Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 16:44

 

 

carte_centrafrique_432.gif

 

 

Ai- Rca- Jeudi, 31 Mars 2011 10:53 - Pendant plus de 72 heures, la ville de Bambari a été victime d’une pénurie d’eau du fait que la société de Distribution d’Eau en Centrafrique (Sodeca) n’arriverait plus à satisfaire les besoins de sa clientèle.

Cette situation a suscité la dénonciation du Sous-préfet de la localité par ailleurs Préfet par intérim de l’Ouaka. Ernest Guerekopiamon n’a pas caché sa surprise « Je suis moi-même très étonné. Parce que par le passé, la ville de Bambari avait connu une pénurie d’eau potable et je me suis rapproché des techniciens qui m’ont mené  en bateau : fuites par ci, manque de produits par-là, pénurie de carburant, etc.  Moi n’étant pas de la matière,  je ne puis que croire  cela ».

Il a balayé d’un revers de la main toutes les raisons évoquées par la Sodeca, notamment celle relative à la pénurie de carburant. « Si le personnel de  la Sodeca de Bambari évoque comme raison, le manque de carburant, je ne comprends pas. Parce que la Ministre de Tourisme Solange Pagonendji Ndakala a remis à cette société  1000 litres de Gas-oil. Dans ce cas ce problème de pénurie ne devrait pas se poser ».

Pour lui, il s’agit ni plus, ni moins d’une malhonnêteté « C’est de la malhonnêteté pure et simple.  Avec les 1000 lites de carburant,  la Sodeca devrait fonctionner au moins pendant 10 jours.  Mais  que s’est –il passé justement pour que Bambari n’ait plus d’eau potable ? ». Les 1000 litres offerts devaient servir d’appoint pour que l’agence de la Sodeca de Bambari fonctionne normalement ce d’autant plus que les factures payées entre temps devaient servir à faire des provisions de carburant, des produits de traitement de l’eau et à résoudre divers autres problèmes quotidiens.

Parce que garant du bien-être des populations de Bambari et du département de l’Ouaka, M. Guerekopiamon entend convoquer dans les prochains jours les techniciens afin qu’ils s’expliquent sur cette situation, une convocation qui sera suivie d’une descente sur le terrain dans le but de se rendre compte de la réalité sur le terrain.

« Ne dit-on pas que l’eau c’est la vie. Si Sodeca ne fonctionne pas la population va boire de l’eau souillée avec toutes ses conséquences qui sera responsable ? » a-t-il conclu.

Pour Victor Mayevosson, le chef de centre de la Sodeca, celui-ci ne fonctionne qu’avec les recettes collectées et s’il se trouve qu’il n’y a plus d’argent pour acheter du carburant, le centre s’arrête «  Pendant ces dernières 72 heures si la population de Bambari n’a pas eu d’eau potable, c’est parce qu’il n’y a pas de carburant. Mais c’est seulement pendant la journée de  dimanche qu’il n’y avait pas d’eau parce qu’on n’a pas travaillé » a-t-il justifié, poursuivant que « le lundi nous avons fait un peu de recette pour payer du carburant et depuis ce jour jusqu’à 22 heures et même ce matin du mardi 29 mars il y a de l’eau potable dans la ville ».

Parlant du problème des 1000 litres de carburant offerts et évoqués par le Sous-préfet  « qui, selon lui, ont été donnés depuis mars 2010 et gérés par le préfet de la Ouaka Mme Lydie Marthe Yangba. Le préfet me donnait l’autorisation chaque fois que le besoin se fait sentir, de prendre 200 litres»

Jointe au téléphone,  Mme Marie Francine Baninga, Maire de la ville de Bambari a confirmé la pénurie « C’est vrai que pendant trois jours la population de Bambari vivait sans eau potable. J’ai été moi-même vérifié et interrogé le chef de centre de Sodeca».

Elle s’est à son tour insurgée contre les mauvaises pratiques du personnel de la société de distribution d’eau potable «  Ce que fait Sodeca de Bambari dépasse notre entendement.»

Une situation bien grave qui met en péril la vie des populations qui, en période de pénurie se ravitaillent n’importe où et n’importe comment au risque d’attraper des maladies liées à l’eau souillée.

Kabongo, Ai Bangui

 

NDLR : Voilà un secteur, celui de l'eau, où depuis que Bozizé et Ndoutingai sont au pouvoir, ils sont incapables d'apporter le moindre début d'un commencement de solution, préférant surtout s'occuper de faire de la prédation dans le secteur minier tout en sèmant la famine et la désolation dans les zones minères. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation