Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 02:02




Paris – (Pana) 01/12/2009 - Le coordinateur des Forces républicaines nouvelles (FRN), ex-rébellion centrafricaine, Christophe Gazambetty a confié, mardi à la PANA, avoir été empêché de prendre un vol à destination de Paris par les autorités de Bangui qui ont confisqué son passeport.

Je me trouvais jeudi soir sur le vol AF 883 en partance de Bangui pour Paris lorsque le commissaire de police de l'aéroport est venu m'inviter à descendre. Après la confiscation de mon passeport, j'ai été invité à me présenter à la direction de la police administrative, ce que j'ai refusé de faire", a-t-il raconté au téléphone.

L'ex-chef rebelle, qui était revenu à Bangui dans le cadre des accords de Syrte, a expliqué ses déboires par "la frilosité" du pouvoir centrafricain.

"Il n'y a aucune raison qui justifie l'atteinte à la liberté de circulation dont j'ai été victime. Je partais à Paris pour recevoir les soins que nécessite mon diabète chronique. Mais depuis que la rébellion a repris dans le nord le pouvoir fait preuve d'une grande frilosité", a-t-il regretté.

M. Gazambetty, ancien ambassadeur de Centrafrique à Pékin, a, par ailleurs, indiqué qu'il a saisi le Bureau des Nations unies en Centrafrique (BONUCA) sur sa situation.

"J'ai été reçu au BONUCA pour exposer ma situation et j'espère que les choses vont rentrer rapidement dans l'ordre. En tout état de cause, j'ai réservé une place sur le vol Paris-Bangui de jeudi soir. Et j'espère que cette fois, les autorités me laisseront partir", a-t-il encore dit, en justifiant son optimisme par la restitution de son passeport.

Les FRN ont accepté de déposer les armes et de rentrer dans le processus politique, en mai dernier, à la suite de la médiation libyenne qui a abouti aux accords intercentrafricains dits de Syrte.



NDLR : Ce monsieur était le porte-parole du FDPC d’Abdoulaye Miskine. C’est en tant que tel et non comme responsable des Forces Républicaines Nouvelles comme il l’affirme, qu’il s’était rendu à Bangui dans le même avion que Bozizé avec une bonne vingtaine d’éléments du FDPC dont aussi André Ringui Le Gaillard aujourd'hui membre de la CEI, après en effet, la signature de l’Accord de Paix Global par Miskine à Syrte le 3 juillet dernier. On sait ce qui est advenu desdits Accords de Paix. A la suite de l’arrestation de deux de ses éléments à Bangui, Miskine les a dénoncés dernièrement. Reste que pour dîner avec le diable, ne dit-on pas qu’il faut se munir d’une longue cuillère.  Le jeudi où il devait embarquer le soir n'était-ce pas le même jeudi où très tôt le matin, on avait appris l'attaque et la brève occupation de la ville de Ndélé par un autre mouvement rebelle, la CPJP. La "frilosité" du pouvoir de Bozizé à laquelle ce chef rebelle fait allusion pourrait probablement s'expliquer par cette raison.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique