Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 01:29

 

 

 

baba laddé gl

Radio Ndéké Luka Dimanche, 22 Janvier 2012 12:08

12 femmes ont été prises en otage le 21 janvier 2012 à Batangafo (nord), par les éléments du Front Populaire pour le Redressement (FPR) du rebelle tchadien Baba Ladé. Cette prise d’otages a été menée en représailles à la capture la veille, de l’épouse du chef rebelle par les Forces Armées Centrafricaines (FACA). Cette dernière en provenance du Nigéria regagnait son conjoint.

La capture a été faite au cours des affrontements entre ces 2 forces. Des affrontements pour la libération de la femme capturée. Les FACA ont finalement réussi à refouler leurs ennemis loin de la ville.

Toutefois, 4 personnes suspectées d’être de mèche avec les rebelles tchadiens ont été arrêtées et gardées à vue à la Gendarmerie de Batangafo. Leurs compagnons d’armes ont promis revenir avec un renfort conséquent.

Les forces régulières ont de leur côté annoncé que toutes les dispositions sécuritaires ont déjà été prises pour parer à toute éventualité.

Selon les témoignages recueillis dans la ville, « la peur gagne les populations : Les familles des victimes s’inquiètent du sort réservé à leurs parents. Et tout le monde a les yeux tournés vers les forces de défense et de sécurité de la ville ».

D’autres sources indiquent que « la libération de ces otages est conditionnée à celle de l’épouse de Baba Ladé encore en détention par des FACA ».

La population qui était en débandade pendant les affrontements regagne la ville de Batangafo. Une localité désormais sous le contrôle des Forces Armées Centrafricaines.

Quant aux hommes de Baba Ladé, ils ont battu en retraite. Ils se sont vus obligés de regagner leurs bases arrière vers Kaga Bandoro (nord) et la région de Kabo (nord).

Justement à propos de la ville de Kaga Bandoro, celle-ci a été quadrillée le 20 janvier par le détachement des FACA appuyées par les éléments de la Mission de Conseil de Paix et de Sécurité d’Afrique Centrale (MICOPAX).

Le but de cette opération militaire  est de sécuriser la ville, afin de barrer la route aux exactions de Baba Ladé et ses éléments sur la population civile en proie à l’insécurité.

Selon des sources dignes de foi, « les forces régulières ont bloqué les 5 principaux axes de la localité, imposant ainsi une ceinture de sécurité de 5 kilomètres ».

 

NDLR : Baba Laddé ne doit vraisemblablement plus se trouver dans cette zone qui est actuellement quadrillée. Il doit sûrement s’être mis déjà à l’abri ailleurs. Le déclenchement de ces opérations a trop traîné en longueur et beaucoup été ébruité. On aurait voulu prévenir Baba Laddé de déguerpir des lieux, on ne se serait pas pris autrement.

 

*****************************************************************

Source : blog de Makaila Nguebla

Tchad – RCA : le Comité d’Action Révolutionnaire apporte son soutien au FRP du Général Baba Laddé

République du Tchad

Unité-Travail-Progrès

Conseil d’Action Révolutionnaire

Justice-Paix-Dignité


                                Communiqué de presse N°0001/PR/CC/CAR/2012

 

Le Conseil d’Action Révolutionnaire(CAR), tient à exprimer son inquiétude par rapport à la situation qui prévaut à la frontière Tchado-centrafricaine visant à neutraliser le  général Baba Laddé, chef du Front Populaire pour le Redressement(FPR) et ses éléments.

Le CAR, dénonce les arrestations dans la localité de Kaga Bandoro des personnes de confession musulmane supposées proches de ce mouvement armé. Cet amalgame porte un grave préjudice sur les droits des personnes et  la liberté de culte. N’est pas militant du FPR tout musulman ou Peul habitant cette zone.

Le Conseil d’Action Révolutionnaire(CAR), demande aux gouvernements tchadien et centrafricain de privilégier la voie d’un dialogue inclusif avec toutes les forces vives de leur pays respectif. Car, la confrontation armée n’est que perte de vies humaines et destruction matérielle. Il y a un choix judicieux à faire, soit opter sincèrement pour la paix et le dialogue, ou rester à jamais esclaves des vieux démons de la haine, de la guerre et de la mauvaise gouvernance, source de nombreux problèmes.  

Le Conseil d’Action Révolutionnaire(CAR), exige de la part du gouvernement tchadien un virage global, visant à résoudre tous les problèmes qui font le lit des révoltes, notamment la corruption, l’injustice, le népotisme, les gabegies et la confiscation des libertés…
Le seul Tchad possible est celui de la diversité, dépouillé de tous les réflexes de violences, d’injustice, de népotisme, de corruption, de « profilage ethnique » et d’exclusion sociale. Un Tchad réconcilié avec ses valeurs ancestrales qui sont le dialogue sincère, le respect des droits de l’homme et des libertés, le partage équitable des richesses nationales, l’accès à l’emploi pour tous, selon les critères de compétence et non par clientélisme.

Le Conseil d’Action Révolutionnaire(CAR), demande au gouvernement du Tchad, et aux instances internationales d’œuvrer pour une véritable paix au détriment des négociations, au cas par cas, qui ne tiennent pas réellement compte des vrais problèmes du pays, mais qui répondent plutôt à des préoccupations individuelles et mercantiles,  loin des revendications populaires et défis auxquels doit relever le Tchad.

Le Conseil d’Action Révolutionnaire(CAR), exige la libération des personnes civiles arrêtées arbitrairement sur simple dénonciation des populations des localités centrafricaines. Demande aux organisations de défense des droits de l’homme et au CICR de veiller au respect des droits des personnes détenues dans le cadre de cette confrontation entre le FPR et les gouvernements Tchadien et centrafricain.


Vive le Tchad fort, uni et prospère!

Vive les vraies valeurs démocratiques!

Vive le Tchad-puissant d'Hommes intègres!

                                                Fait, le 22 Janvier 2012


                        Le commissaire à la communication


                                     Abbas Kayangar

 

Arrestations massives des ressortissants tchadiens en Centrafrique


Le Front Populaire pour le Redressement (FPR) tient à informer l’opinion publique nationale et internationale sur la vague d’arrestations qui s’abat dans le milieu des ressortissants tchadiens à Bangui et dans plusieurs localités centrafricaines.

Ces arrestations sont orchestrées par l’armée tchadienne avec l’autorisation des forces centrafricaines et surtout l’aval du Président François Bozizé.

Le FPR souligne également que parmi les personnes interpellées figure l’épouse du Général Baba Laddé, dirigeant du Mouvement.

A l’heure où ces actes indignes, ignobles et contraires aux principes du respect des droits de l’homme se commettent en RCA, les forces du FPR, sont contraintes à sortir massivement des zones où elles occupent pour prendre position sur les grandes voies afin de répondre à des éventuelles attaques des troupes tchadiennes et centrafricaines.

Le FPR:

-   exige le retrait immédiat des forces tchadiennes de Bangui, de Kaba et Banssaagafoua,

-    réclame la libération sans délai  de toutes les  personnes arrêtées,

-  demande aux forces impartiales sur place de dénoncer à leur niveau toutes les violations des droits de l’homme qui sont perpétrées par l’armée tchadienne devant leur présence,

-  condamne tout acte visant à éloigner la volonté du FPR de trouver une solution politique au conflit armé au Tchad et en RCA.

                                                         Fait, le 21 janvier 2012


La cellule de communication du Front Populaire pour  le Redressement (FPR)


Contact : 0088 216 212 08 508

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers