Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 01:39

 

 

RCA_carte-2.jpg

 

 

 

BANGUI jeudi 15 juil 2010 (AFP) - L'embuscade qui a coûté la vie à six militaires centrafricains le 8 juillet dans le nord du pays est l'oeuvre de "braconniers puissamment armés", a affirmé jeudi à l'AFP une source de l'Etat-major des forces armées centrafricaines (FACA), écartant une attaque rebelle.

"C'est un groupe de braconniers puissamment armés qui a causé ces pertes en vies humaines à l'armée. Nous sommes en mesure de dire qu'il ne s'agit en rien d'une attaque d'un groupe politico militaire"", a déclaré cette source sous couvert de l'anonymat.

Selon cette source, les six hommes de la "mission ont cru qu'il s'agissait d'un groupe de quelques coupeurs de route qui tendaient un guet-apens aux usagers de la route (...). Mais c'était en réalité une horde de braconniers en mouvement vers l'est en quête des troupeaux d'éléphants".

"C'est un rapport de force inégal qui a entraîné la mort de nos hommes au cours de cette embuscade. Aussitôt informé, l'état-major a pris des dispositions et a dépêché trois sections, (un peu plus de 90 hommes) pour des opérations de ratissage dans le secteur", a poursuivi cette source.

Six militaires centrafricains, dont un officier, ont été tués lors d'une embuscade dans la nuit du 8 au 9 juillet près de Bossangoa, dans le nord de la Centrafrique. Ces hommes relevant de la Garde présidentielle avaient pour mission de sécuriser l'axe entre Bossangoa et Bouca, vers l'est, "à la suite des informations faisant état de la présence d'hommes armés circulant dans la région", selon un responsable du Haut commandement mardi.

La région Nord-Ouest, et particulièrement celle entre Bouca et la frontière tchadienne, est souvent considérée comme une zone de non-droit en raison de la faiblesse de la présence des forces de l'ordre centrafricaines. Elle est le théâtre d'attaques fréquentes de coupeurs de routes et autre bandits armés.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés

 

NDLR : Selon nos informations, c'est plutôt aux environs de Bossembélé que les éléments de la garde présidentielle qui étaient quatre dans un véhicule dont le lieutenant Zanguilo qui a également été tué, seraient tombés nez à nez avec plus de 150 hommes lourdement armés. On peut difficilement croire que de simples braconniers puissent être si lourdement armés et surtout, qu'ils viennent chercher à tirer des éléphants dans les environs de Bossembélé c'est à dire quasiment aux portes de Bangui la capitale. L'état major des Faca et le ministère de la défense ont toujours caché la réalité de ce qui se passe sur le théâtre des opérations. Malheureusement, les dépouilles de soldats qu'ils sont généralement obligés de remettre souvent aux familles en disent long sur ce qui se passe réellement.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation