Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 04:25

 

 

 

 

Boziz--et-Ndoutinga-.jpg 

 

 

D’après des informations de sources dignes de foi émanant d’une source proche de Bozizé ayant requis un strict anonymat, les ennuis de Sylvain Ndoutingaï sont partis des discrets contacts que ce dernier aurait pris avec certains députés KNK de l’assemblée nationale pour les dissuader de voter en faveur du projet de modification constitutionnelle qui avait été transmis à l’assemblée nationale et que son ineffable président Célestin Leroy Gaombalet alias « gaou la fumée » n’osait se séparer tant qu’il n’était pas encore voté. Comme on pouvait s’en douter, Bozizé a été très rapidement mis au parfum de la démarche de Ndoutingaï vis-à-vis des parlementaires et a dû évidemment réagir.

Aux dernières nouvelles, le projet de modification constitutionnelle en question qui est censé faire sauter le verrou du nombre de mandat du président de la République pour permettre à Bozizé de briguer indéfiniment sa succession à lui-même, serait retourné au gouvernement on ne sait trop pour quelle raison. Il est vrai qu’il résultait d’un passage en force opéré par le gouvernement qui, à la faveur du toilettage du code électoral, en a profité pour faire d’une pierre deux coups en procédant également à la modification des articles de la constitution incompatibles avec le projet de conservation du pouvoir ad vitam aeternam de Bozizé.

Malheureusement pour Bozizé, la mode des modifications constitutionnelles entre temps très prisée par certains chefs d’Etat africains n’est plus tellement dans l’air du temps. Le coup d’Etat au Niger contre son frère d’arme Mamadou Tandja, l’humiliante et récente défaite électorale du vieux Abdoulaye Wade au Sénégal qui a frôlé la catastrophe après d’assez graves troubles sociaux doublée de la victoire électorale en France d’un François Hollande qui a proclamé clairement pendant toute sa campagne son hostilité à la pratique des révisions constitutionnelles par certains dictateurs africains, ont porté un rude coup à son funeste projet.

Il va de soi que pour Sylvain Ndoutingaï qui depuis un moment ne faisait pas mystère de son intention de prendre la place du calife le plus tôt possible, toute velléité de Bozizé de s’éterniser au pouvoir ou de préparer une succession dynastique au profit d’un de ses fils n’était pas acceptable d’où sa volonté d’instrumentaliser les députés de leur assemblée nationale monocolore pour contrer et faire échouer la démarche et l’inadmissible projet de Bozizé de confiscation du pouvoir à son seul profit et celui de sa progéniture.

C’est la principale raison pour laquelle Bozizé a décidé de neutraliser Ndoutingaï dont il venait brutalement de prendre conscience qu’il était devenu dangereux pour lui en ordonnant qu’il soit dépossédé du stock d’armes de guerre qu’il détenait aussi par devers lui pour le cas où, selon le dispatching et la répartition des rôles qu’ils ont précédemment arrêtés pour la survie de leur régime. C’est la mise en œuvre de cette opération de récupération d’armes chez Ndoutingaï qui a fait croire à certains qu’il s’agissait de son arrestation et qui alimenté des rumeurs de toutes sortes. CAP en avait abondamment parlé dans une de ses récentes parutions.  Depuis, Bozizé, un ressort semble être cassé entre les deux hommes et le premier tient à l’œil le second, on ne sait pour vraiment combien de temps.

Rédaction C.A.P  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique