Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 11:43

 

 

ndele

 

 

Ai- Rca Samedi, 28 Août 2010 16:41 - Le détournement des deniers publics et la séquestration de la population de la commune de Gamboula institutionnalisés par le maire de la ville soutenu par   quelques conseillers municipaux ont fait l'objet d’une réunion de travail présidée le  25 août à la mairie par le sous-préfet de Gamboula Bernard Mokom, en présence des responsables des services déconcentrés de l’Etat.

 Selon une source proche de la sous-préfecture, le but de cette réunion était de  toucher du doigt les maux minent  cette  unité administrative  et la gestion peu orthodoxe  des biens publics,  suite aux multiples plaintes de la population.

Le sous-préfet de Gamboula s’est insurgé contre la gabegie  des ressources  par l’équipe municipale.

« Les ressources de la commune sont dilapidées par le maire et quelques rares de ses conseillers », a-t-il déploré, avant de déclarer que,  « les conseillers agissent sur l'instruction du maire ».

A l'en croire, le maire a embauché ses hommes de main  qui sont pour la plupart des peulhs. Ces derniers sont mis en mission  comme des  percepteurs. Ils  ont imaginé des stratégies de détournement.   « Quand ceux-ci perçoivent les taxes, ils ne les reversent pas dans les caisses de la mairie,  mais plutôt chez le maire à la maison », a-t-il dénoncé.

En ce qui concerne la séquestration dont est victime la population, M Mokom a fait savoir « qu’un jeune a été pris, ligoté et foutu en tôle par des conseillers.  Il s’est même vu obligé par ces mêmes conseillers  de vendre sa moto pour payer les frais et les droits de leur déplacement ».

Furieux, selon des témoins,  le sous-préfet tout en prodiguant des conseils et à  mis  en garde les élus en ces termes : « Dorénavant les récidivistes seront traduits en justice ».

 

Kabongo, Ai Bangui

NDLR : Quelle justice dans cette RCA de Bozizé ?

Selon nos informations, Bernard Mokom le sous-préfet dont il est question ici et qui joue les moralistes à Gamboula, c'est le cadet de son grand-frère Bozizé. Naguère maître d'école à Bocaranga, Bozizé l'a fait muter à Bangui en 2002 en prévision de son départ au maquis. Devenu gérant de la station-service de Bea-Rex montée de toute pièce par le chef d'état-major de l’époque, un certain François Bozizé à même les PGA et dotations en carburant des Faca. C'est lui qui ravitaillait les troupes rebelles avec les recettes de ladite station-service. Nommé sous-préfet à Gamboula dès les premiers mouvements et depuis, y demeure, frontière avec le Cameron et trafics de toute sorte obligent...L'administration régionale centrafricaine est truffée de ces parents de Bozizé, préfets, sous-préfets, qui n"hésitent même pas à arborer et se parer des habits et autres tee-shirts de KNK alors qu'ils sont censés être neutres car représentant l'administration centrale.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique