Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 01:46

 

 

 

Am Nondroko Djotodia

 

 

lundi 31 décembre 2012 (Xinhua) — La coalition rebelle centrafricaine Séléka qui menace de renverser le président François Bozizé, lui-même arrivé au pouvoir par coup d’Etat en mars 2003, accusent ce dernier de ruse et rejettent son offre de dialogue pour sortir de l’impasse, mais se disent favorables à l’appel au cessez-le-feu du président béninois Thomas Boni Yayi dimanche à Bangui.


« Nous demandons à M. Boni Yayi de dire à M. Bozizé de laisser le pouvoir sans conditions, pour éviter le bain de sang. Ce n’est pas aujourd’hui qu’il demande ce dialogue. Ces derniers temps, il a envoyé ses éléments dans les quartiers à Bangui pour kidnapper les gens et les emmener dans des destinations inconnues », a déclaré dans un entretien téléphonique à Xinhua le colonel Michel Narkoyo, un des porte-parole de la rébellion.


Composée selon ses dirigeants de 4.600 combattants issus de quatre mouvements dont l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) de Michel Am Nondokro Djotodia, son chef de file, la Convention patriotique pour la justice et la paix (CPJP) de Nourredine Adam, le Front démocratique pour le peuple centrafricain (FDPC) d’Abdoulaye Miskine et de CPJP fondamentale d’ Abdoulaye Hissène, cette organisation a fait son apparition le 10 décembre.


Elle exige le départ du pouvoir du président Bozizé, dont il conteste la réélection lors de la présidentielle de janvier 2011 jugée truquée. « Nous demandons la volonté du président Bozizé d’accepter tout ce qu’on a posé comme conditions. Sinon, nous allons descendre sur Bangui », a réaffirmé Narkoyo.


Le responsable militaire rebelle s’est en revanche déclaré favorable à l’appel à la cessation des hostilités et aux pourparlers de paix du chef de l’Etat béninois Thomas Boni Yayi, président en exercice de l’Union africaine (UA), qui a effectué une visite dimanche à Bangui où il a rencontré, en compagnie de l’ex-président burundais Pierre Buyoya, le leader centrafricain et son gouvernement.


D’après la rébellion, le contact direct n’a pour l’instant a été établi avec les autorités de Bangui. Elle annonce l’arrivée d’une mission des Nations Unies lundi à Bria, à quelque 600 km au Nord de Bangui, pour une rencontre avec ses dirigeants.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches