Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 02:12

 

 

 

 

J Jacques Demafouth-copie-1

 

 

CDI– Amis d’Afrique

Collectif des Démocrates Internationaux et Amis de l’Afrique

Observatoire de l’Avancé de la Démocratie de l’Etat de Droit et

de la bonne Gouvernance

(Paris, Londres, New York, Dakar)

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le Collectif des Démocrates Internationaux et Amis d’Afrique font observer et prennent à témoin la Communauté Internationale notamment l’Organisation des Nations-Unies, le Conseil de Sécurité, la Commission des droits de l’homme de l’Union Africaine et de l’Union Européenne, les organismes de défense des droits de l’homme …etc. de la dérive dictatoriale du régime de Bangui quant au respect des droits de l’homme en République Centrafricaine.

Le 06 Janvier 2012, M. Jean-Jacques DEMAFOUTH, Homme Politique Centrafricain, Avocat, Ex-Ministre de la Défense Centrafricain a été arbitrairement arrêté dans le bureau du ministre centrafricain de la justice au mépris du principe de la séparation des pouvoirs.

Deux autres personnes dont l’Ex-Ministre de l’habitat et actuel Député de Birao Mr Gontran DJONO AHABA et Mahamat ABRASS, tous deux de la branche de l’ex mouvement de rebelle UFDR (union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement) ont été arrêtées aussi.

Pour rappel : Mr. Jean-Jacques DEMAFOUTH a la veille, et au préambule du dialogue politique inclusif (DPI), et pendant se voix propulser à la tête de la principale Ex-rébellion du pays APRD « l'Armée Populaire pour la Restauration de la Démocratie », Vice-présidentdu comité de pilotage du DDR à la sortie du DPI.

Il faut remarquer, le processus de DDR suite son cours difficilement, malgré tout la volonté de Mr. Jean-Jacques DEMAFOUTH, fûtes totale dans les processus de désarmements de la principale Ex-rébellion du pays APRD « l'Armée Populaire pour la Restauration de laDémocratie ».

Par ailleurs, Mr. Jean-Jacques DEMAFOUTH, deux fois candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2005 et 2011 a prouvé à suffisance sa volonté de conquête du pouvoir par la voix des urnes.

Paradoxalement la République Centrafricaine se voit assiégée par des groupes rebelles étrangers (LRA, FPR), les populations centrafricaines sont délaissées par les autorités centrafricaines. Le pouvoir de Bangui, reste droit dans ses bottes. Malgré les différentes alertes du peuple centrafricain terrorisé par l’invasion des groupes rebelles étrangères (LRA, FPR), qui commettent allégrement des forfaits.

 

Le pouvoir de BOZIZE, fait diversion sur son incapacité à sécuriser l’intégrité territoriale, ainsi de protéger le peuple Centrafricain. Maintenant on accuse Mr. Jean-Jacques DEMAFOUTH de « comploter avec d’autres groupes rebelles pour déstabilisation» n’est qu’un prétexte. C’est l’hôpital qui se moque de la Charité ! C’est un secret de polichinelle que le pouvoir en place cherche par tous les moyens à disqualifier tous les opposants politiques, les muselés, au passage boycotter toutes les dispositions mises en place à la sortie de la DPI, en occurrence le DDR.

Nous connaissons bien la volonté de conserver à tout prix le pouvoir de BOZIZE et nous,

Le Collectif des Démocrates Internationaux et Amis de l’Afrique  condamnons avec force, et faisons appel à la communauté internationale, aux autorités françaises, des Etats-Unis d’Amérique, aux différentes organisations déjà impliquées, et à tous ceux qui sont épris de Paix, de Justice, de Droit de l’Homme, d’exiger du pouvoir du président général  BOZIZE, la libération immédiate de Mr. Jean-Jacques DEMAFOUTH, et des deux autres arrêtés avec lui, afin que ce dernier continue en sa qualité de vice-président du DDR, à contribuer dans les efforts collectifs déjà consentis, pour réaliser concrètement le processus de DDR.

 

Rappel : Les conditions d’arrestation de Mr. Jean-Jacques DEMAFOUTH ne sont basées sur aucune preuve, et le pouvoir en place à l’habitude d’éliminer arbitrairement ces adversaires politiques. Il faut rappeler que le risque est réel et d’autant  plus élevé que Mr. Jean-Jacques DEMAFOUTH, est depuis longtemps dans le collimateur du Pouvoir de Bangui.

 

Fait à Paris le 18-01-2012

 

 

La coordination CDI-Amis d’Afrique

Collectif des Démocrates Internationaux et Amis de l’Afrique

Observatoire de l’Avancé de la Démocratie de l’Etat de Droit et

de la bonne Gouvernance

 

(Paris, Londres, New York, Dakar)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers