Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 03:32

 

 

Bozize KNK

 

 

 

01/03/2011 à 17h:47 Par Marianne Meunier Jeune Afrique


Il se pourrait fort qu’au lendemain du second tour des législatives, prévu le 20 mars, le Parlement centrafricain soit à dominante orange, la couleur du Kwa na kwa (KNK « le travail, rien que le travail » en sango).

Sur les 105 candidats – autant que de fauteuils à l’Assemblée – du parti au pouvoir au premier tour, le 23 janvier, 27 l’ont en effet emporté d’emblée et 64 sont en ballottage favorable. Le KNK jouit d’un autre atout en vue de la seconde manche, et il n’est pas négligeable : le boycott de la compétition par l’opposition, annoncé le 15 février.

 

Réunie au sein du Collectif des forces du changement (CFC), elle réagit à une décision de la Cour constitutionnelle rendue trois jours plus tôt. Saisie par Ange-­Félix ­Patassé, Martin Ziguélé et Émile Gros-Raymond Nakombo, trois candidats du CFC à la présidentielle du 23 janvier – remportée au premier tour par le chef de l’État sortant, François Bozizé –, l’instance a rejeté les recours en annulation qu’ils avaient déposés après avoir dénoncé une série de fraudes. Mais selon les plaignants, la Cour constitutionnelle n’a pas conduit « d’enquête préalable » et a fait preuve d’une « célérité inhabituelle ». Ils concluent à « l’inexistence de toute possibilité de recours juridictionnel impartial » et, dans ces conditions, à la nécessité d’un boycott.

 

« C’est une décision qui n’a pas de sens car ils ont participé à la compétition », indique Élie Oueifio, secrétaire général du KNK. Mais pour Martin Ziguélé, arrivé en troisième position à la présidentielle avec 6,46 % des voix, participer au scrutin était la seule issue pour éviter le reproche « d’avoir fui les élections ». « Maintenant que la preuve est apportée que le jeu est faussé, c’est une question de responsabilité politique que d’en sortir », poursuit-il. En prenant le risque d’une marginalisation politique ? Et de promettre : « Nous continuerons notre travail de sensibilisation de la population. »

 

 

NDLR : Tous ces chiffres qu’on déclare comme étant les résultats des élections sont totalement fantaisistes et fabriqués par le seul KNK avec la CEI pour humilier les candidats de l’opposition. Ils ne sont nullement le reflet de la réalité du terrain qui est sans nul doute totalement différente. Maintenant qu’il est mis à nu par le refus de l’opposition de se prêter encore à ce jeu de dupes en prenant part au second tour des législatives, Bozizé devient nerveux et panique littéralement. Après l’élection de son clan familial au premier tour des législatives le second tour, puisque l’opposition n’y prendra pas part est plus qu’un boulevard dressé devant le KNK. Ainsi, l’Assemblée nationale appartiendra à Bozizé et au KNK seul. Vive la démocratie à la Bozizé !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique