Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 16:49


bonne-annee

patasse_200.jpg

 

Bangui, 29 janvier 2010 (Xinhua) - L’ancien président centrafricain Ange Félix Patassé a demandé, jeudi à Bangui, la mise en place d’une commission d’enquête internationale pour faire la lumière sur la disparition de l’ancien ministre d’Etat Charles Massi, dirigeant de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP, rébellion).

« Nous lançons un appel pressant à l’ONU, à l’Union Européenne, à l’OIF, à l’Union Africaine, à la CEN-SAD, à la CEMAC et à toutes les organisations humanitaires d’intervenir énergiquement auprès du gouvernement centrafricain pour constituer une commission d’enquête internationale afin de déterminer les circonstances réelles de la mort de Monsieur Massi », a déclaré l’ancien chef de l’Etat, qui recevait la presse à sa résidence placée sous haute surveillance policière.

Candidat indépendant à la prochaine élection présidentielle prévue pour avril prochain, Ange Félix Patassé a condamné « avec la dernière rigueur les communiqués de presse et les déclarations tendancieuses des membres du gouvernement qui, non seulement nous laissent sur notre soif d’en savoir davantage, mais dénotent leur manque d’élégance morale dans une affaire dont les conséquences pourraient être graves pour notre pays ».

Il a toutefois souligné que son souhait était « de voir tout le monde placé dans une atmosphère de sérénité et de confiance absolue avant la tenue des élections présidentielle et législatives et même après celles-ci ».

La demande de l’ancien chef de l’Etat intervient une semaine après que le gouvernement eût démenti les accusations de la famille de Charles Massi faisant état de la mort de ce dernier à la prison de Bossembélé (157 km au nord-ouest de Bangui) où il aurait été transféré et torturé après son arrestation par la gendarmerie tchadienne, le 18 décembre dernier.

Ministre des Mines sous la présidence de M. Patassé, Charles Massi avait rompu avec ce dernier pour créer en 1998 le Forum démocratique pour la modernité avant d’être condamné à mort par contumace en 2002 pour son implication présumée dans un coup d’Etat.

Rentré au pays après l’accession au pouvoir du général François Bozizé, il a occupé les portefeuilles de ministres des Transports puis du Développement rural avant de quitter le gouvernement en 2007 et d’entrer en rébellion contre François Bozizé en intégrant la CPJP.


NDLR : Cette conférence de presse s'est déroulée dans un climat agité. Le pouvoir en place avait en effet dépêché les forces de l'ordre tenter d'empêcher l'accès du lieu.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique