Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 19:28

 

 

Saragba F

 

De report d’élections en report d’élections, la république centrafricaine continue toujours sa dangereuse progression dans une sorte de rengaine monotone.

Voilà que depuis le 11 juin 2010, la Centrafrique pieds et mains liés, est offerte comme un jouet aux seuls caprices d’un président illégitime et incompétent dont le mandat a été prorogé d’une manière illégale afin de préserver la paix, rien que la paix croyait-on. Hélas ! Si le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument pour ne pas paraphraser le philosophe et historien Emerich Acton. En prorogeant sans condition le mandat du général-président malgré le verrouillage de la constitution, les parlementaires et les membres du conseil constitutionnel ont donné un blanc seing à celui-ci. Le résultat ne s’est pas fait attendre et se traduit aussitôt par les mêmes maux dont souffraient déjà le régime « légal ».

A présent, les mêmes rênes du pouvoir sont convoitées par une classe politique de l’opposition démocratique qui se caractérise par un attentisme affligeant, un minimaliste déroutant et réagit si toutefois elle réagit d’une manière atone. Une classe politique de l’opposition démocratique dont certains leaders par leur discours semblent déjà être de connivence avec le régime en place. A se douter de la sincérité de leur engagement. Finalement, la Centrafrique n’est-elle pas victime de l’apathie politique du régime et de certains leaders de l’opposition  qui essaient de jouer solo ? Autrement dit, ce manque de créativité politique n’est-il pas dû à une inculture politique manifeste ? Ne dévoile t-il pas  au grand jour une absence de véritables projets politiques positifs et globaux pour la Centrafrique?

Alors que la majorité de nos compatriotes, toute classe politique confondue  y compris certains membres du parti au pouvoir , la communauté internationale avec l’union européenne en tête s’attendaient à un accord politique global qui résulterait d’un consensus afin de donner une aura de légitimité et de légalité au processus électoral, le général président a cru bon, dicté en cela par ses vieux démons de la mal gouvernance de prendre un décret unilatéral et inattendu. Une fois de plus, le général président a fait preuve d’un autoritarisme méprisant à l’endroit de toute l’opposition démocratique, du peuple centrafricain tout entier qui n’aspire qu’à vivre en paix et de nos partenaires internationaux fatigués par nos incohérences à un moment qui ne s’y prêtait pas. Au moment où nos compatriotes commençaient à croire en une solution apaisée, résultante d’un consensus qui viendrait sceller définitivement un accord politique salvateur, d’autant plus que  l’union européenne est prête à débourser gracieusement entre 6 et 9 000 000 d’euros. A quoi joue donc le général-président ? Aurait-il peur d’une élection juste et transparente ?  Veut-il réellement organiser ses élections ?

Par ailleurs, la réaction tantôt timorée ou confuse d’une opposition démocratique face à ce qui est convenu désormais d’appeler une provocation de la part du général-président  interpelle notre conscience de citoyens. Que vaut finalement cette opposition démocratique ? A-t-elle vraiment la volonté et les capacités de s’ériger en une force alternative au régime irresponsable et provocateur du général-président ?

En l’état actuel des choses, nombreux sont nos compatriotes qui pensent de plus en plus que ni le régime en place, ni l’opposition démocratique n’incarne les attentes du peuple centrafricain.

 

Franck SARAGBA

« De l’esprit Fini Kodé »

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique