Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 22:01

 

 

doingbusiness.jpg

 

Doing Business 2011 :  l’Afrique subsaharienne progresse vite, le Maghreb un peu moins

04/11/2010 à 14h:50 Par Pierre Boisselet (J A)

La Banque mondiale a publié jeudi 4 novembre son rapport "Doing Business" 2011. Il montre une très nette amélioration du climat des affaires en Afrique subsaharienne et un bilan plus mitigé pour le Maghreb. Explications.

L'Afrique francophone à la traîne

Les poids lourds de l'Afrique francophone restent au-delà de la 150e place, pour la plupart. Parmi eux, certains progressent notablement, comme le Cameroun (+5 places, 168e) qui a réformé ses procédures de création d'entreprise. Ou encore la République démocratique du Congo (RDC, 175e), qui gagne 4 places, notamment grâce à la délivrance facilitée des permis de construire.

Le Burkina Faso (151e), qui a mené à bien des réformes dans 4 des 9 secteurs précédemment évalués par la Banque mondiale, progresse de 3 places. Le Bénin (170e), le Gabon (156), le Mali (153e) et le Togo (160e) n’en gagnent que 2.

Surtout, le Niger (-3, 173e), Madagascar (-2, 140e), mais aussi la Côte d'Ivoire (-1, 169e), qui ont pourtant mené à bien des rénovations validées par le rapport, perdent des places au classement. Les troubles politiques dans ces pays ne sont certainement pas étrangers à cette régression.

Au titre des baisses, il faut signaler également le Sénégal (152e) et la Guinée (179e), qui reculent chacun d'une place. Et se rapprochent un peu plus des deux derniers de cet index que sont la Centrafrique (182) et le Tchad (183e).

 

NDLR : Le classement de la RCA avec la gouvernance Bozizé s’explique. Quand dans un pays la paranoïa des dirigeants les amène à arrêter et mettre en geôles de simples chasseurs européens parce que considérés comme des mercenaires venus pour un coup d’Etat, une telle méprise ne peut nullement arranger le climat des affaires de ce pays.

De même si le président de ce pays est poursuivi en justice en raison de son refus d’honorer une commande qu’il a pourtant passée lui-même, contribuant ainsi à la mise en liquidation judiciaire de l’entreprise, un tel comportement n’est évidemment pas de nature à améliorer le climat des affaires de ce pays.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie