Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 01:27

 

 

 

Caravane Tiangaye CRPS

 

 

 

CRPS-logo.JPG

 

 

 

 

COMMUNIQUE

 

Le mercredi 23 mars 2011, alors qu’il se présentait pour les formalités aéroportuaires à  Bangui-Mpoko afin d’embarquer pour le Tchad, le président du Directoire de la CRPS, Maitre Nicolas TIANGAYE a été empêché, avec la complicité du commissaire de l’aéroport,  d’embarquer à bord de l’avion qui devait l’emmener à N’Djamena pour un  procès se tenant le jeudi 24 mars 2011. Son passeport et son billet d’avion lui ont été retirés sans motif apparent ; mais l’on sait qu’aucun leader politique centrafricain ne doit sortir du territoire et ce, sur décision de sa majesté Bozizé 1er. La Fédération de la CRPS France tenant compte de ce fait,

 

-         proteste contre cet état de fait qui tend à se banaliser  en rappelant que  ce n’est pas la première fois que Maitre Tiangaye fait l’objet des tracasseries des autorités de Bangui.  Il en a été de même pour l’ancien Premier Ministre, Président du MLPC et candidat de ce parti aux élections présidentielles Martin Ziguélé le 8 octobre 2010.

 

-         condamne fermement les attitudes arbitraire et dictatoriale des autorités centrafricaines en l’occurrence celle de Bozizé et ses sbires;

 

-         rappelle que l’article 4 de la constitution dispose : la liberté de la personne est inviolable ;

 

« Les libertés d’aller et venir, de résidence et d’établissement sur toute l’étendue du territoire sont notamment garanties à tous dans les conditions fixées par la loi. »

 

-          constate malheureusement que cette disposition a une nouvelle fois été violée les 22 et 23 mars 2011, comme pour le code électoral ;

 

-         exige la restitution du passeport et du billet d’avion de Maitre Nicolas TIANGAYE qui lui ont été confisqués arbitrairement ;

 

-         demande  à la ligue centrafricaine et aux défenseurs des droits de l’homme, aux partenaires bilatéraux et à tous les démocrates de veiller au respect des droits fondamentaux du peuple centrafricain.

 

Fait à Paris le 24 mars 2011

 

 

                                                           Le Bureau Fédéral France

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique