Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 03:08

 

 

Pierre-Buyoya.jpg

 

 

 

Bangui, 14 avril. (ACAP) – La ministre déléguée aux Affaires Etrangères, à la Francophonie et à l’Intégration Régionale, Mme Ambroisine Kpongo, a reçu, mercredi 14 avril 2010 en son cabinet, l’envoyé spécial du Secrétaire Général de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), L’ancien président du Burundi Pierre Buyoya, en mission d’évaluation des élections présidentielles et législatives de 2010.

Selon Mme Kpongo, « la présence de l’ancien président Pierre Buyoya à Bangui a pour but de prendre attache avec les différents acteurs politiques de notre pays pour voir en quels points l’OIF pourrait intervenir pour nous accompagner pour ce processus électoral ».

Il s'agit «surtout de voir avec la Commission électorale indépendante (CEI) quels sont les problèmes rencontrés, et qu’est ce que le président de la CEI attend de cette organisation pour la bonne marche des élections futures ».

« L’OIF est prête pour l'organisation des élections, surtout si nous demandons ce qui nous manque pour la réussite de ces élections car le président vient en tant qu’observateur, il vient nous écouter, c’est à nous de dire ce qui nous manque, c’est à nous de dire ce qu’il faut pour que nous allions aux élections dans des bonnes conditions », a-t-elle répondu.

 Il faut rappeler que l’ancien président Pierre Buyoya est un habitué de la République Centrafricaine, où il avait conduit une mission d'observation des élections présidentielle et législatives de mars et mai 2005.

Il a également présidé les travaux du Dialogue Politique Inclusif (DPI), qui a réuni à Bangui, du 8 au 20 décembre 2008, l'ensemble des forces politiques du pays, y compris des représentants des groupes armés, pour tenter de mettre fin aux activités de ces derniers dans le Nord du territoire centrafricain.

 

NDLR : Il était temps que l’OIF procède à cette évaluation du processus électoral totalement en panne dans ce pays, principalement en raison de la volonté de Bozizé et son homme de main le vrai faux pasteur Binguimalé qui tiennent à mettre la charrue avant les bœufs sous le fallacieux prétexte qu’ils veulent rester dans les délais constitutionnels. Comment aller aux urnes sans corps électoral ? Comment y aller avec la moitié du pays sous occupation de rébellions armées, autrement dit sans DDR ? Voilà les vraies difficultés ou plutôt obstacles crées de toutes pièces par l’entêtement de Bozizé et Binguimalé, qui empêchent la tenue d'élections en Centrafrique à l’heure actuelle. Il ne faut pas tourner en rond en racontant des histoires.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales