Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 05:21

 

 

 

course pirogue 1er décembre 2012

 

 

A tous ceux qui sont morts pour la patrie centrafricaine, nos prières vous accompagnent et paix à vos âmes.

 

A tous ceux qui sont morts pour la commémoration du 1er Décembre 2012, en sacrifice pour un pouvoir égoïste sinon imprégné de pratiques rebouteuses, magiques, néfastes et machiavéliques censées les maintenir  le plus longtemps possible au pouvoir et aux commandes du CENTRAFRIQUE.

 

Nous pensons à ces bourgeons de jeunes filles employées comme majorettes chargées d'aller faire la joie du prince à BOUAR, alors qu'il y a de nombreuses jeunes filles  sur place qui auraient bien pu être formées pour jouer le même, ces jeunes bourgeons que la mort a cueillis de plein fouet sur des routes sur lesquelles le roi de CENTRAFRIQUE ferme les yeux pour ne pas voir la dangerosité qu'elles représentent compte tenu de l'état de délabrement avancé qui les caractérisent, paix à leurs âmes, nos prières les accompagnent.

 

Nous pensons à ces naufragés de l'oubangui qui, en voulant se réjouir et faire plaisir à leurs compatriotes lors de cette journée qui normalement doit être une journée de liesse populaire, une journée de plein bonheur pour tous, cette journée du 1er Décembre si chère à tous les CENTRAFRICAINS, nous pensons donc à ces naufragés de ce 1er Décembre 2012, dont les noms viennent rallonger la liste de tous ceux-là qui ont perdu leur vie pour le bien-être de ce pays, ces victimes qui, aujourd'hui, ont sacrifié leur souffle pour permettre à un pouvoir moribond et irresponsable de se donner l'air de s'occuper de ce « pauvre » pays et de son « pauvre » peuple, en laissant croire à tous qu'ils célébraient la fête nationale alors qu'ils n'étaient que des outils de propagande et des offrandes sacrificielles aux mannes occultes.

 

CENTRAFRICAINS, CHERS PARENTS, LA COUPE EST PLEINE.

 

Nous perdons nos filles, nos sœurs, nos frères, nos mères dans un pays qui se dit souverain.

 

Nous perdons nos filles, nos sœurs, nos frères et nos mères sur des routes qui ne sont que des coupe-gorge, et pourtant nous avons un « gouvernement » chargé d'assurer notre sécurité dans nos déplacements à l'intérieur de ce pays qui est le nôtre.

 

Nous perdons nos filles, nos sœurs, nos frères et nos mères à cause de quelques bandes armées qui nous empêchent de vivre dans la quiétude, et pourtant nous avons une armée censée nous protéger, quelque soit l'endroit où nous nous trouvons sur le territoire national.

 

CENTRAFRICAINS, CHERS PARENTS, LA COUPE EST PLEINE.

 

Un 1er Décembre 2012, pendant que certains de nos frères et sœurs meurent ce même jour pour le pays, non pas de maladie mais des causes d'une gouvernance calamiteuse d'arrivistes et d'opportunistes  regroupés sous la forme d'un clan, le roi de la jungle fait tomber sur ses acolytes une pluie  d'élévations militaires et de grades en tous genres.

 

Des petites bandes armées mettent le peuple CENTRAFRICAIN à genoux, voilà que l'armée centrafricaine, parce  que le roi doit s'assurer la totale obédience de ses chefs militaires, se retrouve avec une cohorte de généraux, des gradés d'un des derniers échelons militaires, qui ne manqueraient pas de prendre leurs jambes à leur cou dès le sifflement de la première balle ennemie.

 

HONTE A EUX, HONTE A CES GENERAUX DE PAILLE !

 

Eux que la honte a quittés depuis. Ont-ils encore le sens de l'honneur ? Accepter de se faire épingler des étoiles sur la poitrine quand le peuple se fait égorger dans les champs, sur les routes alors qu'ils savent qu'ils n'ont même pas la mitrailleuse dont les crépitements pourraient faire fuir plus d'un, alors qu'ils savent très bien qu'ils n'ont pas l'étoffe du chef militaire qui conduirait ses troupes à la victoire en cas d 'affrontement ! Comment accepter de porter les galons d'un des chefs d'une armée qui n'est que l'ombre d'un rassemblement d'hommes sans pouvoir de nuisance ?

 

Même les éléments de la garde territoriale que PAPA BOGANDA avait combattue à l'époque, étaient beaucoup plus efficaces et plus redoutables que le simulacre d'organisation militaire que nous avons aujourd'hui.

 

Et le ridicule de tout ça, c'est que dans la même famille, le CENTRAFRIQUE se retrouve avec deux généraux. Allez savoir.

 

Allez savoir et cherchez à savoir combien de pays au monde ( mises à part les républiques bananières ) disposent d'un tel effectif de généraux dans une seule et même famille.

 

CENTRAFRICAINS, CHERS PARENTS, LA COUPE EST PLEINE.

 

Le roi de BANGUI se moque du CENTRAFRIQUE, il se moque des CENTRAFRICAINS tout comme il se moque de notre armée car s'il y avait encore des militaires valables dans cette armée, ils ne toléreraient pas une telle dérive.  Nous ne parlerons pas de la représentation nationale, qui n'est constituée que d'une bande d'affamés ne songeant qu'à remplir leur ventre et qui font fi de toute la misère autour d'eux, alors qu'ils auraient dû se préoccuper d'une telle anomalie,                        qui n'est pas loin d'une mégalomie qui ne veut pas dire son vrai nom.

 

DEUX GENERAUX DANS LA MEME FAMILLE, IL NE RESTE PLUS QU'A  AVOIR LE

PRESIDENT ET L'UN DE SES FILS COMME PREMIER MINISTRE.

 

Attendons de voir  ce que nous réservera la révision constitutionnelle si nous laissons faire les choses. Ce à quoi nous ne pouvons pas croire.

 

YETI VOUNDOU

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion