                          

 

ANNEXE  1

 

 

 

 

DELAIS INCOMPRESSIBLES POUR

L’ORGANISATION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES ET LEGISLATIVES DE 2010

 

 

 

1) Réalisation du DDR                            3 mois ½

2) Recensement électoral                         1 mois

3) Edition des listes électorales                1 mois

4) Edition des Cartes d’électeurs              1 mois

5) Distribution des Cartes d’électeurs      15 jours (Art. 43)

6) Dépôt des candidatures                        1 mois (Art 46)

7) Convocation du corps électoral            2 mois (Art. 54)

8) Durée de la campagne                         14 jours (Art. 54)

9) Election : 90 jours avant l’expiration du mandat du Président en exercice (Art. 24 de la constitution)

10) 16 Janvier 2011 : 1er tour du scrutin législatif et présidentiel

 

 

 

  Le Collectif des Forces du Changement (CFC)

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique