Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 00:54

 

 

Patasse-20-janv-2011.jpg

 

 

 

BANGUI - 06.04.2011 15:28 - (AFP) - Les conditions du décès mardi au Cameroun de l'ancien président centrafricain Ange-Félix Patassé, 74 ans, ont fait naître une polémique en Centrafrique, de nombreux habitants déplorant qu'il n'ait pas pu quitter le pays plus tôt pour se soigner.

"C'est bien triste", a estimé Barthélémy Angazéda, 51 ans, cadre de la santé. "Il fut notre président, et il n'avait pas que des défauts. Ce que je désapprouve c'est l'interdiction qui lui a été faite de sortir pour aller se soigner. Il aurait eu encore ne fut-ce qu'un jour de vie de plus. Et si après tous les services rendus à la Nation, les dirigeants lui ont réservé un tel sort, qu'en sera-t-il pour le simple citoyen?".

L'entourage de l'ancien président avait accusé les autorités de ne pas le laisser quitter le territoire pour un contrôle médical. Il souffrait de problèmes de diabète qui lui avaient valu d'être hospitalisé quatre jours dans une clinique de Bangui, selon son porte-parole, Guy-Simplice Kodégué. De même source, il n'avait pas pu prendre un vol de Kenya Airways le 30 mars pour Malabo, ni un autre le 22 mars affrété par le président Obiang Nguema.

Le porte-parole du gouvernement, Fidèle Ngouandjika, avait démenti que le gouvernement ait interdit au malade de quitter le pays, avançant des problèmes d'ordre administratif.

Samedi, M. Patassé avait finalement quitté Bangui pour Malabo, via Douala. Ayant raté sa correspondance à Douala (sud, capitale du Cameroun), il avait été hospitalisé dans cette ville, selon son ancien Premier ministre et opposant Martin Ziguélé.

Arrivé deuxième de l'élection présidentielle de janvier derrière François Bozizé, l'homme qui l'avait renversé en 2003, M. Patassé refusait de reconnaître la réélection de "Boz".

"Le pouvoir a intérêt à corriger l'erreur politique grave qu'il a commise en refusant à deux reprises que le président Patassé sorte pour un contrôle médical. Il doit lui réserver des obsèques nationales dignes de ce nom. On ne peut pas comprendre qu'un pays assassine ses propres enfants en interdisant qu'ils sortent pour des raisons sanitaires", a confié Paul Kakpé, 64 ans, ancien fonctionnaire des finances.

Son départ avait finalement "été rendu possible après une rencontre vendredi au palais présidentiel entre le ministre d'Etat chargé des Affaires présidentielles, Michel Gbézéra Bria, et une délégation du président Patassé", avait expliqué M. Kodégué.

Tribun fantasque, l'ex-président Ange-Félix Patassé, surnommé "le barbu national", était un personnage en Centrafrique, qu'il a dirigée pendant dix ans.

Elu en 1993, puis réélu en 1999, M. Patassé, taxé d'autoritaire voire de dictateur, a fait face à au moins trois complots avant d'être renversé en 2003 par l'actuel président François Bozizé.

"C'est la consternation, et c'est aussi une très grande tristesse que je ressens à l'annonce de la mort du président Ange-Félix Patassé", souligne Jules Koguéngba, 38 ans, enseignant, qui a "pourtant souffert de sa présidence" en 2001 après le coup d'Etat raté de l'ancien président André Kolingba, d'ethnie Yakoma.

Les troupes fidèles à Patassé soutenues par des combattants du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba, appelés en renfort par Patassé, avaient alors donné la chasse aux militaires et civils Yakoma, contraints de fuir en République démocratique du Congo, où ils ont subi de nombreuses exactions de la part du MLC.

"C'est vrai que nous avons souffert de sa présidence. J'avais fui en 2001 avec ma famille à Zongo où nous avions été maltraités par les hommes de Bemba. Mais j'ai pardonné", conclut M. Koguéngba.

Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés

 

Ange Félix Patassé quitte la scène à Douala

Ai-Cameroun- Mercredi, 06 Avril 2011 14:49  - L’ancien chef d’Etat de la République centrafricaine est décédé le mardi 5 avril à l’hôpital Général de Douala, capitale économique, des suites d’une crise de diabète selon les sources proches dudit centre hospitalier.

La nouvelle a rapidement fait le tour du monde. Ange Félix Patassé est mort ! Et confirmation a été faite par son porte-parole. L’information relayée par la radio officielle camerounaise a également été confirmée par son porte-parole Guy Simplice Kodégué qui, par ailleurs, a relaté les circonstances du voyage du défunt «Ange Félix Patassé avait effectivement quitté Bangui le 2 avril dernier pour se rendre à Malabo en Guinée Equatoriale mais il a été admis en urgence à l’Hôpital général de Douala…A deux reprises, il avait été empêché de quitter le pays pour recevoir des soins à l’étranger. Une première fois, l’avion spécial que devait envoyer le président équato-guinéen pour son transfert n’a pas obtenu l’autorisation de survol du territoire centrafricain et d’atterrissage à Bangui. Une situation qui avait fait une polémique en Centrafrique», a-t-il déclaré sur les ondes de Radio Ndeke Luka.

Des propos que réfute le gouvernement à en croire certains proches de la présidence de la république centrafricaine.

A 74 ans, Ange Félix Patassé s’en va, et avec lui, une longue expérience politique.

Grande carrière

Diplômé de l'Académie supérieure de l'agriculture tropicale de Nogent-sur-Marne en France, il est nommé en 1965 au cabinet du ministre de l'Agriculture et du développement. Sous la présidence de Jean-Bedel Bokassa, il est plusieurs fois membre du gouvernement: ministre du développement entre janvier 1966 et avril 1968, ministre du Développement rural entre mai 1972 et avril 1973, ministre du Tourisme, de l'eau, des bois, de la chasse et de la pêche entre juin 1974 et octobre 1975. Il devient Premier ministre le 8 décembre 1976 jusqu’en juillet 1978. Devenu président de la République le 22 octobre 1993, réélu en 1999. Il est renversé par un coup d’État de François Bozizé le 15 mars 2003. Revenu de son exil togolais, il avait accepté de participer à la dernière élection présidentielle de janvier 2011 remportée avec 64,37% des voix au premier tour par François Bozizé. Une victoire qui n’a pas arrangé les choses. Ange Félix Patassé qui avait eu 21,41% voix avait créé le Front pour l’annulation et la reprise des élections (Fare-2011). Une plate-forme de l’opposition qui avait tout simplement appelé au boycott du deuxième tour des élections législatives du 27 mars et refusé de reconnaître les résultats des élections groupées, accusant le pouvoir de fraudes.

Petite biographie

Ange-Félix Patassé est un homme politique centrafricain né à Paoua le 25 janvier 1937. Son père, Paul Ngakoutou est un Gbaya du sous-groupe Suma, sa mère Véronique Goumba de l’ethnie Kaba. Il est décédé le 5 avril 2011 à Douala, au Cameroun.

Alphonse Jènè, Ai Douala

 

L’ancien président centrafricain, Ange-Félix Patassé (74 ans) est décédé mardi dans un hôpital de Douala au Cameroun.

Rentré dans son pays après 7 ans d’exil au Togo, il était arrivé second à l’élection présidentielle organisée en janvier de cette année, battu François Bozizé, celui qui l’avait chassé du pouvoir en 2003.

M. Patassé avait développé au Togo un projet de production de biogaz à partir du pennicetum purpurium, communément appelé plante à éléphant ; une passion pour cet ingénieur agronome de formation.

L’ancien chef de l’Etat centrafricain était marié à Angèle, une togolaise avec qui il avait eu trois enfants ; elle est décédée à Lomé en décembre 2007

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nécrologie