Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 16:08

 

 

logo-MLPC.jpg

 

Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain

Justice – Liberté – Travail

*******

Membre de l’Internationale Socialiste

Mouvement de Libération de la Jeunesse Centrafricaine

*******

Bureau National

*******

Secrétariat Général

*******

                                                                                                                      

COMMUNIQUE DE PRESSE N°003/10

 

Une frange de la « jeunesse centrafricaine » en mal d’imagination politique et en quête perpétuelle de nourriture a cru devoir poser un acte salvateur en se rendant au siège de l’Union Européenne pour déposer un mémorandum au nom de la Jeunesse Centrafricaine.

Il n’ya pas très longtemps, le Bureau National du Mouvement de Libération de la Jeunesse Centrafricaine (MLJC) dans un communiqué de presse n°002/10 du 06 Avril 2010 a dénoncé ces genres d’agissement d’une autre frange des « jeunes » de ce même acabit. La Jeunesse du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), parti d’opposition démocratique d’avant-garde et membre du Collectif des Forces du Changement (CFC) ne saurait tolérer que des personnes mal intentionnées puissent jeter de tels discrédits sur la République Centrafricaine, pays de feu Barthélemy BOGANDA.

En effet, depuis la proclamation de la République jusqu’à l’avènement de ce régime aux abois (nous ne cesserons de le répéter), la Jeunesse Centrafricaine ne s’est jamais comportée de cette manière indigne à l’endroit de nos principaux partenaires que  sont l’Union Européenne, la France, les Etats-Unis et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Pour se convaincre de la bassesse des auteurs intellectuels et des acteurs de cette scène insolite qui n’honore personne mais qui serait encouragée par le Général Président de la République François BOZIZE YANGOUVONDA, il suffit de parcourir les titres des journaux de la place en date du 15 avril 2010:

Ø         Le Citoyen qualifie de : « Spectacle ridicule de la jeunesse KNK devant le siège de l’Union européenne » ;

Ø         L’hirondelle titre : « RCMJPPE : la marche de la honte de la jeunesse centrafricaine » ;

Ø         Agora renchérit : « Elections et DDR : un groupuscule de jeunes s’égosille devant le siège de l’Union Européenne »etc.

Le mémorandum est truffé de contre-vérités et de contradictions à telle enseigne que la Jeunesse Centrafricaine en général et le Mouvement de Libération de la Jeunesse Centrafricaine en particulier, tiennent à condamner avec fermeté ces aventures qui ne sont pas de nature à encourager la Communauté Internationale, déterminée à nous accompagner vers une paix durable souhaitée par le Peuple Centrafricain à travers des élections démocratiques, crédibles, transparentes et incontestables.

Le MLJC s’étonne quand les auteurs de ce mémorandum affirment gratuitement que « les salaires sont payés à terme échu, toutes les activités économiques ont été reprises à merveille », quand on sait qu’en réalité malgré les aides multiformes reçues par ce régime pourtant issu d’un coup d’Etat, on continue de parler des arriérés de salaires, de pensions et de bourses. Les artisans miniers broient du noir dans les zones diamantifères de la Sangha Mbaéré et de la Mamberé Kadeï. Le fonctionnaire continue de percevoir un « salaire de catéchiste » malgré la hausse incessante du coût de la vie, et le déblocage de salaires ne s’opérant que par tranche pour les seuls fonctionnaires au seuil de la retraite.

Comment demander aux étrangers de respecter notre constitution si nous même nous la violons quotidiennement ?

Nos rédacteurs de ce mémorandum ignorent ou feignent d’ignorer que le Chef de l’Etat sortant, en son temps Chef d’Etat Major et Général de division, ex chef rebelle, a violé la constitution de la République du 15 janvier 1995 en renversant par un coup d’Etat le Président de la République démocratiquement élu Ange Félix PATASSE le 15 mars 2003, avant l’expiration de son mandat. Les exemples ne manquent pas quand à ce qui concerne la violation de la Constitution du 27 Décembre 2004 par le Chef de l’Etat lui-même : Président de la République et Ministre de la Défense Nationale ; Chef d’un Etat dit de droit qui ordonne la destruction du domicile d’un serviteur de Dieu en représailles de l’incendie de la maison d’un de ses « parents », en vertu de la loi de talion en application de l‘adage « œil pour œil et dent pour dent », faisant une victime en la personne du Sergent SANZE etc.

Pourquoi ordonner à la France « de pacifier dans un bref délai le territoire national en général et l’Est du pays, en particulier (Haute-Kotto ; Mbomou et Haut-Mbomou)… », alors que quelque part interdiction est faite à l’Union Européenne dont la France fait membre « de ne pas s’ingérer dans les affaires de notre pays qui est souverain » ?

Voilà des contradictions grossières qui dénotent de la qualité et de la capacité de ces « jeunes » qui aspirent  à gouverner ce pays demain. Tout porte à croire que la République Centrafricaine est infectée par cette race de « jeunes loups aux dents longues » qui sont à la recherche effrénée de gains faciles et dont il faudra bien prendre garde.

Le MLJC lance un appel solennel à toute la Jeunesse Centrafricaine en général et à celle du Collectif des Forces du Changement en particulier à se mobiliser, afin de barrer la route à ces fossoyeurs de la République, usurpateurs du nom de la Jeunesse responsable pour que la paix tant recherchée par le Peuple meurtri, désemparé et errant dans la brousse à cause des conflits armés dans l’Ouham-Péndé, l’Ouham, la Nana-Gribizi, la Vakaga, le Bamingui Bangoran, la Haute-Kotto, le Mbomou et le Haut-Mbomou puisse se concrétiser à travers le DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion) condition sine qua non pour l’organisation des élections libres, crédibles et acceptables par tous.

Aussi, le Bureau National du MLJC voudrait- il s’interroger :

- pourquoi le processus du DDR piétine pour que nos fameux « jeunes » demandent à l’Union Européenne et le PNUD « d’appuyer le gouvernement centrafricain financièrement avant le 16 mai 2010 afin de désarmer les rebelles » ?

- Où sont passés le 8 milliards des Etats de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) en appui au DDR ?

Il faudrait bien qu’on apprenne à respecter ce peuple qui n’a plus besoin de conflits inutiles pour se nourrir mais de la paix pour lui permettre de vaquer à ses travaux champêtres.

Le MLJC réitère sa confiance à la Communauté Internationale en général et particulièrement à l’Union Européenne, la France et le PNUD incriminés par ce mémorandum de la honte nationale, mais qui ont la ferme volonté de nous aider à crédibiliser ce processus électoral en panne, de tout mettre en œuvre afin d’ amener le Président de la République à revoir son décret pris pour convoquer un corps électoral « fantôme » le 16 mai 2010, par la seule volonté du Président de la CEI Joseph BINGUIMALE.

Il réaffirme son perpétuel soutien inconditionnel au Collectif des Forces du Changement à travers l’Union des Forces Vives de la Nation (UFVN) et sa détermination à œuvrer à ses côtés pour l’avènement du Changement réclamé par le Peuple Souverain.

Bangui, le 16 Avril 2010

                                                    POUR LE  BUREAU NATIONAL

LE PRESIDENT

                                                                    

EMMANUEL  T O B Y

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique